Tiotropium versus bromure d'ipratropium dans la prise en charge de la MPOC

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Contexte

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie pulmonaire qui inclut la bronchite chronique et de l'emphysème. La MPOC est principalement causée par le tabagisme ou l'inhalation de poussière, ce qui conduit à l'obstruction ou un rétrécissement des voies respiratoires. Les symptômes incluent un essoufflement et une toux chronique. Le tiotropium est un médicament inhalé, pris une fois par jour, pour aider à élargir les voies aériennes (bronchodilatateur) et est utilisé dans la prise en charge de la MPOC. Le bromure d'ipratropium est également un bronchodilatateur, mais il a une durée d'action plus courte et doit être pris plusieurs fois par jour.

Qu’avons-nous trouvé?

Nous avons trouvé deux études incluant 1 073 participants qui comparaient l'efficacité à long terme et les effets secondaires du tiotropium par rapport au bromure d'ipratropium. Un essai était de 12 semaines et l'autre était d’un an. Les patients inclus dans les études présentaient des MPOC modérées à sévères (la moyenne du volume expiratoire maximum en une seconde (VEM S était de 40% de la valeur prédite).

Par rapport au bromure d'ipratropium, le traitement au tiotropium a conduit à une amélioration de la fonction pulmonaire et du nombre d'exacerbations de MPOC, à une diminution d'admissions à l'hôpital (y compris ceux pour les exacerbations de MPOC) et à une amélioration la qualité de vie. Le tiotropium semble être plus sûr et avec moins d'effets indésirables, mais il n'y avait aucune différence significative en termes de décès avec le bromure d'ipratropium par rapport au tiotropium.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, les preuves étaient de qualité moyenne à élevée. Le tiotrpium est disponible dans deux différents inhalateurs, Respimat et Handihaler. Il existe certaines inquiétudes concernant l'innocuité de l'appareil Respimat, mais nous attendons la publication d'un essai, avant de pouvoir confirmer si c'est le cas. cela sera rapporté dans une autre revue Cochrane. .

Conclusions

D'après cette revue, le tiotropium apporte plus de bénéfices que le bromure d'ipratropium pour les patients présentant une MPOC modérée à sévère.

La revue était à jour en novembre 2012.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue montre que le traitement sous tiotropium, en comparaison avec le bromure d'ipratropium, était associé à une amélioration de la fonction pulmonaire, moins d'admissions à l'hôpital (y compris ceux pour les exacerbations de MPOC), moins d'exacerbations de MPOC et une amélioration de la qualité de vie. Il y avait moins d'effets indésirables graves et d’effets spécifiques de la maladie dans le groupe sous tiotropium, mais aucune différence significative en termes de décès avec le bromure d'ipratropium par rapport au tiotropium. Ainsi, le tiotropium semble être une option raisonnable (au lieu du bromure d'ipratropium) chez les patients atteints de MPOC stable, comme suggéré dans les directives. Nous conseillons une certaine prudence avec le tiotropium via l'inhalateur Respimat et suggérons d’attendre l’obtention d’informations supplémentaires issues d'un essai en cours comparant la mortalité en relation avec les appareils d’injection de tiotropium par rapport aux doses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le tiotropium et le bromure d'ipratropium sont les deux traitements reconnus dans la prise en charge des personnes souffrant d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). De nouvelles études ont comparé le tiotropium avec le bromure d'ipratropium, une mise à jour est donc nécessaire.

Objectifs: 

Comparer les effets relatifs de tiotropium pour le bromure d'ipratropium sur les marqueurs de la qualité de vie, les exacerbations, les symptômes, la fonction pulmonaire et les effets indésirables graves chez les patients atteints de MPOC en utilisant les données disponibles d’essais contrôlés randomisés (ECR).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des ECR dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et ClinicalTrials.gov jusqu' à novembre 2012.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR en groupes parallèles de 12 semaines ou plus comparant le traitement avec tiotropium par rapport au traitement avec le bromure d'ipratropium chez les patients atteints de MPOC stable.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études à inclure et ont ensuite extrait les données sur la qualité des études et les résultats des critères de jugement. Nous avons contacté les sponsors des essais pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons analysé les données à l'aide de Cochrane Review Manager (RevMan 5,2).

Résultats principaux: 

Cette revue a inclut deux études de bonne qualité méthodologique, qui portait sur 1 073 participants atteints de MPOC. Les études utilisaient un plan d'étude et des critères d'inclusion similaires et duraient au moins 12 semaines; les participants présentaient un volume expiratoire maximum en une seconde (VEM S de 40% de la valeur prédite au départ. Une étude avait utilisé le tiotropium via l'HandiHaler (18 g) pendant 12 mois et l'autre via l’appareil Respimat (5 g et 10 g) pendant 12 semaines. Les groupes de traitement étaient généralement bien répartis au départ, mais les deux études ne rapportaient pas tous les critères de jugement. Dans l’ensemble, le risque de biais dans les ECR inclus était faible.

Pour les critères de jugement principaux, cette revue a découvert qu'à trois mois (niveau le plus faible mesuré avant le traitement) VEM S augmentait significativement avec le tiotropium par rapport au bromure d'ipratropium (différence moyenne (DM) de 109 ml; intervalle de confiance (IC) à 95% de 81 à 137, preuves de qualité modérée, I 2 =62%). Moins de patients ressentaient un ou plusieurs effets indésirables graves non mortels en utilisant le tiotropium par rapport à l'ipratropium (rapport des cotes (RC) de 0,5; IC à 95% de 0,34 à 0,73, preuves de haute qualité). Cela représente une réduction absolue du risque de 176 à 97 sur 1 000 patients sur une période de 3 à 12 mois. Concernant les effets indésirables spécifiques de la maladie, le groupe sous tiotropium étaient également moins susceptibles de présenter un effet indésirable grave lié à la MPOC par rapport au bromure d'ipratropium (RC 0,59; IC à 95% de 0,41 à 0,85, preuves de qualité modérée).

Pour les critères de jugement secondaires, les deux études rapportaient moins d'admissions à l'hôpital dans le groupe sous tiotropium (RC 0,34; IC à 95% de 0,15 à 0,70, preuves de qualité modérée). De même et dans les deux études, les patients sous tiotropium subissaient moins de crises entraînant une hospitalisation (RC 0,56; IC à 95%, entre 0,31 et 0,99, preuves de qualité modérée). Il n'y avait aucune différence significative en termes de mortalité entre les traitements (RC 1,39; IC à 95%, entre 0,44 et 4,39, preuves de qualité modérée). Une étude a mesuré la qualité de vie en utilisant le Questionnaire Respiratoire St George (QRSG); la moyenne du score du QRSG à 52 semaines était inférieure dans le groupe sous tiotropium que celui sous ipratropium (inférieure sur l'échelle signifie favorable) (DM de -3,30; IC à 95% de -5,63 à -0,97, preuves de qualité modérée).Moins de participants souffraient d’exacerbations dans le groupe sous tiotropium (RC 0,71; IC à 95% de 0,52 à 0,95, preuves de haute qualité) et une différence rapportée dans le nombre moyen d'exacerbations par patient et par année atteignait une signification statistique (DM -0,23; IC à 95%, entre -0,39 et -0,07, P =0,006, preuves de qualité modérée). D'après les 1 073 participants, il y avait significativement moins d'abandons dans le groupe sous tiotropium (RC 0,58; IC à 95% de 0,41 à 0,83, preuves de haute qualité).

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.