Inhibiteurs de phosphodiestérase pour le traitement des problèmes urinaires chez les hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate

Problématique de la revue

Quels sont les effets des inhibiteurs de la phosphodiestérase comparativement à d'autres médicaments, chez les hommes présentant des symptômes urinaires, que l'on attribue à une hypertrophie de la prostate ?

Contexte

Les problèmes liés à la miction, surtout chez les hommes plus âgés, sont souvent dus à une hyperplasie bénigne de la prostate. Des médicaments comme les alpha-bloquants et les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont couramment utilisés pour traiter ces symptômes. Ils aident à contrôler les symptômes mais peuvent avoir des effets indésirables. Les inhibiteurs de la phosphodiestérase sont des médicaments utilisés depuis longtemps pour aider les hommes à avoir de meilleures érections. Ils peuvent également aider à améliorer les symptômes urinaires chez les hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate.

Date de recherche

Nous avons recherché des essais randomisés qui ont étudié ces traitements jusqu'au 2 août 2018.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons trouvé un total de 16 études. Il s'agissait surtout d'hommes âgés de plus de 60 ans, présentant des symptômes urinaires modérés à graves. La plupart des études ont été financées par les entreprises qui fabriquent ces médicaments.

Résultats principaux

Comparativement au placebo, les inhibiteurs de la phosphodiestérase peuvent améliorer un peu les symptômes urinaires et réduire la gêne, mais ils peuvent aussi causer plus d'effets indésirables du médicament.

Il n'y a probablement pas de différence entre les inhibiteurs de la phosphodiestérase et les alpha-bloquants lorsqu'il s'agit d'améliorer les symptômes urinaires, et il ne semble pas y avoir de différence en ce qui concerne les symptômes gênants ou les effets indésirables des médicaments.

La prise d'un inhibiteur de la phosphodiestérase avec un alpha-bloquant peut améliorer légèrement plus les symptômes urinaires que la prise d'alpha-bloquants seuls. Nous n'avons trouvé aucune preuve de problèmes urinaires. Cependant, le traitement d'association provoque probablement beaucoup plus d'effets indésirables des médicaments.

La prise d'un inhibiteur de la phosphodiestérase avec un alpha-bloquant peut améliorer légèrement plus les symptômes urinaires que la prise d'un inhibiteur de la phosphodiestérase seul. Nous n'avons pas trouvé des données probantes concernant la gêne ou les effets indésirables des médicaments.

À court terme (jusqu'à 12 semaines), la combinaison d'un inhibiteur de la phosphodiestérase avec un inhibiteur de la 5-alpha réductase rend probablement les symptômes urinaires un peu mieux que la prise d'un inhibiteur de la 5-alpha réductase seul, mais l'effet est peut-être trop faible pour être remarqué. Nous n'avons pas trouvé des données probantes sur la gêne occasionnée, ni sur les taux d'effets indésirables des médicaments. Lorsqu'il est pris plus longtemps (13 à 26 semaines), le traitement d'association améliore probablement aussi légèrement les symptômes urinaires, à un degré qui peut ne pas être perceptible. Nous n'avons pas trouvé des données probantes sur les problèmes urinaires. Les effets indésirables des médicaments peuvent être similaires.

Nous n'avons pas trouvé des données probantes pour d'autres traitements d'association ou pour comparer différents inhibiteurs de phosphodiestérase. La plupart des études ne portaient que sur l'utilisation à court terme de ces médicaments (jusqu'à 12 semaines) ; par conséquent, les effets à long terme sont largement inconnus.

Qualité des données probantes

Nous avons pour la plupart évalué la qualité des données probantes comme étant modérée ou faible, ce qui signifie que nous sommes quelque peu ou assez incertains des vrais résultats. Les effets réels peuvent être similaires ou bien différents.

Conclusions des auteurs: 

Comparativement au placebo, le PDEI entraîne probablement une légère réduction des scores IPSS totaux et BPHII, avec une augmentation possible des AEs. Il peut n'y avoir aucune différence entre le PDEI et l'AB en ce qui concerne l'amélioration de l'IPSS total, du BPHII et de l'incidence des AEs. En ce qui concerne les symptômes urinaires, il ne semble pas y avoir d'avantage supplémentaire à l'association du PDEI et de l'AB par rapport au PDEI ou à l'AB seul ou au PDEI combiné au 5-ARI par rapport à l'ARI seul. La plupart des données probantes se limitaient à un traitement à court terme d'une durée maximale de 12 semaines et d'une certitude modérée ou faible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une hypertrophie non maligne de la glande prostatique qui peut causer des symptômes gênants des voies urinaires inférieures. Les alpha-bloquants (AB) et les inhibiteurs de la 5-alpha réductase (5-ARI) sont les piliers du traitement médical. Récemment, des inhibiteurs de la phosphodiestérase (PDEI), utilisés jusqu'à présent principalement pour traiter la dysfonction érectile, ont été introduits dans le traitement des symptômes des voies urinaires inférieures masculins.

Objectifs: 

Évaluer les effets des PDEI comparés au placebo et à d'autres médicaments standard de soins (AB et 5-ARI) chez les hommes avec symptômes des voies urinaires inférieures compatible avec l'HBP.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche systématique dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase, Web of Science et les registres des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des National Institutes of Health (NIH) (mise à jour 2 août 2018). Nous avons effectué le suivi des citations et la recherche manuelle des résumés et des actes de conférence. Nous avons également communiqué avec les auteurs des études pour leur demander des renseignements supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionner pour cette étude méthodique des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) comparant des PDEI à des placebos, des AB ou des 5-ARI pendant au moins quatre semaines chez des hommes atteints d'HBP.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de l'étude ont examiné la documentation et extrait les données de façon indépendante. Les principaux critères de jugement étaient les effets sur les symptômes urinaires tels qu'évalués par l'International Prostate Symptom Score (IPSS-total ; score allant de 0 à 35, avec des valeurs plus élevées reflétant davantage de symptômes), les troubles urinaires tels qu'évalués par le Benign Prostatic Hyperplasia Impact Index (BPHII ; score allant de 0 à 13, avec des valeurs plus élevées reflétant davantage de problèmes) et les événements indésirables (AEs). Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes. Nous avons examiné séparément les résultats à court terme (jusqu'à 12 semaines) et à long terme (12 semaines ou plus).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un total de 16 essais randomisés dans cette revue. Les résultats pour les principaux résultats sont les suivants.

PDEI contre placebo : Les PDEI peuvent entraîner une légère amélioration du score total de l'IPSS (différence moyenne (MD) de 1,89 inférieur, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 2,27 inférieur à 1,50 inférieur ; n = 4293 ; données probantes de faible qualité) comparativement au placebo, et peuvent réduire légèrement le score BPHII (MD 0,52 inférieur, IC 95 % inférieur à 0,33 inférieur ; n = 3646 ; données de faible qualité). Les taux d’événements indésirables (AEs) peuvent être augmentés (rapport de risque (RR) de 1,42, IC à 95 % de 1,21 à 1,67 ; n = 4 386 ; données probantes de faible qualité). Cela correspond à 95 AEs de plus par 1 000 participants (IC à 95 % : 47 de plus à 151 de plus par 1 000 participants). Les résultats de l'étude ont été limités à une durée de traitement de six à 12 semaines.

PDEI contre AB : Les PDEI et les AB fournissent probablement une amélioration similaire du score total de l'IPSS (MD 0,22 plus élevé, IC à 95 % 0,49 plus faible à 0,93 plus élevé ; n = 933 ; données probantes de qualité moyenne) et peuvent avoir un effet similaire sur le score du BPHII (MD 0,03 plus élevé, IC à 95 % 1,10 plus faible à 1,16 plus élevé ; n = 550 ; données probantes de faible qualité) et des AEs(RR 1,35, IC à 95 % 0,80-2,30 ; n = 936 ; données probantes de mauvaise qualité). Cela correspond à 71 AEs de plus par 1 000 participants (IC à 95 % : 41 de moins à 264 de plus par 1 000 participants). Les résultats de l'étude ont été limités à une durée de traitement de six à 12 semaines.

PDEI et AB versus AB seuls : la combinaison de PDEI et AB peut fournir une légère amélioration du score total IPSS (MD 2,56 inférieur, IC à 95 % 3,92 inférieur à 1,19 inférieur ; n = 193 ; données probantes de faible qualité) comparativement à AB seul. Nous n'avons pas trouvé des données probantes pour des résultats selon les scores BPHII. Les AEs peuvent être augmentés (RR 2,81, IC à 95 % : 1,53 à 5,17 ; n = 194 ; données probantes de qualité moyenne). Cela correspond à 235 AEs de plus par 1 000 participants (IC à 95 % : 69 de plus à 542 de plus par 1 000 participants). Les résultats de l'étude ont été limités à une durée de traitement de quatre à douze semaines.

PDEI et AB par rapport au PDEI seul : la combinaison du PDEI et de l'AB peut apporter une légère amélioration de l’IPSS total (MD 2,4 inférieur, IC à 95 % 6,47 inférieur à 1,67 supérieur ; n = 40 ; données probantes de faible qualité) comparativement au PDEI seul. Nous n'avons pas trouvé des données sur le BPHII ou les AEs. Les résultats de l'étude ont été limités à une durée de traitement de quatre semaines.

PDEI et 5-ARI par rapport au 5-ARI seul : à court terme (jusqu'à 12 semaines), la combinaison du PDEI et du 5-ARI entraîne probablement une légère amélioration du score total IPSS (MD 1,40 inférieur, IC à 95 % 2,24 inférieur à 0,56 inférieur ; n = 695 ; données probantes de qualité moyenne) comparativement au 5-ARI seul. Nous n'avons pas trouvé des données probantes sur les scores BPHII ou les AEs. Sur le long terme (13 à 26 semaines), la combinaison du PDEI et du 5-ARI entraîne probablement une légère réduction du score IPSS total (MD 1,00 de moins, IC à 95 % 1,83 de moins à 0,17 de moins ; n = 695 ; données probantes de qualité moyenne). Nous n'avons pas trouvé des données probantes d'effets sur les scores BPHII. Il pourrait n'y avoir aucune différence dans les taux d’AE (RR 1,07, IC à 95 % : 0,84 à 1,36 ; n = 695 ; données probantes de faible qualité). Cela correspond à 19 AEs de plus par 1 000 participants (IC à 95 % : 43 de moins à 98 de plus par 1 000 participants).

Nous n'avons pas trouvé des essais comparant d'autres combinaisons de traitements ou comparant différents agents PDEI.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.