Nicotine pour la douleur postopératoire

Question de la revue

Cette revue Cochrane examine si la nicotine administrée avant, pendant ou immédiatement après la chirurgie entraîne moins de douleur, moins d'utilisation d'opiacés et moins d'effets secondaires résultant des opiacés.

Contexte et caractéristiques des études

Une intervention chirurgicale majeure est généralement associée à des douleurs importantes. Le pilier du traitement de la douleur après une intervention chirurgicale majeure repose sur les médicaments opiacés (de puissants antidouleur comme la morphine). Cependant, les opiacés ne sont pas toujours totalement efficaces et sont associés à des effets secondaires, y compris une somnolence (sédation), une respiration irrégulière (dépression respiratoire), des nausées et des vomissements. Les médicaments administrés de manière concomitante, comme le paracétamol, pourraient améliorer le contrôle de la douleur postopératoire et réduire le recours aux opiacés.

Nous avons inclus neuf essais cliniques portant sur un total de 666 participants. Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données jusqu'en mars 2014 pour identifier les essais contrôlés randomisés par placebo (études cliniques dans lesquelles les personnes sont assignées de façon aléatoire dans un des deux ou plusieurs groupes de traitement, l'un d'entre eux étant un faux groupe (placebo)) concernant la nicotine pour la douleur postopératoire. Nous avons également contacté les auteurs des études pour obtenir des données supplémentaires. Toutes les études n'ont pas rapporté tous les symptômes (critères de jugement) mentionnés ci-dessus, de sorte que ce que nous pouvons dire concernant certains critères de jugement est limité. Nous avons à nouveau effectué la recherche le 28 avril 2015. Nous évaluerons l'étude supplémentaire d'intérêt lorsque nous mettrons à jour cette revue.

Résultats principaux

Nos résultats ont indiqué qu'il existe des preuves de faible qualité que l'utilisation de la nicotine conduit à des scores de douleur postopératoire légèrement inférieurs 24 heures après la chirurgie. Une heure et 12 heures après l'opération, l'effet était moins certain. La nicotine n'a pas semblé réduire l'utilisation d'opiacés après 60 minutes ou 24 heures ; il n'y avait pas non plus de preuves qu'elle réduisait la sédation ou les vomissements. La nicotine était associée à un risque plus élevé de nausées que le placebo, ce qui peut limiter son utilisation. Il n'y avait pas suffisamment de données pour évaluer les effets de l'utilisation de la nicotine concernant les autres effets secondaires associés aux opiacés, y compris la dépression respiratoire, ou les effets de l'utilisation de la nicotine sur la durée du séjour à l'hôpital après une chirurgie.

Qualité des preuves

Nous avons abaissé la qualité des preuves à faible ou très faible qualité en grande partie en raison de problèmes liés à la manière dont les études étaient conçues, ce qui a pu entraîné une surestimation des résultats, car il n'y avait pas suffisamment de données dans la plupart des analyses pour être certain de l'ampleur de l'effet moyen et parce que les résultats de certaines études variaient considérablement.

Conclusions des auteurs: 

Sur la base des preuves généralement de faible qualité, la nicotine peut potentiellement réduire la douleur postopératoire après 24 heures par rapport à un placebo, mais les effets étaient relativement faibles (moins de 1 point sur une échelle de la douleur de 10 points) et il y avait une hétérogénéité substantielle dans les résultats de nos analyses. La nicotine ne semble pas réduire l'utilisation postopératoire d'opiacés ou les événements indésirables liés aux opiacés, mais augmente probablement le risque de nausées. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer l'efficacité de la nicotine pour la douleur postopératoire et de comprendre le moment optimal ainsi que la meilleure dose et méthode d'administration de la nicotine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur aiguë se produit souvent après des interventions chirurgicales. La nicotine a été étudiée en tant que médicament adjuvant pour la gestion de la douleur postopératoire.  

Objectifs: 

Evaluer l'effet de l'administration de la nicotine transdermique ou intranasal sur la douleur postopératoire, l'utilisation d'analgésiques opiacés et les événements indésirables liés aux opiacés.  

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE (de 1966 jusqu'au 20 mars 2014), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2014, numéro 3), EMBASE (de 1980 au 20 mars 2014) ainsi que dans les bases de données d'essais en cours (www.controlled-trials.com/ et http://clinicaltrials.gov/). Nous avons à nouveau effectué la recherche le 28 avril 2015. Nous évaluerons l'étude supplémentaire d'intérêt lorsque nous mettrons à jour la revue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais cliniques randomisés contrôlés par placebo qui ont évalué les effets de l'administration périopératoire (pré-, intra- ou postopératoire) de la nicotine sur la douleur postopératoire, l'utilisation d'opiacés et les événements indésirables liés aux opiacés. Nous avons exclu toutes les autres études.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné de manière indépendante tous les titres et résumés pour analyser l'éligibilité et ont documenté les raisons de l'exclusion. En cas de désaccord, un troisième auteur a décidé de l'inclusion ou de l'exclusion d'un rapport d'essai. Lorsque des informations supplémentaires étaient nécessaires afin de déterminer si un essai devait être inclus, l'un des auteurs a contacté l'auteur correspondant de l'essai en question.

Résultats principaux: 

Neuf essais (666 participants) évaluaient la nicotine pour la douleur postopératoire. La nicotine peut potentiellement réduire légèrement les scores de douleur postopératoire après 24 heures par rapport à un placebo (huit essais, différence moyenne de -0,88 sur une échelle de 0 à 10, intervalle de confiance (IC) à 95 % -1,58 à -0,18 ; preuves de faible qualité). L'effet sur la douleur une heure et 12 heures après l'opération était moins certain (preuves de très faible qualité). L'hétérogénéité statistique était importante et n'a pas été expliquée de manière satisfaisante par une stratification des essais selon le type d'intervention chirurgicale, la consommation de tabac, le mode d'administration de la nicotine, le moment de l'administration ou l'évaluation du risque de biais. L'exclusion d'un essai à risque élevé de biais a conduit à des résultats similaires. L'effet de la nicotine sur l'utilisation postopératoire d'opiacés était incertain en raison du faible nombre de participants dans les études. La nicotine augmente probablement le risque de nausées postopératoires (sept essais, RR 1,24, IC à 95 % 1,03 à 1,50 ; preuves de qualité modérée). Trois essais ont évalué la sédation, mais l'effet est très incertain en raison de la très faible qualité des preuves. Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que la nicotine augmentait le risque de vomissements (sept études, différence du risque (DR) 0,03, IC à 95 % -0,04 à 0,09 ; preuves de faible qualité). Les résultats d'un seul essai de petite taille ont été insuffisants pour établir si la nicotine conduisait à une sortie plus précoce de l'hôpital (preuves de très faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition : Joanna Agopoglu (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.