Le vaccin contre la fièvre jaune chez les patients atteints du VIH

Aux États-Unis, les directives actuelles ne recommandent pas le vaccin contre la FJ pour les individus atteints du VIH ou du SIDA; cependant, ces recommandations ciblent particulièrement les personnes voyageant en Amérique latine et en Afrique où la FJ est présente et qui peuvent choisir de ne pas s'y rendre. Chez les patients infectés par le VIH vivant dans ces régions où l'exposition est inévitable, il est important de peser les risques de la vaccination contre le risque de développer la FJ. Il n'existe pas de médicaments connus contre la FJ, ce qui souligne encore plus l'importance du vaccin. L'objectif de cette revue était d'évaluer les risques et bénéfices du vaccin contre la FJ chez les personnes vivant avec le VIH. Nous avons trouvé trois études de cohorte examinant cette question. Une étude chez les enfants, avant la généralisation de l'utilisation efficace des médicaments antirétroviraux, a découvert que le vaccin contre la FJ était beaucoup moins efficace chez les enfants atteints du VIH que chez les patients sans VIH. Deux études chez les adultes ont découvert que la réponse immunitaire au vaccin contre la fièvre jaune était légèrement plus faible chez les patients infectés par le VIH. Aucun effet indésirable grave n'a été observé chez les patients dans ces études. Cependant, en raison du faible nombre de personnes atteintes du VIH ayant reçu le vaccin contre la FJ et de la rareté des effets secondaires chez les personnes n'étant pas infectées par le VIH, nous ne sommes pas certains de son innocuité. Lorsqu'il doit être utilisé, il devrait être administré aux personnes dont les charges virales sont faibles et les CD4 sont élevés.

Conclusions des auteurs: 

La vaccination contre la FJ peut produire des niveaux protecteurs d'anticorps neutralisants chez les patients infectés par le VIH. L'immunogénicité du vaccin contre la FJ est légèrement inférieure chez les patients infectés par le VIH par rapport aux patients non infectés par le VIH. Aucun effet indésirable grave lié à la FJ n'a été observé chez les participants à l'étude infectés par le VIH. Lors de l'immunisation, des comptes CD4 cellulaires plus élevés et des niveaux d'ARN plus faibles chez les patients infectés par le VIH semblent être les principaux facteurs déterminants pour le développement d'anticorps neutralisants. La qualité des preuves pour tous les critères de jugement était faible à très faible. Le vaccin contre la FJ peut éventuellement être utilisé en toute sécurité chez les patients infectés par le VIH, bien que nos conclusions soient limitées par le petit nombre de patients qui a été rapporté. Pour assurer une efficacité maximale le vaccin contre la FJ devrait être administré chez les patients infectés par le VIH une fois la réplication virale du VIH supprimée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fièvre jaune (FJ) est une maladie hémorragique virale aiguë fréquente dans les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique latine. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu'il y a 200 000 cas de FJ et 30 000 décès dans le monde chaque année. Le traitement de la FJ est symptomatique, mais un vaccin à virus vivant atténué est efficace pour prévenir l'infection. L'OMS recommande l'immunisation chez tous les individus > vivant dans des pays ou des zones à risque. Cependant, aux Etats-Unis, le Comité consultatif sur la vaccination (ACIP) contre-indique le vaccin contre la FJ chez les individus atteints du VIH. Étant donné le nombre important d'individus infectés par le VIH et vivant dans les régions tropicales où la FJ est endémique, le vaccin contre la FJ peut être une intervention importante pour la prévention de la FJ chez les populations immunodéprimées.

Objectifs: 

Évaluer les risques et les bénéfices de l'immunisation contre la FJ chez les personnes infectées par le VIH.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé les méthodes Cochrane standard pour consulter les bases de données électroniques et les actes de congrès en utilisant des termes de recherche pertinents, sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et études de cohorte des personnes infectées par le VIH ayant reçu le vaccin contre la FJ (17DD ou 17D-204).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont passé au crible les résumés des références identifiées par des recherches bibliographiques ou électroniques conformément aux critères d'inclusion et d'exclusion comme décrit dans le protocole. Nous avons identifié 199 références bibliographiques et examiné en détail l'éligibilité de 19 études. Les données ont été extraites indépendamment au moyen d'une fiche d'extraction standardisée.

Résultats principaux: 

Trois études de cohorte ont été incluses dans la revue. Elles ont examiné 484 patients infectés par le VIH ayant reçu une immunisation contre la FJ. Les patients infectés par le VIH développaient des concentrations significativement plus faibles d'anticorps neutralisants dans la première année après l'immunisation par rapport aux patients non infectés, bien que les modes de décomposions fussent similaires pour les destinataires, indépendamment de l'infection par le VIH. Aucun patient étudié infecté par le VIH n'a subi d'effets indésirables graves en raison de la vaccination contre la FJ.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.