Avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles et répercussions sur l'état de santé des adultes

Pour les familles à revenu faible et intermédiaire, on pourrait s'attendre à ce que des interventions portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles pour réduire la pauvreté et le chômage (qui sont tous deux réputés nuire à la santé) améliorent l'état de santé des adultes.

Cette revue visait à évaluer les effets des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) sur l'évolution de l'état de santé chez des adultes en âge de travailler (18 à 64 ans).

La revue a inclus des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés et des études de cohortes contrôlées avant-après, et des séries temporelles interrompues portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) chez des adultes en âge de travailler. Nous avons cherché des études ayant rendu compte de l'auto-évaluation par les adultes de leur état de santé général ; de la santé mentale/détresse psychologique ; de la maladie mentale ; du surpoids/de l'obésité ; de la consommation de tabac et d'alcool.

Cinq études totalisant 5 677 383 participants (tous étaient des femmes) ont été incluses dans cette revue. Ces études ont toutes été menées aux États-Unis. Étant donné que la totalité de ces études n'étant pas de type expérimental, comportaient des erreurs systématiques considérables au niveau de la méthode utilisée pour leur analyse, nous avons jugé que cet ensemble de preuves présentait une qualité globale très faible.

Cette revue a identifié des preuves faibles indiquant que les interventions portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles n'ont eu aucun effet sur l'état de santé, à l'exception des preuves mitigées concernant la consommation de tabac chez les femmes adultes, pour laquelle certaines études ont suggéré que les taux de tabagisme avaient baissé.

Conclusions des auteurs: 

En résumé, le petit ensemble de preuves existant et méthodologiquement limité, comportant un risque élevé de biais, n'apporte aucune preuve en faveur d'un effet des interventions portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles (IWTC) sur l'état de santé (à l'exception de preuves mitigées sur le tabagisme) chez les adultes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

En améliorant deux déterminants sociaux de la santé (pauvreté et chômage) chez les familles à revenu faible et intermédiaire qui dépendent ou sont à risque de dépendre des prestations sociales, les interventions portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles (IWTC) pourraient entraîner des répercussions sur l'état de santé et sur l'évolution de l'état de santé chez les adultes.

Objectifs: 

Évaluer les effets des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi accordés aux familles (IWTC) sur l'évolution de l'état de santé chez des adultes en âge de travailler (18 à 64 ans).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans 16 bases de données électroniques universitaires, incluant notamment le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la santé publique, la base de données des revues systématiques Cochrane (The Cochrane Library 2012, numéro 7), MEDLINE et EMBASE, ainsi que six bases de données de la littérature grise entre juillet et septembre 2012 pour les dossiers publiés entre janvier 1980 et juillet 2012. Nous avons également effectué des recherches dans les sites Internet des principaux organismes, des recherches manuelles dans les listes bibliographiques des dossiers inclus et des revues pertinentes, et contacté des experts universitaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés et des études de cohortes contrôlées avant-après (CAA) et des séries temporelles interrompues (STI) portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) chez des adultes en âge de travailler. Les principaux critères de jugement inclus étaient : l'auto-évaluation de l'état de santé général ; la santé mentale/détresse psychologique ; la maladie mentale ; le surpoids/l'obésité ; la consommation de tabac et d'alcool.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de cette revue ont indépendamment extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses. Nous avons contacté les auteurs des études afin d’obtenir les informations manquantes.

Résultats principaux: 

Cinq études (une CAA et quatre STI) comprenant au total 5 677 383 participants (tous étaient des femmes) remplissaient les critères d'inclusion et ont été synthétisés de manière narrative. L'intervention portant sur les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi évaluée dans toutes les études incluses est l'avantage fiscal sur le revenu professionnel permanent (Earned Income Tax Credit) aux États-Unis, établi en 1975. Cette intervention a distribué près de 62 milliards de dollars US entre 27 millions d'individus en 2011, et ses coûts d'administration étaient inférieurs à un pour cent de son coût total. Toutes les études incluses comportaient un risque élevé de biais (dû notamment aux facteurs de confusion et au contrôle insuffisant pour les tendances temporelles sous-jacentes). Compte tenu du petit nombre d'études (observationnelles) et de leurs risques élevés de biais, nous avons jugé que cet ensemble de preuves était d'une qualité globale très faible.

Une étude a déterminé que les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) n'ont eu aucun effet détectable sur l'auto-évaluation de l'état de santé général et la santé mentale/détresse psychologique cinq ans après sa mise en place (c'est-à-dire une variation considérable de la générosité des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) permanents) et sur le surpoids/l'obésité huit ans après la mise en place. Une étude n'a trouvé aucun effet des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) sur la consommation de tabac cinq ans après la mise en place, une étude a trouvé une réduction modérée de la consommation de tabac un an après la mise en place (odds ratio 0,95, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,94 à 0,96), et une étude a identifié des effets différentiels, mais aucun effet chez les Afro-Américains et une forte réduction chez les Américains d'origine européenne deux ans après la mise en place (différence de risque -11,1 %, IC à 95 % -20,9 % à -1,3%). Il n'existait aucune preuve en faveur de l'effet des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) sur la maladie mentale et la consommation de tabac. Aucun effet indésirable n'a été identifié avec les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC).

De même, une étude n'a trouvé aucun effet détectable des avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) sur le nombre de jours en mauvaise santé physique et de biomarqueurs dangereux pour l'inflammation, les maladies cardiovasculaires et les pathologies métaboliques huit ans après la mise en place. Une étude a trouvé que les avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) ont eu un effet positif important sur les revenus professionnels ou les salaires un an après la mise en place. Deux études n'ont trouvé aucun effet sur l'emploi deux et cinq ans après la mise en place, tandis que deux études ont mis en évidence une augmentation modérée cinq et huit ans après la mise en place et une étude a mis en évidence une forte augmentation de l'emploi due aux avantages fiscaux conditionnés par l'emploi (IWTC) un an après la mise en place.

Aucune différence n'a été détectée au niveau des résultats entre les groupes ayant différents niveaux d'éducation pour l'auto-évaluation de l'état de santé général et la santé mentale/détresse psychologique. Dans une étude, les femmes américaines d'origine européenne ayant des niveaux d'éducation inférieurs étaient plus susceptibles de réduire la consommation de tabac, alors que la consommation de tabac n'a pas changé parmi les femmes afro-américaines ayant des niveaux d'éducation inférieurs. Toutefois, aucune différence n'a été observée en termes de consommation de tabac en fonction du niveau d'éducation dans une deuxième étude. Deux études ont conclu que l'intervention peut avoir réduit l'injustice dans le domaine de l'emploi, où les femmes ayant un niveau d'éducation inférieur étaient plus susceptibles de trouver un emploi (même si dans une étude, il n'a pas été possible d'établir si cette différence était significative au plan statistique), tandis que deux études n'ont pas trouvé une telle différence et qu'aucune étude n'a trouvé de différence en fonction du groupe ethnique sur les taux d'emploi.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.