Quelle est la précision de l'imagerie par résonance magnétique pour le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes souffrant de troubles cognitifs légers ?

Pourquoi est-il important d'améliorer le diagnostic de la maladie d'Alzheimer ?

On parle de troubles cognitifs quand les gens ont des problèmes de mémoire, d’apprentissage, de concentration et de prise de décision. Les personnes souffrant de trouble ou déficit cognitif léger (DCL) ont généralement plus de problèmes de mémoire que les autres personnes de leur âge, mais ces problèmes ne sont pas assez graves pour être considérés comme étant des démences. Des études ont montré que les personnes souffrant de DCL et de perte de mémoire sont plus susceptibles de développer une démence due à la maladie d'Alzheimer (environ 10 à 15 % des cas par an) que les personnes ne souffrant pas de DCL (1 à 2 % par an). Actuellement, la seule façon fiable de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer est de suivre les personnes souffrant de DCL et d'évaluer les changements cognitifs au fil des ans. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) pourrait détecter des changements dans les structures du cerveau qui indiquent le début de la maladie d'Alzheimer. Le diagnostic précoce de la DCL due à la maladie d'Alzheimer est important car les personnes atteintes de DCL pourraient bénéficier d'un traitement précoce pour prévenir ou retarder le déclin cognitif.

Objectif de la revue

Évaluer la précision du diagnostic de l'IRM pour le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes atteintes de DCL.

Quel était le sujet de la revue ?

Le volume de plusieurs régions du cerveau a été mesuré par IRM. La plupart des études (22 études, 2209 participants) ont mesuré le volume de l'hippocampe, une région du cerveau qui est principalement associée à la mémoire.

Quels sont les principaux résultats de cette revue ?

Trente-trois études étaient éligibles, dans lesquelles 3935 participants atteints de DCL ont été inclus et suivis pendant deux ou trois ans pour voir s'ils développaient une démence due à la maladie d'Alzheimer. Environ un tiers d'entre eux ont développé une démence due à la maladie d'Alzheimer, et les autres n'en ont pas développé ou ont développé d'autres types de démence.

Nous avons constaté que l'IRM n'est pas assez précise pour identifier les personnes atteintes de DCL qui développeront une démence due à la maladie d'Alzheimer. La prédiction correcte de la maladie d'Alzheimer serait manquée chez 81 personnes sur 300 atteintes de DCL (faux négatifs) et une prédiction erronée de la maladie d'Alzheimer serait faite chez 203 personnes sur 700 atteintes de DCL (faux positifs). Par conséquent, les personnes ayant un diagnostic faux négatif seraient faussement rassurées et ne se prépareraient pas à faire face à la maladie d'Alzheimer, tandis que celles ayant un diagnostic faux positif souffriraient d'un diagnostic mal anticipé.

Dans quelle mesure les résultats des études de la revue sont-ils fiables ?

Les études incluses ont diagnostiqué la démence due à la maladie d'Alzheimer en évaluant tous les participants suivant des critères cliniques standards après un suivi de deux ou trois ans. Nous avions quelques inquiétudes concernant la façon dont les études étaient menées, puisque les participants étaient principalement sélectionnés à partir de registres cliniques et de centres de référence, et nous avions également des inquiétudes sur la façon dont les études interprétaient l'IRM. De plus, les études ont été menées différemment les unes des autres et elles ont utilisé des méthodes différentes pour sélectionner les personnes souffrant de DCL et pour effectuer l'IRM.

À qui s’appliquent les résultats de cette revue ?

Les résultats ne s'appliquent pas aux personnes souffrant de DLC dans la communauté, mais seulement aux personnes souffrant de DLC qui fréquentent des cliniques de la mémoire ou des centres de référence.

Quelles sont les implications de cette revue ?

L'IRM, en tant que test unique, n'est pas précise pour le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes atteintes de DCL, car un participant sur trois ou quatre a reçu un diagnostic erroné de la maladie d'Alzheimer. Les recherches futures ne devraient pas se concentrer sur un seul test (comme l'IRM), mais plutôt sur des combinaisons de tests pour améliorer le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d’Alzheimer.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les données sont à jour jusqu'au 29 janvier 2019.

Conclusions des auteurs: 

Le volume de l'hippocampe ou du lobe temporal médian, les régions du cerveau les plus étudiées, a montré une faible sensibilité et spécificité et n'a pas permis de qualifier l'IRM structurelle comme un test complémentaire indépendant pour un diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes atteintes de DCL. Cela est conforme aux directives internationales, qui recommandent l'imagerie pour exclure les causes non dégénératives ou chirurgicales de déficience cognitive et pas pour diagnostiquer la démence due à la maladie d'Alzheimer. Compte tenu de la faible qualité de la plupart des études incluses, les conclusions de cette revue doivent être interprétées avec prudence. La recherche future ne devrait pas se concentrer sur un seul biomarqueur, mais plutôt sur des combinaisons de biomarqueurs pour améliorer le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La déficience cognitive légère (DCL) due à la maladie d'Alzheimer est la phase de prédémence symptomatique de la démence due à la maladie d'Alzheimer, caractérisée par une déficience cognitive et fonctionnelle pas assez grave pour remplir les critères de la démence. Dans les échantillons cliniques, les personnes atteintes de DCL de type amnésique courent un risque élevé de développer une démence due à la maladie d'Alzheimer, avec des taux annuels de progression de la DCL à la maladie d'Alzheimer estimés à environ 10 à 15 %, par rapport aux taux d'incidence de base de la démence due à la maladie d'Alzheimer de 1 à 2 % par an.

Objectifs: 

Évaluer la précision diagnostique de l'imagerie par résonance magnétique structurelle (IRM) pour le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes atteintes de DCL par rapport au diagnostic clinique de suivi de la démence due à la maladie d'Alzheimer comme norme de référence (vérification différée).

Étudier les sources d'hétérogénéité dans la précision, telles que l'utilisation d'une évaluation visuelle qualitative ou de mesures volumétriques quantitatives, y compris les techniques manuelles ou automatiques (IRM), ou la durée du suivi, et l'âge des participants.

L'IRM a été évaluée comme un test complémentaire au diagnostic clinique de la DCL pour améliorer le diagnostic précoce de la démence due à la maladie d'Alzheimer chez les personnes souffrant de DCL.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le 29 janvier 2019, nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs et dans les bases de données MEDLINE, Embase, BIOSIS Previews, Science Citation Index, PsycINFO et LILACS. Nous avons également consulté les listes de référence de toutes les études éligibles identifiées via les recherches électroniques.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en considération des études de cohortes de toute taille comprenant des personnes recrutées de manière prospective, quel que soit leur âge, ayant un diagnostic de DCL. Nous avons inclus des études qui comparaient la précision du test de diagnostic de l'IRM structurelle de base par rapport au diagnostic de suivi clinique de la démence de la maladie d'Alzheimer (vérification retardée). Nous n'avons pas exclu les études sur la base de la durée du suivi. Nous avons inclus des études qui utilisaient soit une évaluation visuelle qualitative, soit des mesures volumétriques quantitatives de l'IRM pour détecter l'atrophie dans l'ensemble du cerveau ou dans des régions spécifiques du cerveau, telles que l'hippocampe, le lobe temporal médian, les ventricules latéraux, le cortex entorhinal, le gyrus temporal moyen, le lobe temporal latéral, l'amygdale et la matière grise corticale.

Recueil et analyse des données: 

Quatre équipes de deux auteurs ont chacune examiné indépendamment les titres et les résumés des articles identifiés par la stratégie de recherche. Deux équipes de deux auteurs de la revue ont chacune évalué indépendamment les articles sélectionnés en texte intégral pour en déterminer l'admissibilité, en extraire les données et résoudre les désaccords par consensus. Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment la qualité des études en utilisant l'outil QUADAS-2. Nous avons utilisé le modèle HSROC (hierarchical summary receiver operating characteristic) pour ajuster les courbes ROC (receiver operating characteristic curve) sommaires et pour obtenir des mesures globales de la précision relative dans les analyses de sous-groupes. Nous avons également utilisé ces modèles pour obtenir des estimations groupées de la sensibilité et de la spécificité lorsque des ensembles de données suffisants étaient disponibles.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 33 études, publiées de 1999 à 2019, avec 3935 participants parmi lesquels 1341 (34%) ont progressé vers une démence due à la maladie d'Alzheimer et 2594 (66%) ne l’ont pas fait. Parmi les participants qui n'ont pas progressé vers une démence due à la maladie d'Alzheimer, 2561 (99%) se sont stabilisés sur un DCL et 33 (1%) ont évolué vers d'autres types de démence. La proportion médiane de femmes était de 53% et l'âge moyen des participants se situait entre 63 et 87 ans (médiane 73 ans). La durée moyenne du suivi clinique variait de 1 à 7,6 ans (médiane 2 ans). La plupart des études étaient de mauvaise qualité méthodologique en raison du risque de biais dans la sélection des participants ou dans le test de l'indice, ou les deux.

La plupart des études incluses ont fourni des données sur le volume de l'hippocampe total (sensibilité moyenne regroupée de 0,73 (intervalle de confiance (IC) de 95% de 0,64 à 0,80) ; spécificité moyenne regroupée de 0,71 (IC de 95% de 0,65 à 0,77) ; 22 études, 2209 participants). Ces données probantes étaient de faible certitude en raison du risque de biais et de manque de cohérence.

Sept études ont rapporté des données probantes sur l'atrophie du lobe temporal médian (sensibilité moyenne 0,64 (IC 95% 0,53 à 0,73) ; spécificité moyenne 0,65 (IC 95% 0,51 à 0,76) ; 1077 participants) et cinq études sur le volume des ventricules latéraux (sensibilité moyenne 0,57 (IC 95% 0,49 à 0,65) ; spécificité moyenne 0,64 (IC 95% 0,59 à 0,70) ; 1077 participants). Ces données probantes étaient de certitude modérée en raison du risque de biais.

Quatre études avec 529 participants ont analysé le volume du cortex entorhinal total et quatre études avec 424 participants ont analysé le volume du cerveau entier. Nous n'avons pas estimé la sensibilité et la spécificité de la mise en commun du volume de ces deux régions car les données probantes disponibles étaient insuffisantes et hétérogènes.

Nous n'avons pas pu évaluer statistiquement les volumes du lobe temporal latéral, de l'amygdale, du gyrus temporal moyen ou de la matière grise corticale évalués dans le cadre de petites études individuelles.

Nous n'avons pas trouvé des données probantes d'une différence entre les études quant à la précision du volume total de l'hippocampe en fonction de la durée du suivi ou de l'âge des participants, mais la technique d'IRM manuelle était supérieure aux techniques automatiques dans les comparaisons mixtes (essentiellement indirectes). Nous n'avons pas évalué la précision relative des volumes des différentes régions du cerveau mesurés par IRM car seules des comparaisons indirectes étaient disponibles, les études étaient hétérogènes et la précision globale de toutes les régions était modérée.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Guillaume Feller et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.