Le courant électrique continu dans le cerveau pour traiter les troubles du langage après un AVC

Problématique de la revue

Évaluer les effets de la tDCS sur l'amélioration des troubles du langage chez les personnes ayant subi un AVC.

Contexte

L'AVC est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde. La plupart des AVC se produisent lorsqu’un caillot de sang bloque un vaisseau sanguin irrigant le cerveau. En l'absence d'un apport sanguin adéquat, le cerveau subit rapidement des lésions, qui peuvent être permanentes, et ces lésions causent souvent des troubles du langage (aphasie) chez les survivants d'un AVC. Les personnes atteintes d'aphasie après un AVC ont des difficultés à communiquer, c'est-à-dire à comprendre et/ou à produire le langage. Les stratégies actuelles d'orthophonie n'ont qu'une efficacité limitée pour améliorer ces troubles du langage. On pourrait ajouter la stimulation cérébrale non invasive réalisée par une technique dénommée stimulation transcrânienne par courant continu (tDCS) afin d’amplifier les effets de l’orthophonie. Cette technique influence l’excitabilité des zones fonctionnelles cérébrales et peut être utilisée pour améliorer les troubles du langage. Toutefois, il n’est pas encore certain que cette intervention soit efficace pour améliorer les résultats de l'orthophonie.

Date de recherche

La recherche dans le présent document est à jour au 12 juin 2018.

Caractéristiques des études

La revue comprenait 21 essais cliniques comparant la tDCS par rapport à la tDCS simulée impliquant 421 participants atteints d'aphasie due à un premier AVC.

Principaux résultats

Nous n'avons trouvé aucune preuve en faveur de la tDCS pour l’amélioration de la récupération du langage sur le plan de la communication quotidienne ou des capacités de réflexion. Cependant, il existe quelques preuves en faveur de la tDCS pour l’amélioration de la capacité d'une personne à nommer des noms. Nous n'avons pas pu identifier d'effets nocifs graves. Le nombre d'événements indésirables et de sorties de patient des essais n'a pas augmenté. D'autres essais sont nécessaires dans ce domaine pour déterminer si ce traitement fonctionne dans la pratique courante. Les auteurs des recherches futures devraient se conformer aux normes de qualité de la recherche en vigueur.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était très faible à moyenne.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement aucune preuve de l'efficacité de la tDCS (tDCS anodale, tDCS cathodique et tDCS double) par rapport au contrôle (simulation de tDCS) pour améliorer la communication fonctionnelle chez les personnes atteintes d'aphasie après un AVC (faible qualité des preuves). Cependant, il y a quelques preuves en faveur de la tDCS pour l’amélioration de la performance de dénomination des noms (qualité modérée des preuves), mais pas pour celle des verbes (très faible qualité des preuves) à la fin de la période d'intervention et peut-être aussi lors du suivi. D'autres ECR rigoureux sur le plan méthodologique, avec un calcul adéquat de la taille de l'échantillon, sont nécessaires dans ce domaine pour déterminer l'efficacité de cette intervention. Les données sur la communication fonctionnelle et sur les effets indésirables devraient être recueillies régulièrement et présentées dans d'autres publications, ainsi que les données au moment du suivi. D'autres études sur la relation entre le langage, l'aphasie et la cognition pourraient être nécessaires, et des évaluations cognitives améliorées pour les patients atteints d'aphasie pourraient être développées avant l'utilisation de la tDCS pour cibler directement la cognition dans l'aphasie. Les auteurs doivent indiquer les valeurs totales après l'intervention ainsi que les changements de scores correspondants avec les écarts-types.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'AVC est l'une des causes principales d'invalidité dans le monde et il est fréquent que les survivants soient atteints d’aphasie. Les stratégies d'orthophonie actuelles n'ont qu'une efficacité limitée pour améliorer le pronostic de l'aphasie. Pour améliorer les résultats sur les critères d'orthophonie, un supplément possible pourrait être la stimulation cérébrale non invasive par stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS) afin de modifier l'excitabilité corticale et d'améliorer ainsi le pronostic de l'aphasie.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la tDCS sur l'amélioration de l'aphasie chez les personnes qui ont eu un AVC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais cliniques du Groupe Cochrane sur l'AVC (juin 2018), CENTRAL (Bibliothèque Cochrane, juin 2018), MEDLINE (1948 à juin 2018), Embase (1980 à juin 2018), CINAHL (1982 à juin 2018), AMED (1985 à juin 2018), Science Citation Index (1899 à juin 2018), et sept autres bases de données. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais et les listes de références, effectué des recherches manuelles dans les actes de conférences et communiqué avec les auteurs et les fabricants de dispositifs médicaux.

Critères de sélection: 

Nous avons uniquement inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) et les essais contrôlés randomisés en cross-over (dans lesquels nous avons uniquement analysé la première période comme un schéma en groupes parallèles) ayant comparé la stimulation transcrânienne par courant continu (tDCS) à une thérapie simulée chez des adultes aphasiques suite à un AVC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante la qualité de l'essai et le risque de biais, et ont extrait des données. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires, chaque fois que cela s’avérait nécessaire. Nous avons recueilli les informations sur les sorties d'étude et sur les événements indésirables figurant dans les essais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 21 essais impliquant 421 participants dans la synthèse qualitative. Trois études auxquelles ont participé 112 participants ont utilisé des mesures de résultats formalisées pour noter le critère de jugement primaire de communication fonctionnelle, c'est-à-dire la mesure de l'aphasie dans un contexte de communication réel. Aucun effet n'a été mis en évidence (différence moyenne standardisée (DMS) de 0,17, intervalle de confiance à 95 % (IC) de -0,20 à 0,55 ; P = 0,37 ; I² = 0 % ; faible qualité de la preuve ; méthode de variance inverse avec modèle à effets aléatoires ; plus grande DMS, reflétant les avantages du tDCS; qualité moyenne des données). Au suivi, il n'y avait pas non plus de preuve d'un effet (DMS 0,14, IC à 95 % -0,31 à 0,58 ; P = 0,55 ; 80 participants ; 2 études ; I² = 0 % ; très faible qualité des données ; DMS plus élevée reflétant les avantages de la tDCS; qualité moyenne des données).

Pour le critère de jugement secondaire, nous mesurions l'exactitude de la dénomination des noms à la fin de l'intervention, il y avait des preuves d'un effet (DMS 0,42, IC à 95 % : 0,19 à 0,66 ; P = 0,0005 ; I² = 0 % ; 298 participants ; 11 études ; méthode de variance inverse avec modèle à effet aléatoire ; plus grande DMS reflétant le bénéfice de la tDCS; qualité des données moyenne). Il y a eu un effet sur l'exactitude de la dénomination des noms lors du suivi post intervention (DMS 0,87, IC à 95 % : 0,25 à 1,48 ; P = 0,006 ; 80 participants ; 2 études ; I² = 32 % ; faible qualité des preuves). Toutefois, les résultats n'étaient pas statistiquement significatifs dans notre analyse de sensibilité, sur l’hypothèse d’un coefficient de corrélation sous jacent pour imputer les écarts types manquants des scores de changements. Rien n'indique s’il y a eu un effet sur l'exactitude pour nommer des verbes après l'intervention (DMS 0,19, IC à 95 % -0,68 à 1,06 ; P = 0,67 ; I² = 0 % ; 21 participants ; 3 études ; très faible qualité des preuves). Nous n'avons trouvé aucune étude examinant l'effet du tDCS sur la cognition chez les personnes atteintes d'aphasie après un AVC. Nous n'avons pas trouvé d'effets indésirables graves signalés et la proportion d'abandons et d'effets indésirables était comparable entre les groupes (odds ratio (OR) de 0,54, IC à 95 % de 0,21 à 1,37 ; P = 0,19 ; I² = 0 % ; méthode Mantel-Haenszel à effet aléatoire ; 345 participants ; 15 études ; faible qualité des preuves).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.