Flupenthixol contre placebo pour la schizophrénie

Le flupenthixol est un médicament antipsychotique qui a commencé à être commercialisé au Royaume-Uni en 1965. Disponible sous forme de comprimé ou d'injection à action prolongée, il est utilisé pour traiter la schizophrénie depuis près de 50 ans et s'est révélé efficace et bien toléré par les schizophrènes. Ses principaux effets secondaires sont les tremblements, l'agitation, la sécheresse buccale et une prise de poids.

Bien que ce médicament soit disponible depuis de nombreuses années, peu de revues systématiques de son efficacité sont disponibles et la façon dont il permet aux patients de gérer les symptômes de la schizophrénie n'est pour l'instant pas bien mesurée, quantifiée et connue. Cette revue systématique n'a pu inclure qu'une seule petite étude, réalisée il y a 30 ans. Le flupenthixol était comparé à un placebo. Un nombre inférieur de personnes prenant le flupenthixol a eu besoin de médicaments antipsychotiques, mais il n'y avait pas de différence notable en ce qui concerne la capacité des patients à gérer et fonctionner socialement. Il n'y avait pas d'informations claires concernant l'amélioration de l'état mental des patients, l'amélioration de leur comportement, l'augmentation de leur usage des services, leur satisfaction vis-à-vis du traitement ou le coût et la rentabilité. Le flupenthixol étant largement répandu et peu onéreux, on peut comprendre que ce médicament reste très utilisé pour traiter les personnes souffrant de maladies mentales graves. Toutefois, son utilisation est plus basée sur l'expérience clinique et le choix des psychiatres que sur les résultats d'études à grande échelle ou des informations fondées sur des preuves. L'efficacité et les bénéfices du flupenthixol demeurent en grande partie inconnus et incomplets. Des essais à grande échelle, randomisés et contrôlés contre placebo, permettraient d'améliorer les connaissances concernant ce médicament.

Ce résumé a été rédigé par Ben Gray de RETHINK.

Conclusions des auteurs: 

Nous étions surpris que ce médicament bien établi dispose d'aussi peu de données issues d'essais étudiant ses effets absolus. Nous pensons qu'il est peu probable que cela soit rectifié quelque 50 ans après son lancement et savons que cela ne se reproduirait plus aujourd'hui. Toutefois, même si les données sont très limitées, le flupenthixol mériterait probablement de faire l'objet de recherches approfondies, ne serait-ce que pour garantir que ce médicament actif peu onéreux ne soit pas oublié.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le flupenthixol, initialement commercialisé au Royaume-Uni en 1965, est utilisé comme traitement contre la schizophrénie depuis des décennies.

Objectifs: 

Évaluer les effets cliniques absolus du flupenthixol par rapport à un placebo pour traiter la schizophrénie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (août 2011), examiné les listes bibliographiques de toutes les études identifiées à la recherche d'autres essais et contacté les auteurs des essais pour obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient le flupenthixol avec un placebo chez les adultes souffrant de schizophrénie ou de troubles liés, par n'importe quel type de diagnostic. Les principaux critères de jugement étaient les changements cliniquement importants au niveau de l'état général, de l'état mental et du comportement, ainsi que les effets indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données de la seule étude incluse, discuté des éventuels désaccords, documenté les décisions et contacté les auteurs de l'étude pour obtenir des informations complémentaires. Nous avons analysé les résultats binaires en appliquant une estimation standard du risque relatif (RR) et un intervalle de confiance (IC) à 95 %. Pour les données homogènes, nous avons utilisé un modèle à effets fixes. Pour les événements rares, nous avons analysé les données dichotomiques en utilisant le rapport des cotes (RC) de Peto, avec à nouveau un IC à 95 %.

Résultats principaux: 

Nous n'avons pu inclure qu'une seule petite étude (n = 45), de qualité moyenne. Lorsque le groupe du α-flupenthixol était comparé aux groupes combinés du placebo inactif ou du β-flupenthixol, le nombre de patients ayant besoin de médicaments antipsychotiques supplémentaires après environ quatre semaines du fait d'une détérioration de leur état général était inférieur dans le groupe du traitement actif (n = 45 ; RC : 0,19 ; IC à 95 % : 0,05 à 0,71). Il n'y avait pas de différence notable au niveau du fonctionnement social à un an (n = 45 ; RR = 1,33 ; IC à 95 % : 0,91 à 1,96). Nous n'avons pas trouvé de données claires concernant l'état mental et le comportement, les effets indésirables, l'utilisation des services, la satisfaction vis-à-vis du traitement ou le coût.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.