La rotation manuelle prophylactique pour la malposition fœtale afin de réduire le nombre d'accouchements opératoires et de réduire les complications pour les mères et les bébés

Contexte

La plupart des bébés sont dans la position où le bébé regarde vers l'arrière (une position antérieure pour l'arrière de la tête) avant et pendant l'accouchement. Lorsque le bébé regarde vers l'avant (dans la position postérieure) ou latéralement (la position transversale), la tête du bébé présente un profil plus large dans le canal vaginal de sorte que la descente pourrait être plus difficile. Les positions postérieure et transversale sont associées à un travail plus long et plus douloureux, au besoin d'un soulagement de la douleur péridural, à des taux plus élevés de déchirures vaginales qui incluent parfois l'anus et le rectum, à des saignements après l'accouchement et à une infection de l'utérus après l'accouchement. Il est également plus fréquent chez ces femmes d'avoir un accouchement à l'aide de forceps, ventouses ou par césarienne, dans certains cas à la fin de la première ou au début de la deuxième phase du travail, et habituellement lorsque le col de la mère est complètement dilaté.

La rotation manuelle peut être réalisée pour tourner la tête du bébé dans la position antérieure. La rotation manuelle implique l'utilisation de la main ou des doigts de l'accoucheur pour tourner la tête du bébé. Elle peut prendre deux ou trois contractions à être effectuée et la position est généralement tenue pendant deux contractions.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons recherché dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement et dans d'autres bases de données des essais cliniques comparant la rotation manuelle avec la prise en charge non interventionniste (attente), l'accélération du travail ou l'opération. Les femmes étaient à terme (au moins 37 semaines de grossesse). Les résultats sont à jour jusqu'à octobre 2014.

Résultats principaux

Nous avons trouvé un seul petit essai pilote portant sur 30 femmes ayant évalué la faisabilité de la rotation manuelle par rapport aux soins de routine (sans rotation manuelle). L'étude n'a rapporté aucune différence claire pour le critère de jugement principal de la revue, soit l'accouchement opératoire (accouchement à l'aide de ventouse ou de forceps (ou les deux), ou par césarienne) et aucun décès de la mère ou du bébé. En termes d'événements indésirables, il n'y avait aucun cas de prolapsus du cordon ombilical ou de lacération cervicale et un seul cas d'un tracé non rassurant ou pathologique du cardiotocographe au cours de la procédure.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l'effet de la rotation manuelle dans la deuxième phase du travail afin de réduire les taux d'accouchement opératoire.

La qualité des preuves

Nous avons considéré l'étude à faible risque de biais, mais il n'y avait pas suffisamment de participants pour détecter des bénéfices ou des inconvénients cliniques importants à la rotation manuelle pour corriger la position du bébé dans la deuxième phase du travail.

Conclusions des auteurs: 

Actuellement, il n'y a pas suffisamment de preuves pour déterminer l'efficacité de la rotation manuelle prophylactique au début de la deuxième phase du travail afin d'empêcher un accouchement opératoire. Une étude supplémentaire est en cours. D'autres essais bien conçus sont nécessaires pour déterminer l'efficacité de la rotation manuelle.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La rotation manuelle est généralement réalisée afin d'augmenter les chances d'accouchement naturel par voie vaginale et elle est perçue comme étant sûre. La rotation manuelle a le potentiel d'empêcher un accouchement opératoire ou une césarienne, et de réduire les complications obstétriques et néonatales.

Objectifs: 

Évaluer l'effet d'une rotation manuelle prophylactique pour les femmes ayant une malposition fœtale pendant le travail, et les issues maternelles et néonatales.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (31 octobre 2014), le registre d'essais cliniques de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande (ANZCTR),ClinicalTrials.gov,Current Controlled Trials et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (recherches effectuées le 23 février 2014), les revues antérieures et les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection: 

Essais randomisés, quasi randomisés ou essais cliniques randomisés en groupes comparant la rotation manuelle prophylactique pendant le travail pour la malposition fœtale par rapport à la prise en charge non interventionniste, l'accélération du travail ou un accouchement opératoire. Nous avons défini la rotation manuelle prophylactique comme une rotation réalisée sans accouchement assisté immédiat.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité des études, et ils ont extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus une seule petite étude pilote (portant sur 30 femmes). L'étude, que nous avons considérée comme étant à faible risque de biais, a été réalisée dans un hôpital de référence tertiaire en Australie, et avec des femmes dont la grossesse était céphalique et unique. Le principal critère de jugement était l'accouchement opératoire (accouchement avec l'assistance d'instruments ou césarienne).

Dans le groupe de la rotation manuelle, 13/15 femmes ont eu un accouchement avec l'assistance d'instruments ou par césarienne, tandis que dans le groupe témoin, 12/15 femmes ont eu un accouchement opératoire. Le rapport de risque estimé était de 1,08 (intervalle de confiance à 95 % 0,79 à 1,49). Il n'y avait aucune mortalité pour la mère ou pour le fœtus dans l'un ou l'autre des groupes.

Il n'y avait aucune différence claire pour chacune des issues secondaires maternelles ou néonatales rapportées (par ex. les traumatismes du périnée, l'utilisation d'analgésique, la durée de l'accouchement).

En termes d'événements indésirables, il n'y avait aucun cas de prolapsus du cordon ombilical ou de lacération cervicale et un seul cas de tracé non rassurant ou pathologique au cardiotocographe au cours de la procédure.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Mylène Badeau et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.