La supplémentation en vitamine K dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Contexte

Les maladies cardiovasculaires (MCV) constituent un groupe de maladies affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Les MCV sont un fléau mondial qui varient selon les régions. Cette variation est en partie liée à des facteurs alimentaires. Ces facteurs sont importants car ils peuvent être modifiés pour aider dans la prévention et le traitement des MCV. Cette revue a évalué l'efficacité de la supplémentation en vitamine K, comme seul supplément administré, dans la réduction des décès cardiovasculaires, de la mortalité toutes causes confondues, des paramètres non mortels (tels que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et l'angine de poitrine) et des facteurs de risque cardiovasculaire chez les adultes en bonne santé et les adultes présentant un risque élevé de MCV.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons effectué des recherches dans des bases de données scientifiques pour des essais contrôlés randomisés (essais cliniques dans lesquels les participants sont assignés au hasard à l'un des deux ou plusieurs traitements) examinant les effets de la supplémentation en vitamine K chez des adultes en bonne santé ou présentant un risque élevé de développement de MCV. Nous n'avons pas inclus les personnes ayant déjà eu une MCV (par ex. les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux). Les preuves ont été mises à jour en septembre 2014.

Résultats principaux

Un seul essai de petite taille remplissait nos critères d'inclusion. Elle incluait 60 participants âgés de 40 à 65 ans. Cette étude a examiné les effets des suppléments de vitamine K2 sur les facteurs de risque cardiovasculaire (pression artérielle et les taux de lipides) pendant trois mois chez des participants en bonne santé. Nous n'avons pas observé de différence concernant ces facteurs de risque entre les groupes de comparaison, mais il s'agissait d'une étude de petite taille et les résultats sont limités. L'essai n'a pas étudié les paramètres cardiovasculaires mortels et non mortels, car il était de petite taille et de courte durée.

Les preuves actuelles sont extrêmement limitées et d'autres essais de haute qualité sont nécessaires afin de déterminer l'efficacité de la supplémentation en vitamine K dans la prévention des MCV.

La qualité des preuves

Le seul essai identifié pour cette revue a été jugé à faible risque de biais (de sorte qu'il y avait moins de chances d'arriver à de mauvaises conclusions en raison du favoritisme par les participants ou chercheurs). Cependant, les preuves sont limitées à un petit essai et aucune conclusion définitive ne peut être tirée à l'heure actuelle.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats très limités de cette revue ont mis en évidence le manque de preuves actuellement disponibles afin de déterminer l'efficacité de la supplémentation en vitamine K dans la prévention primaire des maladies cardiovasculaires, et soulignent la nécessité d'effectuer d'autres essais de bonne qualité dans ce domaine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une carence en vitamine K a été associée à une augmentation du dépôt de calcium et de la calcification coronaire, ce qui peut conduire à une maladie cardiovasculaire.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité de la supplémentation en vitamine K, comme seul nutriment supplémenté, dans la prévention primaire des maladies cardiovasculaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 8 sur 12, 2014) ; MEDLINE (Ovid, de 1946 à la semaine 2 de septembre 2014) ; EMBASE Classic + EMBASE (Ovid, de 1947 au 18 septembre 2014) ; Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) et Conference Proceedings Citation Index, Science (CPCI-S) (de 1990 au 17 septembre 2014) le Web of Science (Thomson Reuters) ; la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE) ; la base d'évaluation des technologies de la santé (HTAD) et la base d'évaluation de l'économie de la santé (numéro 3 sur 4, 2014). Nous avons effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques et les références bibliographiques des revues pour des études supplémentaires. Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés sur la supplémentation en vitamine K, en tant que seul nutriment supplémenté, d'une durée d'au moins trois mois, et portant sur des adultes en bonne santé ou des adultes présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire. Le groupe de comparaison n'a pas reçu d'intervention ou il s'est vu administrer un placebo. Les critères de jugement intéressants étaient les cas de maladies cardiovasculaires et les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure, extrait les données et évalué le risque de biais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un seul essai de petite taille (60 participants randomisés) qui a été globalement jugé à faible risque de biais. L'étude a examiné deux doses de ménaquinone (vitamine K2) pendant 3 mois chez des participants en bonne santé âgés de 40 à 65 ans. Le principal objectif de l'essai était d'examiner les effets de la ménaquinone (sous-type MK7) sur différentes matrix-Gla-protéines (dites MGP ; des protéines dépendantes de la vitamine K dans la paroi du vaisseau) à différentes doses, mais les auteurs ont également rapporté la pression artérielle et les taux de lipides. L'essai n'a pas rendu compte de nos critères de jugement principaux (les cas de maladies cardiovasculaires), car il était de petite taille, de courte durée et réalisé chez des participants en bonne santé.

En termes de facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, nous n'avons pas observé d'effets de la vitamine K2 sur la pression artérielle ou les niveaux de lipides, bien que l'essai était de petite taille et les résultats, limités. L'essai n'a rapporté aucun de nos autres critères de jugement secondaires.

Notes de traduction: 

Post-édition : Paola Dillies (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.