Stomie pararectale latérale versus transrectale pour la prévention de la hernie peristomiale

Question posée dans cette revue

Y a-t-il une différence dans le taux de hernie péristomiale et d'autres complications liées à la stomie chez les personnes subissant une entérostomie (stomie digestive) de la paroi abdominale lorsque l'on compare deux techniques de formation de stomie : la stomie pararectale latérale, dans laquelle la stomie est située près du muscle droit de l’abdomen, un des muscles de la paroi abdominale, et la stomie transrectale, dans laquelle la stomie traverse le muscle droit abdominal ?

Contexte

Une stomie est une ouverture dans l'abdomen, qui est créée chirurgicalement pour détourner l'écoulement de l'urine ou des selles ; une entérostomie est une stomie qui commence dans l'intestin. Une hernie péristomiale est une hernie incisionnelle (ou éventration), par laquelle le contenu abdominal fait saillie au travers d'un défaut de la paroi abdominale à l'endroit de la chirurgie précédente. Elle est liée à une stomie et est l'une des complications les plus courantes liées aux stomies. De nombreux facteurs susceptibles d'influencer la survenue d'une hernie péristomiale ont été étudiés. Cependant, il n'est pas clair si l'entérostomie doit être placée à travers ou à côté du muscle droit de l'abdomen afin de prévenir une hernie péristomiale.

Caractéristiques de l’étude

Les données probantes sont à jour au 9 novembre 2018. Dans cette mise à jour, nous avons inclus 10 études de cohortes rétrospectives avec un total de 864 participants et un essai contrôlé randomisé (ECR : une étude dans laquelle les participants sont répartis au hasard dans les groupes de traitement), incluant 60 participants. La population cible était constituée de personnes, quel que soit leur âge, ayant subi une entérostomie temporaire ou permanente quelle qu’en soit la raison, que ce soit dans le cadre d'une intervention élective (planifiée) ou d'une urgence.

Résultats principaux

Les résultats ont révélé des résultats non concluants entre les deux techniques pour le risque de hernie péristomiale (11 études, 924 participants), de prolapsus stomal (1 étude, 145 participants), d'iléus ou de sténose (1 étude, 60 participants), et d'irritation cutanée (1 étude, 60 participants).

Aucune des deux techniques ne s'est avérée meilleure que l'autre pour aucun des critères de jugement d'intérêt liés à la stomie.

Aucune des études n'a mesuré d'autres problèmes liés à la stomie, ni la mortalité.

Qualité des données probantes

Nous avons réduit la qualité des données probantes à modérée, faible ou très faible, en raison du risque élevé de biais, de la petite taille des échantillons, du peu d'événements et de la diversité entre les études.

Conclusion

D'après les connaissances actuelles présentées dans cette revue, il n'y a pas de données probantes à l'appui de l'utilisation d'une technique de formation de stomie plutôt que l'autre. D'autres recherches sont susceptibles d'avoir une incidence importante sur notre confiance dans l'estimation de l'effet.

Conclusions des auteurs: 

La revue systématique actuelle des études randomisées et non randomisées a révélé des résultats contradictoires entre les deux interventions comparées quant à leur capacité de prévenir la hernie péristomiale.

En conclusion, il y a encore un manque de données probantes de bonne qualité pour appuyer la technique chirurgicale idéale de formation de stomies. Les données disponibles de faible et très faible valeur probante, et de valeur probante modérée, ne soutiennent ni ne réfutent la supériorité de l'une des techniques de formation des stomies étudiées sur l'autre.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une hernie péristomiale est définie comme une hernie incisionnelle (ou éventration) liée à une stomie et fait partie des complications les plus courantes liées aux stomies. De nombreux facteurs, qui sont considérés comme influant sur l'incidence des hernies péristomiales, ont été étudiés. Cependant, il n'est pas clair si l'entérostomie doit être placée à travers ou latéralement par rapport au muscle droit de l'abdomen, afin de prévenir une hernie péristomiale et d'autres complications importantes de la stomie.

Objectifs: 

Évaluer s'il existe une différence quant à l'incidence de la hernie péristomiale et d'autres complications de la stomie, comme l'iléus et la sténose, entre le placement pararectal latéral versus le placement transrectal de la stomie chez les personnes qui subissent une entérostomie de la paroi abdominale élective ou urgente.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons recherché tous les types d'études publiées et non publiées, randomisées et non randomisées, dans quatre bases de données médicales : CENTRAL, PubMed, LILACS, Science Citation Index et deux registres d'essais : Portail de recherche de l’ICTRP et ClinicalTrials.gov au 9 novembre 2018. Nous n'avons appliqué aucune restriction linguistique.

Critères de sélection: 

Essais randomisés et non randomisés comparant la mise en place de la stomie en pararectal latéral par rapport à une mise en place transrectale et concernant la hernie péristomiale et les autres complications relatives à la stomie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué la qualité méthodologique des études et extrait les données de manière indépendante. Nous avons effectué des analyses de données conformément aux recommandations de Cochrane et du Cochrane Colorectal Cancer Group (CCCG). Nous avons évalué la qualité des données probantes selon l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Essais contrôlés randomisés (ECR)

Un seul ECR répondait aux critères d'inclusion. Les participants ont subi une entérostomie dans le cadre d'une intervention chirurgicale pour : cancer rectal (37/60), colite ulcéreuse (14/60), polypose adénomateuse familiale (7/60), et autres (2/60).

Les résultats entre les groupes d'approche pararectale latérale et transrectale n'étaient pas concluants pour l'incidence de la hernie péristomiale (risque relatif (RR) de 1,34, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,40 à 4,48; données de faible valeur probante); le développement d'iléus ou sténose (RR 2,0, IC à 95 %: 0,19 à 20,9; données de faible valeur probante) ou irritation cutanée (RR 0,67, IC à 95 %: 0,21 à 2,13; données de valeur probante modérée). Les résultats n'étaient pas non plus concluants pour l'analyse des sous-groupes dans laquelle nous avons comparé l'effet de l'iléostomie par rapport à la colostomie sur la hernie péristomiale. L'étude n'a pas mesuré d'autres comorbidités liées à la stomie, ni la mortalité liée à la stomie, mais a mesuré la qualité de vie, ce qui n'était pas l'un de nos critères de jugement d’intérêt.

Études non randomisées (ENR)

Dix études de cohortes rétrospectives, avec un total de 864 participants, répondaient aux critères d'inclusion. Les indications du placement de l'entérostomie et les caractéristiques de base des participants (âge, comorbidités, gravité de la maladie) variaient selon les études. Toutes les études incluses ont rapporté des résultats pour le critère de jugement principal (hernie péristomiale) et une étude a également rapporté des données sur un des résultats secondaires (prolapsus stomal).

Les effets des différentes approches chirurgicales sur la hernie péristomiale (RR 1,22, IC à 95 %: 0,84 à 1,75; 10 études, 864 participants; données probantes de très faible qualité) et l'apparition d'un prolapsus stomal (RR 1,23, IC à 95 %: 0,39 à 3,85; 1 étude, 145 participants; données probantes de très faible qualité) sont incertains.

Aucune des études incluses n'a mesuré d'autres comorbidités liées à la stomie ni la mortalité liée à la stomie.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.