Suppléments de zinc contre la thalassémie et la drépanocytose

Le zinc est un micronutriment essentiel qui est nécessaire pour que le système immunitaire fonctionne au mieux et aide l'organisme à se défendre contre les infections. Certaines personnes peuvent ne pas obtenir suffisamment de zinc à partir de leur seule alimentation. Les chercheurs ont donc examiné les suppléments de zinc comme moyen de réduire l'anémie et de prévenir les infections et les complications. Les auteurs de la revue ont recherché dans la littérature médicale des études contrôlées randomisées dans lesquelles des personnes atteintes de drépanocytose ou de thalassémie soit recevaient des suppléments de zinc soit ne recevaient aucun supplément. Nous avons inclus neuf essais dans la revue (459 participants). Chez les personnes atteintes de thalassémie, aucune preuve n'indique un bénéfice des suppléments de zinc concernant la concentration sérique de zinc. Cependant, on a observé une amélioration de la taille chez les personnes qui recevaient les suppléments. Il existe des preuves contradictoires concernant le bénéfice apporté par l'utilisation de suppléments de zinc chez les personnes atteintes de drépanocytose. Par exemple, certaines preuves indiquent qu'après avoir administré des suppléments pendant un an, les concentrations sériques de zinc ont augmenté ; toutefois, les taux d'hémoglobine et l'indice de masse corporel n'ont pas été significativement différents entre les groupes. Nous avons également découvert que les personnes atteintes de drépanocytose qui recevaient des suppléments de zinc (à la fois à trois mois et à un an) avaient moins de crises drépanocytaires et d'infections. Cependant, étant donné que le nombre total d'essais est faible, ces résultats doivent être traités avec précaution.

Conclusions des auteurs: 

D'après les résultats, il n'existe pas de preuves issues d'essais contrôlés randomisés indiquant un bénéfice de la supplémentation en zinc concernant la concentration sérique de zinc chez les patients atteints de thalassémie. Cependant, il a été constaté que la vitesse de croissance augmentait chez ceux ayant reçu cette intervention.

Il existe des preuves contradictoires concernant le bénéfice apporté par l'utilisation d'une supplémentation en zinc chez les personnes atteintes de drépanocytose. Par exemple, certaines preuves ont indiqué qu'une supplémentation en zinc pendant un an augmentait les concentrations sériques de zinc chez les patients atteints de drépanocytose. Toutefois, bien que la concentration sérique de zinc ait été accrue chez les patients recevant une supplémentation en zinc, le taux d'hémoglobine et les mesures anthropométriques n'ont pas été significativement différents entre les groupes. On observe des preuves de bénéfice avec la réduction du nombre de crises drépanocytaires chez les patients atteints de drépanocytose ayant reçu une supplémentation en sulfate de zinc pendant un an et avec la réduction du nombre total d'infections cliniques chez les patients atteints de drépanocytose ayant reçu une supplémentation en zinc tant pendant trois mois que pendant un an.

La conclusion se fonde sur les données issues d'un petit groupe d'essais qui étaient généralement de bonne qualité et présentaient un faible risque de biais. Les auteurs recommandent de réaliser d'autres essais sur la supplémentation en zinc dans la thalassémie et la drépanocytose étant donné que la littérature a montré les bénéfices du zinc dans ce type de maladies.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les hémoglobinopathies, des troubles héréditaires de la synthèse (thalassémie) ou de la structure (drépanocytose) de l'hémoglobline, sont responsables d'une morbidité et d'une mortalité significatives dans le monde. L'OMS estime qu'à l'échelle mondiale, 5 % des adultes sont porteurs d'une maladie de l'hémoglobine, 2,9 % sont porteurs de la thalassémie et 2,3 % sont porteurs de la drépanocytose. Les porteurs sont présents dans le monde entier en raison de la migration de divers groupes ethniques vers différentes régions du monde. Le zinc est un supplément facile d'accès et des programmes d'intervention ont été mis en œuvre pour prévenir la carence chez les personnes atteintes de thalassémie ou de drépanocytose. Il est important d'évaluer le rôle de la supplémentation en zinc dans le traitement de la thalassémie et de la drépanocytose pour réduire les décès dûs aux complications.

Objectifs: 

Evaluer l'effet de la supplémentation en zinc dans le traitement de la thalassémie et de la drépanocytose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques qui comprend des références identifiées à partir de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles dans les journaux et les recueils de résumés d'actes de conférences pertinents.

Date de la recherche la plus récente : 01 février 2013.

Critères de sélection: 

Les essais randomisés, contrôlés par placebo, portant sur des suppléments de zinc pour traiter la thalassémie ou la drépanocytose, administrés au moins une fois par semaine pendant au moins un mois.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité et le risque de biais des essais inclus ; ils ont extrait et analysé les données et rédigé la revue. Nous avons synthétisé les résultats à l'aide du risque relatif ou du taux de proportion pour les données dichotomiques, et de la différence moyenne pour les données continues. Lorsque cela était opportun nous avons combiné les résultats des essais.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié neuf essais à inclure et les neuf ont fourni des données de résultat. Deux essais ont porté sur les personnes atteintes de thalassémie (n = 152) et sept sur la drépanocytose (n = 307).

Chez les personnes atteintes de thalassémie, dans un essai, la concentration sérique de zinc n'a montré aucune différence entre le groupe avec supplémentation en zinc et le groupe témoin, différence moyenne 47,40 (intervalle de confiance à 95 % -12,95 à 107,99). Concernant l'anthropométrie, dans un essai, la vitesse de croissance a augmenté de façon significative chez les patients qui recevaient une supplémentation en zinc pendant un à sept ans, différence moyenne 3,37 (intervalle de confiance à 95 % 2,36 à 4,38) (nombre total de participants = 26). Dans un essai, cependant, il n'y a eu aucune différence en termes d'indice de masse corporelle entre les groupes de traitement.

Il a été constaté qu'une supplémentation en acétate de zinc pendant trois mois (dans un essai) et un an (dans deux essais) (nombre total de participants = 71) augmentait la concentration sérique de zinc de façon significative chez les patients atteints de drépanocytose, différence moyenne 14,90 (intervalle de confiance à 95 % 6,94 à 22,86) et 20,25 (intervalle de confiance à 95 % 11,73 à 28,77) respectivement. Il n'y a eu aucune différence significative en termes de taux d'hémoglobine entre le groupe d'intervention et le groupe témoin, que ce soit à trois mois (un essai) ou à un an (un essai), différence moyenne 0,06 (intervalle de confiance à 95 % -0,84 à 0,96) et différence moyenne -0,07 (intervalle de confiance à 95 % -1,40 à 1,26) respectivement. Concernant l'anthropométrie, un essai n'a montré aucun changement significatif d'indice de masse corporelle ou de poids après un an de supplémentation en acétate de zinc. Chez les patients atteints de drépanocytose, le nombre total de crises drépanocytaires à un an a été diminué significativement dans le groupe avec supplémentation en sulfate de zinc comparé aux témoins, différence moyenne -2,83 (intervalle de confiance à 95 % -3,51 à -2,15) (130 participants au total), mais pas dans le groupe recevant de l'acétate de zinc, différence moyenne 1,54 (intervalle de confiance à 95 % -2,01 à 5,09) (22 participants au total). Dans un essai à trois mois et un autre à un an, le nombre total d'infections cliniques a été diminué significativement dans le groupe avec supplémentation en zinc comparé aux témoins, différence moyenne 0,05 (intervalle de confiance à 95 % 0,01 - 0,43) (nombre total de participants = 36) et différence moyenne -7,64 (intervalle de confiance à 95 % -10,89 à -4,39) (nombre total de participants = 21) respectivement.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.