Anticoagulants pour la prévention des caillots chez les patients atteints de cancer lors d’une intervention chirurgicale

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les patients atteints de cancer ayant une interventions chirurgicales sont exposés à un risque accru de caillots sanguins. L'anticoagulant administré pour prévenir ces caillots peut être soit une héparine non fractionnée soit une héparine de bas poids moléculaire. Ces deux anticoagulants peuvent avoir des profils d'efficacité et de tolérance différents. Dans cette revue systématique, les données provenant de 16 essais n'ont pas permis de trouver de différence entre les deux types d'agents.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune différence entre une thromboprophylaxie périopératoire par HBPM ou par HNF sur la mortalité et les critères de jugement concernânt les thromboses chez les patients atteints de cancer. D'autres essais sont nécessaires pour évaluer plus precisement les bénéfices et les risques des différentes stratégies de thromboprophylaxie par héparine dans cette population.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le choix de la thromboprophylaxie périopératoire appropriée chez les patients atteints de cancer dépend du rapport bénéfices /risques des l'héparines de bas poids moléculaire (HBPM) et de l'héparine non fractionnée (HNF).

Objectifs: 

Passer systématiquement en revue les preuves du rapport efficacité / tolérance des l'HBPM et de l'HNF dans la prévention des thromboses en périopératoire chez les patients atteints de cancer.

La stratégie de recherche documentaire: 

Une recherche exhaustive d'essais sur l'anticoagulation chez les patients atteints de cancer, dont une recherche électronique effectuée en février 2010 dans : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et ISI Web of Science.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des patients atteints de cancer ayant une intervention chirurgicale et comparant les effets de l'HBPM à ceux de l'HNF sur la mortalité, la thrombose veineuse profonde (TVP), l'embolie pulmonaire (EP), les saignements et la thrombocytopénie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait de manière indépendante sur une fiche standardisée les données sur le risque de biais, les participants, les interventions et les critères d’évaluation intéressants. Lorsque c'était possible, nous avons effectué une méta-analyse au moyen du modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Sur 8187 références identifiées, nous avons inclus dans les méta-analyses 16 ECR ayant inclus 11'847 patients ayant reçu une anticoagulation prophylactique préopératoire. Le niveau de preuve était globalement modéré. La méta-analyse n'a pas permis de mettre en évidence un effet bénéfique ou préjudiciable de l'HBPM comparativement à l'HNF, pour les critères d’évaluations suivants : mortalité (RR = 0,90 ; IC 95% 0,73 à 1,10), TVP symptomatique (RR = 0,73 ; IC 95% 0,23 à 2,28), PE (RR = 0,59 ; IC 95% 0,25 à 1,41), saignements mineurs (RR = 0,88 ; IC 95% 0,47 à 1,66) et saignements majeurs (RR = 0,84 ; IC 95% 0,52 à 1,36). L'HBPM était associée à une plus faible incidence d'hématome (RR = 0,60 ; IC 95% 0,43 à 0,84) tandis que l'HNF était associée à une incidence plus élevée de transfusion peropératoire (RR = 1,16 ; IC 95% 0,69 à 1,62).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.