Traitement anticoagulant pour l'embolie pulmonaire sous-segmentaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'embolie pulmonaire aiguë (EP) est une cause fréquente de décès, représentant 50 000 à 200 000 décès par an. Elle est la troisième cause la plus fréquente de mortalité parmi les maladies cardio-vasculaires, après la maladie coronarienne et l'accident vasculaire cérébral (AVC).

L'introduction de l'angiographie tomographique pulmonaire (CTPA) à détecteurs multiples assistée par ordinateur a permis une meilleure évaluation de l'EP concernant la visualisation des artères pulmonaires périphériques, augmentant son taux de diagnostic. Plus de cas d'EP périphériques, tels que l'EP sous-segmentaire isolée (EPSS) et l'EP accidentelle, ont donc été identifiés. Ces deux pathologies sont généralement observées chez les patients avec peu ou pas de symptômes classiques, tels que la toux (y compris les crachats de sang), une douleur dans la poitrine ou en haut du dos, une respiration aiguë, ou un collapsus général ou spécifique de la circulation qui est de nature soit cardiaque, soit périphérique. Cependant, chez les patients souffrant d'un disfonctionnement cardiaque, les symptômes classiques de l'EP peuvent être observés lors d'EPSS isolées. L'EPSS accidentelle est occasionnellement détectée chez les patients asymptomatiques, généralement par l'imagerie diagnostique réalisée pour d'autres raisons (par exemple la tomodensitométrie (TDM) de routine pour la stadification du cancer chez les patients oncologiques).

Les patients souffrant d'EPSS isolée ou accidentelle pourraient avoir une présentation clinique plus bénigne par rapport à ceux atteints d'une EP proximale. Toutefois, la signification clinique et le pronostic chez ces patients doivent être étudiés pour évaluer si un traitement anticoagulant est nécessaire.

Aucune étude ne remplissait les critères d'inclusion de la revue. Il n'existe pas de preuves issues d'essais contrôlés randomisés concernant l'efficacité et l'innocuité du traitement anticoagulant par rapport à l'absence d'intervention chez les patients atteints d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou accidentelle, nous ne pouvons donc pas apporter de conclusions. Des recherches supplémentaires bien menées sont nécessaires avant de prendre des décisions éclairées.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas de preuves issues d'essais contrôlés randomisés concernant l'efficacité et l'innocuité du traitement anticoagulant par rapport à l'absence d'intervention chez les patients atteints d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou accidentelle, nous ne pouvons donc pas apporter de conclusions. Des recherches supplémentaires bien menées sont nécessaires avant de prendre des décisions éclairées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'embolie pulmonaire aiguë (EP) est une cause fréquente de décès, représentant 50 000 à 200 000 décès par an. Elle est la troisième cause la plus fréquente de mortalité parmi les maladies cardio-vasculaires, après la maladie coronarienne et l'accident vasculaire cérébral (AVC).

L'introduction de l'angiographie tomographique pulmonaire (CTPA) à détecteurs multiples assistée par ordinateur a permis une meilleure évaluation de l'EP concernant la visualisation des artères pulmonaires périphériques, augmentant son taux de diagnostic. Plus de cas d'EP périphériques, tels que l'EP sous-segmentaire isolée (EPSS) et l'EP accidentelle, ont donc été identifiés. Ces deux pathologies sont généralement observées chez les patients avec peu ou pas de symptômes classiques, tels que la douleur hémoptysique et pleurétique, une respiration aiguë, ou un collapsus des voies respiratoires. Cependant, chez les patients présentant une réserve cardio-pulmonaire (C / P) réduite, les symptômes classiques de l'EP peuvent être observés lors d'EPSS isolées. L'EPSS accidentelle est occasionnellement détectée chez les patients asymptomatiques, généralement par l'imagerie diagnostique réalisée pour d'autres raisons (par exemple la TDM de routine pour la stadification du cancer chez les patients oncologiques).

Traditionnellement, toutes les EP sont anticoagulées de manière similaire, indépendamment de l'emplacement, du nombre et de la taille du thrombus. Il a été suggéré que de nombreux patients atteints d'EPSS peuvent être traités sans bénéfice, augmentant les effets indésirables par une possible utilisation non nécessaire d'anticoagulants.

Les patients souffrant d'EPSS isolée ou accidentelle pourraient avoir une présentation clinique plus bénigne par rapport à ceux atteints d'une EP proximale. Toutefois, la signification clinique et le pronostic chez ces patients doivent être étudiés pour évaluer si un traitement anticoagulant est nécessaire.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du traitement anticoagulant par rapport à l'absence d'intervention chez les patients atteints de d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou accidentelle.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre des essais du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans le registre spécialisé (dernière recherche en octobre 2013) et CENTRAL (2013, numéro 9). MEDLINE, EMBASE, LILACS et les bases de données d'essais cliniques ont également été consultées (octobre 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés portant sur un traitement anticoagulant par rapport à l'absence d'intervention chez les patients atteints d'EPSS ou d'EPSS accidentelle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné toutes les références bibliographiques pour s'assurer de la fiabilité de sélection. Deux auteurs de la revue devaient extraire les données et évaluer la qualité méthodologique des essais identifiés en utilisant les critères recommandés dans le guide d'examen systématique des interventions Cochrane

Résultats principaux: 

Aucune étude qui répondait aux critères d'inclusion n'a été identifiée.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.