Des interventions à distance et web 2.0 visant à promouvoir l'activité physique

Ne pas pratiquer suffisamment de d'activité physique entraîne un risque accru d'un certain nombre de maladies chroniques, et de problèmes de santé physiques et mentales. Une activité physique régulière devrait être un objectif pour les adultes et elle peut fournir des bénéfices sociaux, émotionnels et physiques. La majorité des adultes n’est pas active aux niveaux recommandés. Nous avons inclut un total de 11 études portant sur 5862 adultes apparemment en bonne santé dans cette revue. Les résultats de cette revue indiquent que l'utilisation de technologies pour soutenir des tentatives d'adultes pour devenir plus actifs, pour atteindre des quantités recommandées hebdomadaire d'activité, ou pour améliorer leur état de santé sont efficaces. Des changements peuvent être obtenus avec l'aide d'un professionnel qualifié et à travers un soutien personnel téléphonique, par mail ou des informations écrites. La nouvelle activité physique peut être maintenue pendant au moins un an et elle n'augmente pas le risque de chutes ou les blessures liées à l'exercice. D'avantage de recherche est nécessaire pour établir quelles méthodes de promotion d'exercice encouragent des groupes spécifiques de personnes à être plus actifs physiquement à long terme.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons trouvé des preuves d'évidence pour recommander l'efficacité des interventions à distance et des réseaux 2.0 visant à promouvoir l'AP. Ces interventions avaient un effet positif, modéré, sur l'augmentation de l'AP signalée et sur l'entraînement cardiorespiratoire, au moins à 12 mois. L'efficacité de ces interventions a été corroborée par des études de modérée à haute qualité. Cependant, on continue à avoir une pénurie d'information sur la rentabilité et d'études qui incluent des participants issus de différents groupes ethniques ou socio-économiques. Des études à long terme, avec au moins un an de suivi, sont nécessaires pour mieux comprendre les effets indépendants de programmes individuels.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des interventions à distance et web 2,0 visant à promouvoir l'activité physique (AP) sont de plus en plus populaires, mais leur capacité à atteindre des changements à long terme est inconnue.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité des interventions à distance et web 2.0 pour la promotion de l'AP chez des adultes (âgés de 16 ans et plus) vivant en institution à un groupe témoin exposé à un placebo ou à l'absence d'intervention ou avec une intervention minime.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, et d'autres bases de données (des premières dates disponibles jusqu' en octobre 2012). Les listes de références bibliographiques des articles pertinents ont été examinées. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient des interventions d'AP à distance et réseau 2,0 pour des adultes vivant en institution avec un groupe témoin avec un placebo, avec une absence ou une intervention minime. Nous avons inclut les études si le principal composant de l'intervention a été donné à distance ou moyen de technologies réseau 2.0 (par exemple, internet, technologies intelligentes ou des téléphones portables) ou plusieurs méthodes traditionnelles (par exemple, par téléphonique, par la poste), ou les deux. Pour évaluer le changement de comportement au fil du temps, les études incluses présentaient une durée minimale de 12 mois de suivi après le début de l'intervention pour les résultats définitifs. Nous avons exclu les études qui avaient plus de 20% de perte de suivi s' ils n'ont pas appliqué une analyse d'intention de traiter.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité de chaque étude et extrait les données. Les articles qui n'étaient pas en langue anglaise ont été examinés avec l'aide d'un interprète qui était épidémiologiste. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires lorsque c'était nécessaire. Des différences moyennes standardisées (DMS) et des intervalles de confiance (IC) à 95% ont été calculés pour les mesures continues d'AP et d’entraînement cardiorespiratoire. Pour les études présentant des résultats dichotomiques, les rapports des cotes et les IC à 95% ont été calculés.

Résultats principaux: 

Un total de 11 études portant sur des 5862 adultes en aparent bon état santé remplissaient les critères d'inclusion. Toutes les études ont été menées dans des pays avec un niveau de vie élevé. L'effet des interventions sur l’entraînement cardio-vasculaire à un an (deux études; 444 participants) a été positif et modéré avec une hétérogénéité significative des effets observés (DMS 0.40; IC à 95%, de 0.04 à 0.76; haute qualité d'évidence). L'effet des interventions sur l'AP fournies par des intéressés à un an (neuf études; 4 547 participants) était positif et modéré (DMS de 0.20; IC à 95%, de 0.11 à 0.28; modéré qualité d'évidence) avec une hétérogénéité (I2 = 37%) dans les effets observés. Une étude rapportait des résultats positifs à deux ans (DMS de 0.20; IC à 95%, de 0.08 à 0.32; modérée qualité d'évidence). Lorsque des études ont été classés par risque de biais, les études à faible risque de biais (huit études; 3403 participants) présentaient une augmentation des effets (DMS de 0.28; IC à 95%, de 0.16 à 0.40; qualité d'évidence modérée). Les interventions les plus efficaces appliquaient une approche sur mesure pour le type d'AP et utilisaient le contact téléphonique pour fournir un retour pour soutenir les changements dans l'AP. Il n'y avait pas de preuve d'un risque accru d'événements indésirables (sept études; 2892 participants). Le risque de biais a été évalué comme faible (huit études; 3060 participants) ou modérée (trois études; 2677 participants). Il n'y avait pas de différence en termes d'efficacité entre les études utilisant différents types de professionnels dans les interventions (par exemple les professionnels de santé ou d'activités physiques adaptées). Il n'y avait pas de différence dans les estimations regroupées entre les études qui généraient la prescription d'AP à l'aide d'un programme informatique automatisé par rapport à un humain, ni entre les études qui utilisaient des pédometres dans le cadre de leur intervention par rapport aux études qui n'avaient pas.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.