Interventions pour la prévention du syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées résidant dans des établissements de soins de longue durée (en anglais : long term care, LTC)

Problématique de la revue

Quelle est l'efficacité des traitements pour prévenir le syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées vivant en établissement de soins de longue durée (en anglais : long term care, LTC) ?

Contexte

Le terme LTC est utilisé pour désigner les foyers résidentiels, qui fournissent des soins personnels, une supervision des médicaments et de l'aide pour les activités quotidiennes, et les foyers de soins infirmiers, qui fournissent des soins infirmiers 24 heures sur 24. Le syndrome confusionnel aigu est une maladie fréquente et grave chez les personnes âgées en LTC. Le syndrome confusionnel aigu est un état qui cause de la confusion, habituellement pendant quelques heures ou quelques jours. Certaines personnes atteintes de syndrome confusionnel aigu deviennent silencieuses et somnolentes tandis que d'autres deviennent agitées et désorientées, ce qui peut être une condition très pénible. Le syndrome confusionnel aigu peut augmenter les chances d'être admis à l'hôpital, de développer une démence et de décéder.

Il est important de noter que des études menées auprès de personnes hospitalisées ont démontré qu'il est possible de prévenir environ un tiers des cas de syndrome confusionnel aigu en fournissant un environnement et un plan de soins qui ciblent les principaux facteurs de risque de syndrome confusionnel aigu, notamment en fournissant un meilleur éclairage et des panneaux indicatifs pour éviter la désorientation ; en évitant l'utilisation inutile de cathéters pour aider à prévenir les infections ; en évitant certains médicaments qui augmentent le risque de syndrome confusionnel aigu.

Cette revue a étudié et évalué les recherches sur la prévention du syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées en LTC.

Caractéristiques de l’étude

Les données sont à jour jusqu'en février 2019. Nous avons trouvé trois études portant sur 3851 participants. Deux études ont eu lieu aux États-Unis et une au Royaume-Uni.

Une étude a vérifié si le syndrome confusionnel aigu pouvait être évité en calculant la quantité de liquide dont une personne âgée dans un foyer de soins a besoin chaque jour et en s'assurant que l'hydratation est maintenue. Il y avait 98 personnes dans l'étude, qui a duré quatre semaines.

Une étude a testé l'effet d'un programme informatique qui cherchait des ordonnances de médicaments susceptibles d'augmenter le risque de syndrome confusionnel aigu, pour permettre à un pharmacien de les ajuster ou de les arrêter. Il y avait 3 538 personnes dans l'étude, qui a duré 12 mois.

Une étude a mis à l'essai une intervention éducative améliorée qui comprenait des séances d'apprentissage sur le syndrome confusionnel aigu avec le personnel des foyers de soins et des réunions de groupe pour identifier des cibles de prévention du syndrome confusionnel aigu. Il y avait 215 personnes dans l'étude, qui a duré 16 mois.

Résultats principaux

Il n'a pas été possible de déterminer si l'intervention sur l’hydratation a réduit la fréquence du syndrome confusionnel aigu. Il s'agissait d'une petite étude de courte durée avec de sérieux problèmes de conception.

L'étude d'un programme informatisé de recherche de médicaments a probablement réduit le syndrome confusionnel aigu, mais il n'y a pas eu de réduction nette du nombre d'hospitalisations, de décès ou de chutes. Un problème potentiel est qu'il pourrait ne pas être possible d'utiliser ce programme informatique dans différents pays qui ne disposent pas de systèmes informatiques similaires.

Il n'a pas été possible de déterminer si l'intervention d'éducation améliorée a réduit le nombre de cas de syndrome confusionnel aigu et le nombre de décès n'a pas été clairement réduit. L'intervention a probablement été associée à une réduction du nombre d'admissions à l'hôpital. Ceci est basé sur les résultats d'une petite étude.

Qualité des données probantes

Les données probantes sur l'efficacité de l’interventions sur l’hydratation pour réduire l'incidence du syndrome confusionnel aigu sont de très faible qualité. Il n'a donc pas été possible de tirer des conclusions définitives.

Il existe des preuves de qualité moyenne qu'un programme informatisé de recherche de médicaments peut réduire l'incidence du syndrome confusionnel aigu. Il n'existe aucune preuve claire de la réduction des hospitalisations, de la mortalité ou des chutes.

Il existe des preuves de très faible qualité de l'efficacité d'une intervention éducative améliorée pour réduire le syndrome confusionnel aigu. Il n'a donc pas été possible de tirer des conclusions définitives. Il existe des données de qualité moyenne pour réduire le nombre d'admissions à l'hôpital.

Comme cette revue n'a révélé qu'un petit nombre d'études, nous recommandons que d'autres recherches soient menées afin de mettre à l'essai différentes façons de prévenir le syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées en SLD.

Conclusions des auteurs: 

Notre revue a permis d'identifier des données limitées sur les interventions visant à prévenir le délire chez les personnes âgées en LTC. Une intervention sous forme de logiciel visant à identifier les médicaments qui pourraient contribuer au risque de syndrome confusionnel aigu et à déclencher un examen de la prescription mené par un pharmacien, réduit probablement l'incidence du syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées en LTC. Ceci est basé sur un grand ECR aux États-Unis et peut ne pas être pratique dans d'autres pays ou milieux qui n'ont pas de services informatiques comparables disponibles dans les foyers de soins. Dans le cadre de l'intervention éducative visant à identifier les facteurs de risque de syndrome confusionnel aigu et à développer des solutions sur mesure dans les foyers de soins, il n'a pas été possible de déterminer l'effet de l'intervention sur l'incidence, la prévalence ou la mortalité liée au syndrome confusionnel aigu. Cette preuve est fondée sur un petit essai de faisabilité. Notre revue a permis d’identifier trois essais en cours portant sur des interventions de prévention du syndrome confusionnel aigu à composantes multiples. Nous n'avons identifié aucun essai clinique d'agents pharmacologiques. De futurs essais d'interventions de prévention du syndrome confusionnel aigu non pharmacologique à composantes multiples pour les personnes âgées en LTC sont nécessaires pour aider à éclairer la prestation de soins fondé sur des données probantes pour ce groupe vulnérable.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome confusionnel aigu est un trouble mental courant et pénible. Il est souvent causé par une combinaison de facteurs de stress chez les personnes vulnérables, en particulier les personnes âgées atteintes de fragilité et de démence. Les adultes vivant en établissement de soins de longue durée (en anglais : long-term care, LTC) courent un risque particulièrement élevé de développer un syndrome confusionnel aigu. Un épisode de syndrome confusionnel aigu augmente les risques d'admission à l'hôpital, de développement ou d'aggravation de la démence et de décès. Les interventions à composantes multiples peuvent réduire d'un tiers l'incidence du syndrome confusionnel aigu en milieu hospitalier. Cependant, il n'est pas clair à l'heure actuelle si les interventions visant à prévenir le syndrome confusionnel aigu en LTC sont efficaces. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2014.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions visant à prévenir le syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées dans les établissements de soins de longue durée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait une recherche sur ALOIS (www.medicine.ox.ac.uk/alois), le Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group (CDCIG)'s Specialised Register of dementia trials (dementia.cochrane.org/our-trials-register), au 27 février 2019. La recherche a été suffisamment sensible pour identifier toutes les études relatives au syndrome confusionnel aigu. Nous avons effectué d'autres recherches distinctes dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), les principales bases de données sur les soins de santé, les registres d'essais et les sources de littérature grise pour nous assurer que la recherche était exhaustive.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais contrôlés randomisés en grappes (ECR en grappes) d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques, à un ou plusieurs composants, pour prévenir le syndrome confusionnel aigu chez les personnes âgées (65 ans et plus) en résidence permanente en LTC.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Les critères de jugement principaux étaient la prévalence, l'incidence et la gravité du syndrome confusionnel aigu et la mortalité. Les critères de jugement secondaires comprenaient les chutes, les admissions à l'hôpital et autres événements indésirables, la fonction cognitive, les nouveaux diagnostics de démence, les activités de la vie quotidienne, la qualité de vie et l’analyse de coûts. Nous avons utilisé les ratios de risque (RR) comme mesures de l'effet du traitement pour les résultats dichotomiques, les ratios de risque instantanés (HR) pour les résultats temporels et la différence moyenne (DM) pour les résultats continus. Pour chaque résultat, nous avons évalué la certitude globale des éléments probants à l'aide des méthodes GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois essais avec 3851 participants. Tous les trois étaient des ECR en grappe. Deux des essais portaient sur des interventions non pharmacologiques complexes à un seul composant et un essai était un essai de faisabilité d'une intervention non pharmacologique complexe à plusieurs composants. Le risque de biais a été évalué de façon inégale dans les trois essais. En raison de la nature hétérogène des interventions, nous n'avons pas combiné les résultats statistiquement, mais nous avons produit un résumé narratif.

Il n'a pas été possible de déterminer l'effet d'une intervention fondée sur l'hydratation sur l'incidence du syndrome confusionnel aigu (RR 0,85, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,18 à 4,00 ; 1 étude, 98 participants ; preuve de très faible certitude, avec risque de biais et très grande imprécision). Cette étude n'a pas évalué la prévalence, la gravité ou la mortalité liée au syndrome confusionnel aigu.

L'introduction d'un système informatisé pour identifier les médicaments qui peuvent contribuer au risque de syndrome confusionnel aigu et entrainer un examen de la prescription a probablement été associée à une réduction de l'incidence du syndrome confusionnel aigu (HR sur 12 mois 0,42, IC 0,34 à 0,51 ; 1 étude, 7 311 participants-mois ; preuve de certitude modérée déclassée pour cause de risque de biais) mais n'a probablement pas eu un effet sur la mortalité (HR 0,88, IC 0,66 à 1,17 ; 1 étude, 9412 participants-mois ; preuve de certitude moyenne déclassée pour imprécision), admissions à l'hôpital (HR 0,89, IC 0,72 à 1,10 ; 1 étude, 7 599 mois-participants ; preuve de certitude modérée déclassée pour imprécision) ou chutes (HR 1,03, IC 0,92 à 1,15 ; 1 étude, 2 275 mois-participants ; preuve de faible certitude déclassée pour cause d’imprécision et de risque de biais). La prévalence et la gravité du syndrome confusionnel aigu n'ont pas été évaluées.

Dans l'étude sur l'intervention éducative améliorée, qui visait à modifier la pratique pour tenir compte des principaux facteurs de risque de syndrome confusionnel aigu, il n'a pas été possible de déterminer l'effet de l'intervention sur l'incidence du syndrome confusionnel aigu (RR 0,62, IC à 95 % : 0,16 à 2,39 ; 1 étude, 137 mois-résidents ; preuve de très faible certitude déclassée en raison du risque de biais et d'imprécision grave) ou la prévalence du syndrome confusionnel aigu (RR 0,57, IC à 95 % : 0,15 à 2,19 ; 1 étude, 160 participants ; preuve de très faible certitude déclassée en raison du risque de biais et d'imprécision grave). Il y a probablement eu peu ou pas d'effet sur la mortalité (RR 0,82, IC 0,50 à 1,34 ; 1 étude, 215 participants ; preuve de certitude modérée déclassée pour imprécision). L'intervention était probablement associée à une réduction du nombre d'admissions à l'hôpital (RR 0,67, IC 0,57 à 0,79 ; 1 étude, 494 participants ; preuve de certitude modérée dégradée en raison du caractère indirect).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Sylvain JUCHET et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.