Rééducation à distance pour les personnes atteintes de sclérose en plaques

Problématiques de la revue

La rééducation à distance donne-t-elle de meilleurs résultats chez les personnes atteintes de sclérose en plaques que l'intervention traditionnelle en face à face ? Quels sont les types d'interventions de rééducation à distance efficaces, dans quel cadre et pour quels résultats spécifiques ?

Contexte

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie du système nerveux fréquente chez les jeunes adultes ; elle est incurable et entraîne une invalidité permanente. La rééducation consiste en des traitements et des thérapies visant à réduire l'impact de toute forme d’invalidité et améliorer les capacités fonctionnelles. Malgré les progrès récents dans le traitement de la SEP, notamment par la rééducation, de nombreuses personnes atteintes de SEP ne sont pas en mesure d'y accéder en raison de la réduction de leur mobilité, de la fatigue et de problèmes associés, ainsi que des coûts liés aux déplacements. La rééducation à distance est l’approche la plus récente visant à fournir des programmes de rééducation au domicile des patients ou dans la communauté utilisant les télécommunications, comme les téléphones, les vidéos, les applications Internet et autres. Bien qu’un large éventail d'interventions de rééducation à distance soient testées sur les patients atteints de sclérose en plaques, les preuves concernant leur efficacité demeurent peu claires.

Caractéristiques des études

Dans cette revue, nous avons recherché des données probantes sur la façon dont les interventions de rééducation à distance fonctionnent chez les adultes atteints de SEP. Nous avons effectué une vaste recherche d'essais contrôlés randomisés (ECR), un type particulier d'étude répartissant les participants dans des groupes de traitement de façon aléatoire (c'est-à-dire au hasard) car ces études fournissent dans la plupart des cas des données de très bonne valeur probante. Nous étions intéressés par ces études qui comparaient un programme de rééducation à distance avec des soins standard ou minimaux, ou avec d’autres types de programmes de rééducation.

Résultats principaux

Nous avons trouvé neuf ECR pertinents, totalisant 531 participants, dont 469 ont été inclus dans les analyses, et évaluant une grande variété d'interventions de rééducation à distance chez les personnes atteintes de SEP. Les interventions de rééducation à distance évaluées étaient complexes, elles comportaient plus d'un volet de rééducation et comprenaient des programmes éducatifs, d'activité physique et de gestion du comportement et des symptômes. Ces interventions avaient des objectifs différents et utilisaient des technologies variées, de sorte qu'il fût impossible de tirer la moindre conclusion définitive et globale. La qualité méthodologique des études incluses est faible et varie d'une étude à l'autre.

Valeur probante des données

Les données issues des ECR inclus avaient une valeur probante très faible en faveur des bénéfices de la rééducation à distance pour la réduction de l'invalidité de courte durée et la gestion des symptômes, tels que la fatigue, chez les adultes atteints de SEP. Nous avons trouvé peu de données probantes en faveur des bénéfices des interventions de rééducation à distance sur l’amélioration de l'invalidité, la réduction des symptômes et l’amélioration de la qualité de vie à long terme. De plus, les interventions et les critères de jugement examinés dans les études incluses étaient différents les uns des autres. Aucune étude n'a rapporté de préjudices graves causés par la rééducation à distance et aucune n’a fourni d’information concernant les coûts associés à cette approche.

D'autres recherches sont nécessaires pour évaluer les effets de l'éventail des techniques de rééducation à distance et pour démontrer l'efficacité clinique et le rapport coût-efficacité de ces interventions chez les personnes atteintes de SEP. Les preuves présentées dans cette revue sont à jour jusqu'en juillet 2014.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes dont nous disposons actuellement sur l'efficacité de la rééducation à distance pour l’amélioration des activités fonctionnelles, de la fatigue et de la qualité de vie chez les adultes atteints de SEP sont insuffisantes. Une variété d'interventions de rééducation à distance pourrait constituer une méthode alternative aux programmes proposés aux personnes atteintes de SEP. Les données probantes sont insuffisantes pour nous permettre de nous prononcer en faveur d’un ou plusieurs types d’interventions de rééducation à distance, ainsi que du contexte dans lequel ces interventions ont montré leur efficacité. Des essais plus fiables sont nécessaires afin de recueillir des données probantes sur l'efficacité clinique et le rapport coût-efficacité de ces interventions.


Lire le résumé complet...
Contexte: 

La rééducation à distance, une méthode nouvelle, permet aux patients de recevoir des soins de rééducation au-delà du cadre hospitalier et contribue à la modernisation de la prise en charge des patients, à domicile ou dans la communauté, avec des approches multidimensionnelles et souvent psychothérapeutiques utilisant les télécommunications. Bien qu’un large éventail d'interventions de rééducation à distance soient testées sur des personnes atteintes de sclérose en plaques, les données probantes concernant leur efficacité sont peu claires.

Objectifs: 

Étudier l'efficacité et l'innocuité des interventions de rééducation à distance chez les personnes atteintes de SEP afin d’obtenir de meilleurs résultats pour les patients. Cette revue porte plus précisément sur les questions suivantes : la rééducation à distance donne-t-elle de meilleurs résultats que les interventions traditionnelles en face à face ? Quels sont les types d'interventions de rééducation à distance efficaces, dans quel contexte et pour quels critères de jugement en particulier (déficience, limitation des activités et participation) ?

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans la littérature disponible à l'aide du registre spécialisé du groupe de travail Cochrane sur la sclérose en plaques et les maladies rares du système nerveux central (9 juillet 2014). Nous avons effectué des recherches manuelles dans les revues pertinentes et examiné les références bibliographiques des études trouvées ; enfin nous avons communiqué avec des auteurs pour obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et essais cliniques contrôlés (ECC) qui ont examiné une/des intervention(s) de rééducation à distance chez des personnes atteintes de SEP et qui l’ont/les ont comparée(s) à une forme d'intervention de contrôle (intervention de niveau inférieur, intervention de type différent, intervention minimale, listes d'attente, aucun traitement (ou soins habituels) ou interventions réalisées dans des contextes différents) chez des adultes atteints de SEP.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les études et extrait les données de façon indépendante. Trois auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des études à l'aide du logiciel GRADEpro (GRADEpro 2008) pour effectuer une synthèse des meilleures données probantes. La présence d’une importante hétérogénéité méthodologique, clinique et statistique entre les essais inclus et les outils de mesure utilisés ne nous a pas permis de réaliser une méta-analyse. Par conséquent, nous avons effectué une synthèse des meilleures données probantes au moyen d'une analyse qualitative.

Résultats principaux: 

Neuf ECR (N = 531 participants, dont 469 ont été inclus dans les analyses), dont un avec deux rapports, ont examiné diverses interventions de rééducation à distance chez les adultes atteints de SEP. L'âge moyen des participants variait de 41 à 52 ans (moyenne de 46,5 ans) et le nombre moyen d'années écoulées depuis le diagnostic variait de 7,7 à 19,0 ans (moyenne de 12,3 ans). La majorité des participants étaient des femmes (proportion variant de 56 % à 87 %, moyenne de 74 %) atteintes de sclérose en plaques récurrente-rémittente (SEP-RR). Ces interventions étaient complexes, et comportaient plus d'un volet de rééducation et comprenaient des programmes éducatifs, d'activité physique et de gestion du comportement et des symptômes.

La qualité méthodologique de toutes les études a été jugée « faible ». Dans l'ensemble, la revue a découvert des données de faible valeur probante concernant l’impact des interventions de rééducation à distance dans la réduction de l’invalidité de courte durée et des symptômes, tels que la fatigue. Il y avait également des données de faible valeur probante en faveur des effets à plus long terme de la rééducation à distance pour l'amélioration des activités fonctionnelles, des déficiences (comme la fatigue, la douleur et l'insomnie) et de la participation évaluée à l’aide des résultats psychologiques et de qualité de vie. Il y avait peu de données sur l'évaluation du processus (satisfaction des participants et des thérapeutes), et aucune donnée sur le rapport coût-efficacité n’était disponible. Aucun effet indésirable n'a été rapporté conséquemment aux interventions de rééducation à distance.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Elisa CALLEGARI et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine ? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.