Supplémentation en folate des personnes atteintes de drépanocytose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question d'analyse

Nous avons cherché à évaluer l'efficacité et la sécurité de la supplémentation en folate (folate présent naturellement dans les aliments, fourni sous forme d'aliments enrichis ou d'autres compléments tels que des comprimés) chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Contexte

La drépanocytose est un groupe de troubles affectant l'hémoglobine (la molécule contenue dans les globules rouges qui délivre de l'oxygène aux cellules du corps), conduisant à une distorsion des globules rouges dits drépanocytaires ou en demi-lune. Elle se caractérise par une anémie (le sang ne peut pas transporter assez d'oxygène dans le corps), des infections répétées et des épisodes douloureux. Alors que la drépanocytose a été trouvée à l'origine dans les régions tropicales et subtropicales, en raison de la migration, elle est désormais courante dans le monde entier. Il existe trois mesures préventives couramment utilisées pour la prise en charge de la drépanocytose, celles-ci comprennent la pénicilline, l'immunisation contre l'infection pneumococcique et une supplémentation en folate. Le folate est une vitamine hydrosoluble B nécessaire à l'érythropoïèse (le processus qui produit les globules rouges). Étant donné qu'il existe une augmentation de l'érythropoïèse chez les personnes atteintes de drépanocytose, on pense qu'elles peuvent nécessiter une augmentation de l'apport en folate, par la prise de suppléments ou à travers le régime alimentaire. Cependant, le manque de recherche fondée sur des données probantes signifie qu'il n'est toujours pas certain que les bénéfices de la supplémentation soient plus importants que les risques d'effets indésirables possibles.

Date de la recherche

Les preuves sont à jour : 07 décembre 2015.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus un essai portant sur 117 enfants atteints de drépanocytose âgés de six mois à quatre ans. Il s'agissait d'une étude contrôlée en double aveugle sur un an (les participants et les médecins ne savaient pas à quel groupe de traitement les participants étaient assignés) comparant les enfants prenant une supplémentation en acide folique à ceux prenant un placebo (un traitement « factice »).

Résultats principaux

Les investigateurs des essais ont rapporté que la supplémentation en acide folique conduit à des taux plus élevés d'acide folique mesurée dans le sang. Cependant, il n'y avait aucune différence dans le taux d'hémoglobine au bout d'un an.

L'essai a également rendu compte des facteurs cliniques liées au traitement, y compris la croissance, les infections majeures et mineures, la séquestration splénique aiguë, et les épisodes douloureux osseux ou abdominaux. Les chercheurs n'ont rapporté aucune différence dans ces résultats entre l'inclusion et la fin de l'essai ; cependant, l'essai n'était pas de taille suffisante pour détecter des différences potentielles rapportées entre le groupe acide folique et le groupe placebo.

Qualité des preuves

Dans l'essai inclus, la méthode d'assignation des participants à l'acide folique ou au placebo n'est pas claire. La méthode permettant de s'assurer que les participants et le personnel de l'essai ne savaient pas quel traitement chaque personne recevait (ce que l'on appelle l'assignation secrète) n'était également pas décrite. Ces deux facteurs signifient que l'essai présentait un risque élevé de biais des résultats.

L'essai ne contenait pas un grand nombre de participants. Pour nombre de ses critères de jugement cliniques, il n'a pas été conçu pour montrer les différences entre les personnes prenant de l'acide folique et celles prenant un placebo. Cela signifie que les résultats de cet essai sont imprécis et donc difficiles à interpréter.

Enfin, notre analyse avait pour but d'étudier la supplémentation en folate (folate présent naturellement dans les aliments, sous forme d'aliments enrichis ou d'autres compléments tels que des comprimés) chez les enfants et les adultes. Étant donné que nous n'avons identifié qu'un essai qui étudiait une forme de supplémentation chez les enfants, les résultats ne sont pas utiles pour d'autres populations.

Par conséquent, nous avons jugé que les preuves issues de l'essai inclus étaient de faible qualité. Sur la base unique d'une seule étude de faible qualité avec des preuves montrant que la supplémentation en folate augmente les taux sanguins d'acide folique, nous ne pouvons pas affirmer si ce traitement est efficace ou non.

Des essais supplémentaires avec davantage de personnes et une durée de traitement plus longue (et du suivi) de la supplémentation en folate chez les personnes atteintes de drépanocytose sont nécessaires pour renforcer cette analyse.

Conclusions des auteurs: 

Un essai en double-aveugle contrôlé par placebo sur la supplémentation en acide folique chez les enfants atteints de drépanocytose a été inclus dans l'analyse. Dans l'ensemble, l'essai présentait des preuves contradictoires concernant les critères de jugement de la revue. Aucun essai portant sur des adultes n'a été identifié. Avec les preuves limitées fournies, nous concluons que, bien qu'il est possible que la supplémentation en acide folique puisse augmenter les taux de folate sérique, l'effet de la supplémentation sur l'anémie et les symptômes de l'anémie reste incertain.

D'autres essais pourraient ajouter des preuves concernant l'efficacité de la supplémentation en folate. Les futurs essais devraient évaluer les résultats cliniques, comme la concentration en folate, la concentration en hémoglobine, les effets indésirables et les bénéfices de l'intervention, en particulier en ce qui concerne la morbidité liée à la maladie drépanocytaire. Ces essais devraient inclure des personnes de tous âges et des deux sexes souffrant de drépanocytose, dans n'importe quel environnement. Pour étudier les effets de la supplémentation en folate, les essais devraient recruter davantage de participants et être de plus longue durée que l'essai actuellement inclus dans cette analyse, avec un suivi à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La drépanocytose est un groupe de troubles qui affecte l'hémoglobine, ce qui entraîne une distorsion des globules rouges, qui deviennent falciformes ou en demi-lune. Elle se caractérise par une anémie, une augmentation de la susceptibilité aux infections et des épisodes douloureux. La maladie est acquise par hérédité de gènes anormaux des deux parents, la combinaison donnant lieu à différentes formes de la maladie. En raison d'une augmentation de l'érythropoïèse chez les personnes atteintes de drépanocytose, on suppose qu'elles sont exposées à un risque accru de carence en folate. Pour cette raison, les enfants et les adultes atteints de drépanocytose, en particulier ceux atteints d'anémie drépanocytaire, prennent généralement 1 mg d'acide folique par voie orale chaque jour sur le postulat que cela va permette de remplacer les réserves de folate appauvries et réduire les symptômes de l'anémie. Il est donc important d'évaluer le rôle de la supplémentation en folate pour le traitement de la drépanocytose.

Objectifs: 

Analyser l'efficacité et les éventuels effets indésirables de la supplémentation en folate (folate naturellement présent dans les aliments, fourni sous forme d'aliments enrichis ou d'autres compléments tels que des comprimés) chez les personnes atteintes de drépanocytose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques, qui comprend des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques, des recherches manuelles dans des revues pertinentes et des résumés d'actes de conférence. Nous avons également effectué des recherches supplémentaires dans les bases de données électroniques et les registres d'essais cliniques.

Date de la dernière recherche : 07 décembre 2015.

Critères de sélection: 

Essais randomisés contrôlés par placebo sur les effets de la supplémentation en folate sur la drépanocytose

Recueil et analyse des données: 

Quatre auteurs ont évalué l'éligibilité et le risque de biais des essais inclus, et extrait et analysé les données incluses dans l'analyse. Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane.

Résultats principaux: 

Un essai, réalisé en 1983, était éligible à l'inclusion dans la revue. Il s'agissait d'une étude quasi-randomisée en double aveugle et contrôlée par placebo de la supplémentation en acide folique chez les personnes atteintes de drépanocytose. Un total de 117 enfants atteints de drépanocytose homozygote âgés de six mois à quatre ans ont participé sur une période d'un an (l'analyse a été limitée à 115 enfants).

Les mesures de folate sérique, obtenues après l'inclusion dans l'essai à six et 12 mois, étaient disponibles pour 80 des 115 participants (70 %). Il y avait des différences significatives entre les groupes acide folique et placebo en ce qui concerne les valeurs de folate sérique supérieures à 18 µg / l et les valeurs inférieures à 5 µg / l. Dans le groupe acide folique, les valeurs supérieures à 18 µg / l ont été observées chez 33 sur 41 (81 %) par rapport à six sur 39 participants (15 %) dans le groupe placebo (calcium lactate). En outre, il n'y avait pas de participants dans le groupe acide folique avec des taux de folate sérique inférieurs à 5 µg / l, tandis que dans le groupe sous placebo, 15 sur 39 (39 %) participants présentaient des niveaux en dessous de ce seuil. Les indices hématologiques ont été mesurés sur 100 des 115 (87 %) participants à l'inclusion et à un an. Après ajustement concernant le groupe d'âge et le sexe, les investigateurs ne rapportaient aucune différence significative entre les groupes d'essai en ce qui concerne le total des concentrations d'hémoglobine, à l'inclusion ou à un an. Il est important de noter qu'aucune donnée brute pour les critères de jugement mentionnés ci-dessus n'était disponible pour analyse.

Les proportions de participants ayant ressenti certains événements cliniques ont été analysés pour les 115 participants, pour lesquels les données brutes étaient disponibles. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée ; cependant, l'essai n'était pas d'une puissance statistique suffisante pour examiner les différences entre le groupe acide folique et le groupe placebo en ce qui concerne : les infections mineures, risque relatif 0,99 (intervalle de confiance à 95 % 0,85 à 1,15) ; les infections majeures, risque relatif 0,89 (intervalle de confiance à 95 % 0,47 à 1,66) ; la dactylite, risque relatif 0,67 (intervalle de confiance à 95 % 0,35 à 1,27) ; la séquestration splénique aiguë, risque relatif 1,07 (intervalle de confiance à 95 % 0,44 à 2,57) ; ou les épisodes douloureux, risque relatif 1,16 (intervalle de confiance à 95 % 0,70 à 1,92). Cependant, les chercheurs ont rapporté une proportion plus élevée de récurrence d'épisodes de dactylite dans le groupe sous placebo, avec deux ou plusieurs crises survenant chez 10 des 56 participants par rapport à deux sur 59 dans le groupe acide folique (P < 0,05).

La croissance, déterminée par les indices de taille-pour-âge et poids-pour-âge, ainsi que la taille et la vitesse de croissance, a été mesurée pour 103 des 115 participants (90 %), pour lesquels les données brutes n'étaient pas disponibles. Les investigateurs n'ont rapporté aucune différence significative entre les deux groupes dans la croissance.

L'essai présentait un risque de biais élevé en ce qui concerne la génération de séquences aléatoires et les données de résultat incomplètes. Il y avait un risque de biais incertain lié à l'assignation secrète, l'évaluation des résultats, et la notification sélective. Enfin, Il n'y avait un faible risque de biais en ce qui concerne la mise en aveugle des participants et du personnel. Globalement, la qualité des preuves présentes dans l'analyse était faible.

Aucun essai n'a été identifié pour d'autres comparaisons éligibles, à savoir : la supplémentation en folate (aliments enrichis et supplémentation physique en comprimés) par rapport à un placebo ; la supplémentation en folate (présents naturellement dans le régime alimentaire) par rapport à un placebo ; la supplémentation en folate (aliments enrichis et supplémentation physique en comprimés) par rapport à la supplémentation en folate (présents naturellement dans le régime alimentaire).

Notes de traduction: 

Post-édition : Lionelle Hovine (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.