Vaccins pour la prévention des infections sévères par l'Haemophilus influenzae de type b (Hib) chez les patients atteints de drépanocytose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question d'analyse

Nous avons examiné les preuves disponibles issues d'essais contrôlés randomisés concernant l'efficacité et la sécurité des vaccins conjugués pour l'Haemophilus influenzae de type b (Hib) chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Contexte

Les personnes atteintes de drépanocytose présentent un risque élevé d'infection par Hib, qui était responsable d'un taux de mortalité élevé chez les enfants de moins de cinq ans avant l'introduction des vaccins Hib conjugués dans les pays à revenu élevé. Dans les pays d'Afrique, où la couverture pour cette la vaccination est extrêmement faible, l'Hib reste une des causes les plus courantes de bactériémie (bactéries dans le sang) chez les enfants atteints de drépanocytose. Une autre revue Cochrane sur les vaccins conjugués pour prévenir les infections Hib chez les enfants de moins de cinq ans a montré que les vaccins conjugués Hib étaient sûrs et efficaces, mais elle n'a pas spécifiquement étudié les enfants atteints de drépanocytose, qui présentent un risque élevé de cette infection.

Date de la recherche

Les preuves sont à jour : 23 novembre 2015.

Caractéristiques de l'étude

Nous n'avons pas trouvé d'essais contrôlés randomisés comparant des vaccins conjugués Hib à un placebo (traitement "factice") ou à l'absence de traitement chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Principaux résultats et qualité des preuves

Il n'y a pas d'essais contrôlés randomisés de ce vaccin chez les personnes atteintes de drépanocytose. Cependant, il y a eu une diminution considérable des cas de graves infections Hib chez les enfants atteints de drépanocytose vivant dans des pays à revenu élevé depuis que la vaccination a été incluse dans les calendriers de vaccination des enfants. Par conséquent, inclure la vaccination conjuguée Hib universelle dans les pays à faible revenu pourrait améliorer la survie des enfants atteints de drépanocytose. Il n'existe pas suffisamment de données pour pouvoir évaluer l'effet potentiel de la vaccination Hib chez les adultes atteints de drépanocytose. Les futurs essais devraient évaluer le calendrier de vaccination Hib idéal des enfants et des adultes atteints de drépanocytose.

Conclusions des auteurs: 

Il y a eu une diminution considérable dans l'incidence des infections invasives par l'Haemophilus influenzae de type b observées dans la période post-vaccination chez les personnes atteintes de drépanocytose vivant dans des pays à revenus élevés. Par conséquent, malgré l'absence de preuves issues d'essais contrôlés randomisés, on peut penser que les vaccins conjugués contre l'Haemophilus influenzae de type b pourraient être utiles chez les enfants atteints de drépanocytose, en particulier dans les pays d'Afrique où il y a une forte prévalence de la maladie. La mise en œuvre de programmes d'immunisation chez l'enfant, incluant les vaccins conjugués universels contre l'Haemophilus influenzae de type b, pourrait sensiblement améliorer la survie des enfants atteints de drépanocytose vivant dans les pays à faible revenu. Nous manquons actuellement de données pour évaluer l'effet potentiel de la vaccination contre l'Haemophilus influenzae de type b chez les adultes non vaccinés atteints de drépanocytose. De nouvelles recherches devraient évaluer le meilleur calendrier de vaccination Hib chez les enfants et les adultes atteints de drépanocytose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes atteintes de drépanocytose présentent un risque élevé d'infection par l'Haemophilus influenzae de type b. Avant la mise en œuvre de vaccination conjuguée pour l'Haemophilus influenzae de type b dans les pays à revenu élevé, cette maladie était responsable d'un taux de mortalité élevé chez les enfants de moins de cinq ans. Dans les pays d'Afrique, où la couverture de cette vaccination est toujours extrêmement faible, l'Haemophilus influenzae de type b reste l'une des causes les plus fréquentes de bactériémie chez les enfants atteints de drépanocytose. L'augmentation de la participation à cette vaccination conjuguée pourraient sensiblement améliorer la survie des enfants atteints de drépanocytose.

Objectifs: 

L'objectif principal était de déterminer si les vaccins conjugués contre l'Haemophilus influenzae de type b réduisent la mortalité et la morbidité chez les enfants et les adultes atteints de drépanocytose.

Les objectifs secondaires étaient d'évaluer les éléments suivants chez les enfants et les adultes atteints de drépanocytose : l'immunogénicité des vaccins conjugués conte l'Haemophilus influenzae de type b ; l'innocuité de ces vaccins ; et toute variation de l'effet selon le type de vaccin, le mode d'administration (séparément ou en combinaison avec d'autres vaccins), le nombre de doses, et l'âge au moment de la première dose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques, élaboré à partir de recherches dans les bases de données électroniques et des recherches manuelles dans les journaux et actes de conférence. Nous avons également contacté des sociétés pharmaceutiques afin d'identifier des essais non publiés.

Date de la dernière recherche : 23 novembre 2015.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant les vaccins conjugués contre l'Haemophilus influenzae de type b à un placebo ou à l'absence de traitement, ou comparant différents types de vaccins conjugués contre l'Haemophilus influenzae de type b chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Recueil et analyse des données: 

Aucun essai sur les vaccins conjugués contre l'Haemophilus influenzae de type b chez les personnes atteintes de drépanocytose n'a été trouvé.

Résultats principaux: 

Il n'y a pas de preuves issues d'essais contrôlés randomisés concernant l'objet de cette revue.

Notes de traduction: 

Post-édition : Lionelle Hovine (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.