Médicaments stimulant le mouvement de l'estomac afin de soulager l'inconfort abdominal supérieur sans cause spécifique

Contexte

La dyspepsie fonctionnelle survient chez les personnes souffrant d'inconfort dans la partie supérieure de l'abdomen dont la cause n'est pas évidente et précise. Les prokinétiques pourraient aider les personnes souffrant de dyspepsie fonctionnelle en stimulant le mouvement de l'estomac.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus 43 études qui comparaient les prokinétiques à un placebo (poudre ayant l'apparence d'un médicament) ou à un autre prokinétique pour le traitement de la dyspepsie fonctionnelle. Les études se sont limitées à celles qui n'ont évalué que les adultes qui présentaient un inconfort dans le haut de l'abdomen mais qui n'avaient pas de cause spécifique après investigation.

Résultats principaux

Nous ne sommes pas certains que les prokinétiques puissent réduire les symptômes dyspeptiques, si nous comparons avec l'absence de traitement prokinétique. Nous ne savons pas exactement non plus quels prokinétiques ont été les plus efficaces pour réduire les symptômes dyspeptiques, améliorer les scores des symptômes post-traitement ou la différence moyenne des scores des symptômes. Nous ne sommes pas certains qu’un traitement prokinétique puisse améliorer la qualité de vie. Nous ne savons pas exactement si les prokinétiques (à l'exception du cisapride) diffèrent de l'absence de prokinétiques en ce qui concerne l’apparition de symptômes désagréables. Les symptômes désagréables les plus fréquents provenant des prokinétiques étaient la diarrhée, l'inconfort abdominal et la nausée.

Qualité des preuves

La qualité des données probantes a été jugée faible ou très faible. Davantage de recherches sont nécessaires afin de démontrer les avantages des prokinétiques pour le traitement des personnes souffrant de dyspepsie fonctionnelle.

Conclusions des auteurs: 

En raison de la faible ou très faible qualité des données probantes, nous ne sommes pas en mesure de dire si les prokinétiques sont efficaces pour traiter la dyspepsie fonctionnelle. Nous ne savons pas exactement lequel, parmi les médicaments prokinétiques, est le plus efficace ni si les prokinétiques peuvent améliorer la qualité de vie. Outre le cisapride, les prokinétiques sont bien tolérés. Des ECR de bonne qualité sont nécessaires pour vérifier l'efficacité des prokinétiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dyspepsie est une affection courante associée aux maladies gastro-intestinales (GI). Les prokinétiques sont le traitement de choix de la dyspepsie fonctionnelle (DF). Cependant, le rôle des prokinétiques dans le traitement de la DF est encore controversé.

Objectifs: 

Nous avons effectué une revue systématique et une méta-analyse des essais cliniques comparatifs randomisés (ECR) portant sur l'efficacité des prokinétiques dans le traitement de la DF. Le critère de jugement principal était l'absence ou l'amélioration générale des symptômes et des scores de symptômes à la fin du traitement. Nous avons également évalué la qualité de vie (QdV) et les événements indésirables comme étant des critères de jugements secondaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche systématique dans MEDLINE, Embase, la bibliothèque Cochrane et CINAHL, de 1946 à septembre 2017. RevMan 5.3 a été utilisé pour calculer les risques relatifs combinés (RR) des symptômes persistants ou sans amélioration de la qualité de vie ou des événements indésirables, la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) des scores des symptômes post-traitement, les changements des scores des symptômes et la QdV, le cas échéant avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %, en utilisant un modèle à effets aléatoires. La qualité des données probantes a été évaluée à l'aide de la méthodologie GRADE.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études qui étaient des ECR à groupes parallèles comparant un prokinétique à un placebo ou à un autre prokinétique de la même classe ou d'une classe différente pour le traitement de la DF. Les études portaient sur des adultes qui présentaient des symptômes de dyspepsie et qui présentaient des résultats négatifs ou insignifiants à l'endoscopie et aucun autre trouble organique et métabolique. Les études portant uniquement sur des participants présentant principalement des symptômes de reflux ou de brûlures d'estomac ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué de façon indépendante l’éligibilité à l'étude, la qualité de celle-ci, et ont effectué une extraction de données.

Résultats principaux: 

À partir d'une première série de 1388 citations, nous avons identifié 43 études dans 40 articles. Parmi ces études, 29 ayant été menées auprès de 10 044 participants ont comparé six prokinétiques à un placebo pour le critère de jugement d'absence de symptômes ou d'amélioration des symptômes. Le traitement prokinétique a eu un effet statistiquement significatif sur la réduction des symptômes globaux de la DF (RR de la dyspepsie résiduelle = 0,81, IC à 95 % : 0,74 à 0,89 ; nombre nécessaire à traiter pour un critère de jugement bénéfique supplémentaire (NNTB) = 7, preuves de très faible qualité) avec une très grande hétérogénéité ; I2 = 91 % (P< 0,00001). L'effet des prokinétiques sur l'amélioration globale des symptômes a persisté, même après que le cisapride ait été retiré de l'analyse, comparé au placebo (RR 0,87, IC à 95 % : 0,80 à 0,94), mais il était encore fondé sur des données de très faible qualité. Le résultat a montré la persistance d'une amélioration significative dans les sous-groupes d'études à risque de biais faible ou incertain (RR 0,86, IC à 95 % 0,80-0,92), et dans les sous-groupes traités par molécules de cisapride (RR 0,71, IC à 95 % 0,54 à 0,93 ; NNTB = 4), acotiamide (RR 0,94, IC à 95 % 0,91 à 0,98 ; NNTB = 20), tégaserod (RR 0,89, IC à 95 % 0,82 à 0,96 ; NNTB = 14).

Dix études ont comparé différents types de prokinétiques entre eux, et celui auquel ils étaient le plus couramment comparés était la dompéridone, 10 mg trois fois par jour (huit des dix études). Le score des symptômes post-traitement était significativement meilleur chez d'autres prokinétiques que chez la dompéridone (DMS -0,19, IC à 95 % -0,35 à -0,03, preuves de très faible qualité), mais aucune différence dans la réduction du symptôme global (RR 0,94, IC à 95 % 0,83 à 1,07), et la différence moyenne des scores de symptômes (DMS -0,13, IC à 95 % -0,31 à 0,05). Nous avons trouvé cinq études qui évaluaient la qualité de vie, mais il n'y avait aucun avantage à améliorer la qualité de vie avec un traitement prokinétique (SMD 0,11, IC à 95 % -0,10 à 0,33 ; participants = 1774). Les effets indésirables observés avec chaque prokinétique pris individuellement n'étaient pas différents de ceux du placebo (RR 1,09, IC à 95 % : 0,95 à 1,25 ; participants = 3 811 ; études = 17). Cependant, lorsque nous avons examiné les effets indésirables de chaque prokinétique, nous avons constaté des effets indésirables globalement plus importants dans le groupe de traitement actif par le cisapride (RR 1,31, IC à 95 %, 1,03 à 1,65 ; P = 0,03). Les effets indésirables les plus fréquents étaient la diarrhée, l'inconfort abdominal et la nausée. Le graphique en entonnoir était asymétrique (test d'Egger, P = 0,02), laissant supposer qu’un biais de déclaration ou d’autres effets d'études de petite envergure pourraient en partie expliquer les avantages des prokinétiques comparativement au placebo dans cette méta-analyse. L'évaluation réalisée à l’aide de GRADE de la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement est généralement faible ou très faible en raison des préoccupations concernant le risque de biais dans la conception de l'étude, l'hétérogénéité inexpliquée et le biais possible de publication.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Amytis HEIM et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.