Le sultiame administré en monothérapie comme traitement contre l'épilepsie

Trois essais contrôlés randomisés avec un total de 246 participants ont été réalisés afin d'évaluer l'efficacité et l'innocuité du sultiame administré en monothérapie comme traitement contre l'épilepsie. Deux études ont été menées sur les épilepsies infantiles bénignes à pointes centro temporales, et une étude a été menée sur les crises d'épilepsie généralisées tonico-cloniques. La qualité des preuves est limitée suite à des échantillons de petite taille, des risques de biais significatifs, l'absence de données pour les critères de jugements importants et, dans une étude, le manuscrit n'a pas été intégralement traduit en anglais. Par conséquent, cette revue ne peut apporter de conclusions significatives sur l'efficacité ou l'innocuité du sultiame administré en monothérapie comme traitement contre l'épilepsie. Notre recherche (effectuée en octobre 2013) a révélé que deux études étaient en cours concernant l'utilisation du sultiame en tant que monothérapie pour les épilepsies infantiles bénignes à pointes centro temporales, les résultats de ces études pourraient permettre une analyse plus significative dans les futures mises à jour de cette revue.

Conclusions des auteurs: 

Des échantillons de petite taille, la mauvaise qualité méthodologique et le manque de données relatives aux mesures de critères de jugements importants ne permettent pas de fournir des conclusions significatives concernant l'efficacité et l'innocuité du sultiame administré en monothérapie comme traitement contre l'épilepsie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est un trouble neurologique courant qui se caractérise par des convulsions récurrentes. Le sultiame (STM) est largement utilisé comme médicament antiépileptique en Europe et en Israël. Dans cette revue, nous présentons un résumé des preuves sur l'utilisation de STM en monothérapie comme traitement contre l'épilepsie.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité et le profil des effets secondaires du STM en monothérapie par rapport à un placebo ou à un autre médicament antiépileptique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (24 octobre 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (de 2013, numéro 9), MEDLINE Ovid (de 1946 au 24 octobre 2013), SCOPUS (de 1823 au 24 octobre 2013), l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) (28 octobre 2013) et ClinicalTrials.gov (28 octobre 2013). Nous n'avons imposé aucune restriction concernant la langue. Nous avons contacté les fabricants de STM et les chercheurs dans le domaine pour les études en cours et non publiées.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés du STM administré en monothérapie chez les patients de tout âge atteints d'épilepsie de toute étiologie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure et extrait les données pertinentes.

Les critères de jugement suivants ont été évalués : (1) le délai d'échec du traitement; (2) le délai nécessaire pour une rémission de 12 mois; (3) le nombre de crises à 12 mois; (4) les effets indésirables; et (5) le score sur la qualité de vie. Les analyses primaires ont été effectuées en intention de traiter lorsque cela était possible. Une analyse narrative des données a été présentée.

Résultats principaux: 

Deux études représentant 100 participants souffrant d'épilepsie infantile bénigne à pointes centro temporales (EIPCT) et une étude portant sur 146 participants souffrant de crises d'épilepsie généralisées tonico-cloniques (CEGTC) ont été inclues. Le STM était administré en monothérapie par rapport à un placebo dans les études d'EIPCT et par rapport à la phénytoïne dans l'étude des CEGTC. Une traduction anglaise de l'intégralité du texte pour l'une des études sur l'EIPCT n'a pas pu être trouvée, et l'analyse de cette étude était basée sur le seul extrait traduit en anglais. Aucune donnée n'a été rapportée pour le critère de jugement (1), (2), (3) ou (5). La notification des effets indésirables était incomplète. Les participants recevant le STM étaient significativement moins susceptibles de développer une hyperplasie gingivale que les participants recevant de la phénytoïne dans le l'étude de CEGTC (risque relatif (RR) 0,03, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,00 à 0,58). Aucun autre effet indésirable statistiquement significatif n'a été observé lorsque le STM était comparé à la phénytoïne ou à un placebo. Deux études en cours comparant le STM administré en monothérapie par rapport au placebo ou au lévétiracétam lors d'EIPCT ont été identifiées.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.