Information formelle des patients devant subir une cholécystectomie laparoscopique

Contexte

Le foie produit la bile qui a de nombreuses fonctions, notamment l'élimination des déchets traités par le foie et la digestion des graisses. La bile est stockée temporairement dans la vésicule biliaire (un organe situé sous le foie dans l'abdomen (ventre)) avant d'arriver à l'intestin grêle. Les concrétions dans la vésicule biliaire sont appelées calculs biliaires. Les calculs biliaires sont présents chez environ 5 % à 25 % de la population adulte occidentale. Entre 2 % et 4 % deviennent symptomatiques par an. Les symptômes incluent la douleur liée à la vésicule biliaire (colique hépatique), l'inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite), l'obstruction à l'écoulement de la bile du foie et de la vésicule biliaire dans l'intestin grêle entraînant un ictère (décoloration jaunâtre de l'organisme généralement principalement observée dans le blanc de l'œil, qui devient jaune), l'infection de la bile (angiocholite), et l'inflammation du pancréas, un organe sécrétant des fluides digestives et hébergeant les cellules productrices d'insuline qui maintiennent le taux de glycémie (pancréatite). L'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est actuellement considérée comme la meilleure option de traitement pour les patients souffrant de calculs biliaires symptomatiques. Elle est généralement réalisée par chirurgie mini-invasive (cholécystectomie laparoscopique). Généralement, avant d'être opérés, les patients sont informés de façon informelle par les professionnels de santé impliqués dans les soins (médecins, infirmiers, secrétaires médicaux ou aides-soignants). Les patients reçoivent des informations notamment sur le type d'anesthésie, la durée prévue de l'opération, les résultats attendus de la chirurgie, y compris les complications, la durée du séjour à l'hôpital, les soins de la plaie (le cas échéant), la reprise des activités normales, et le retour au travail. Ces informations peuvent aussi être fournies dans un cadre formel dans différents formats, y compris sous forme d'informations écrites, de présentations formelles ou sur vidéo ou ordinateur. Les auteurs de la revue ont cherché à déterminer s'il est préférable de fournir une information formelle aux patients avant l'opération.

Caractéristiques des études

Nous avons effectué des recherches dans la littérature médicale afin d'identifier les études ayant fourni des renseignements sur la question ci-dessus. Les auteurs ont extrait des informations uniquement à partir d'essais randomisés car ces types d'essais fournissent les meilleures informations quand ils sont menés correctement. Deux auteurs de la revue ont de manière indépendante identifié les essais et recueilli les données. Les informations sont à jour en mars 2013.

Résultats principaux

Nous avons trouvé quatre essais portant sur 431 patients subissant une cholécystectomie laparoscopique élective ayant bénéficié soit d'une information formelle du patient (215 participants) ou de soins standard (216 participants). Le choix d'assigner le patient à l'information formelle ou aux soins standard a été déterminé par une méthode similaire à pile ou face afin de créer des groupes de patients comparables. L'information du patient incluait la fourniture d'informations simplement en discutant avec le patient mais de manière plus formelle ou en ayant recours à différentes méthodes de présentation. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais (erreurs dans la conception de l'étude pouvant conduire à des conclusions erronées). Un seul essai incluant 212 participants rapportait les décès après la chirurgie. Aucun décès n'est survenue dans aucun des deux groupes dans cet essai. Il n'y avait aucune preuve claire d'un effet associé à l'information du patient sur les scores de douleur au bout de 9 à 24 heures ou les connaissances, la satisfaction et l'anxiété du patient. Aucun des essais ne rendait compte des complications chirurgicales, de la qualité de vie, du pourcentage de patients sortis au titre de la cholécystectomie laparoscopique ambulatoire, de la durée d'hospitalisation, du retour au travail, ou du nombre de visites imprévues chez le médecin.

Un total de 173 participants subissant une cholécystectomie laparoscopique élective ont reçu une information formelle avec répétition (le patient répète l'information fournie) (92 participants) ou sans répétition (81 participants) dans un essai à risque élevé de biais. Le seul critère de jugement rapporté dans cet essai étaient les connaissances du patient. Les résultats que nous avons trouvés pour l'effet sur les connaissances du patient entre les groupes ayant bénéficié de l'information formelle avec ou sans répétition n'étaient pas clairs, et nous n'avons pas pu exclure d'éventuels bénéfices de l'intervention d'information ou de contrôle.

En raison de la très faible qualité des preuves actuelles, nous ne savons pas si l'information formelle des patients en plus de l'information standard fournie par les médecins apporte des bénéfices aux patients. D'autres essais cliniques randomisés bien conçus sont nécessaires.

Qualité des preuves

La qualité globale des preuves était très faible.

Conclusions des auteurs: 

En raison de la très faible qualité des preuves actuelles, les effets de l'information formelle des patients en plus de l'information standard fournie par les médecins, comparativement aux soins standard, restent incertains. D'autres essais cliniques randomisés bien conçus et à faible risque de biais sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Généralement, avant d'être opérés, les patients reçoivent des informations de façon informelle de la part des professionnels de santé impliqués dans les soins (médecins, infirmiers, secrétaires médicaux ou aides-soignants). Ces informations peuvent aussi être fournies dans un cadre formel dans différents formats, y compris sous forme d'informations écrites, de présentations formelles ou d'enregistrements audio-visuels.

Objectifs: 

Comparer les bénéfices et les inconvénients de l'information préopératoire formelle pour les patients subissant une cholécystectomie laparoscopique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 2, 2013), MEDLINE, EMBASE et Science Citation Index Expanded jusqu'à mars 2013.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus uniquement des essais cliniques randomisés sans restriction de langue ou de statut de publication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données. Nous avions prévu de calculer le risque relatif avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les résultats dichotomiques, et la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) avec IC à 95 % pour les résultats continus en nous basant sur les analyses en intention de traiter lorsque les données étaient disponibles.

Résultats principaux: 

Un total de 431 participants subissant une cholécystectomie laparoscopique élective ont été aléatoirement assignés à l'information formelle du patient (215 participants) ou aux soins standard (216 participants) dans quatre essais. Dans ces quatre essais, l'information des patients incluait l'information verbale, un programme multimédia sur DVD ou sur ordinateur et une présentation PowerPoint. Tous les essais présentaient un risque élevé de biais. Un essai incluant 212 patients rendait compte de la mortalité. Aucune mortalité n'était signalée dans aucun des deux groupes dans cet essai. Aucun des essais ne rapportait la morbidité liée à la chirurgie, la qualité de vie, la proportion de patients sortis au titre de la cholécystectomie laparoscopique ambulatoire, la durée du séjour à l'hôpital, le retour au travail, ou le nombre de visites imprévues chez le médecin. Il n'y avait pas suffisamment de détails pour calculer la différence moyenne et l'IC à 95 % pour la différence des scores de douleur au bout de 9 à 24 heures (1 essai ; 93 patients) ; et nous n'avons pas identifié de preuves claires d'un effet sur les connaissances des patients (3 essais ; 338 participants ; DMS 0,19 ; IC à 95 % -0,02 à 0,41 ; preuves de très faible qualité), la satisfaction du patient (2 essais ; 305 patients ; DMS 0,48 ; IC à 95 % -0,42 à 1,37 ; preuves de très faible qualité), ou l'anxiété du patient (1 essai ; 76 participants ; DMS -0,37 ; IC à 95 % -0,82 à 0,09 ; preuves de très faible qualité) entre les deux groupes.

Un total de 173 participants subissant une cholécystectomie laparoscopique élective ont été randomisés au consentement électronique avec répétition (les patients répètent les informations fournies) (92 participants) versus consentement électronique sans répétition (81 participants) dans un essai à risque élevé de biais. Le seul critère de jugement rapporté dans cet essai étaient les connaissances du patient. L'effet sur les connaissances du patient entre les groupes ayant reçu l'information avec ou sans répétition était imprécis et basé sur un essai avec 173 participants ; DMS 0,07 ; IC à 95 % -0,22 à 0,37 ; preuves de très faible qualité).

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.