Médicaments pour prévenir la perte auditive chez les enfants recevant une chimiothérapie au platine contre le cancer

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur l'efficacité de toute intervention médicale visant à prévenir la perte auditive chez les enfants atteints de cancer traités par un traitement à base de platine (c.-à-d. incluant les médicaments anticancéreux cisplatine, carboplatine, oxaliplatine ou une combinaison de ceux-ci). Nous avons également examiné l'efficacité anticancéreuse, les effets secondaires autres que la perte auditive et la qualité de vie.

Contexte

La chimiothérapie à base de platine, y compris le cisplatine, le carboplatine, l'oxaliplatine ou une combinaison de ceux-ci, est utilisée dans le traitement de différents types de cancer infantile. Malheureusement, l'un des effets secondaires les plus importants de la chimiothérapie au platine est la perte auditive. Elle survient non seulement pendant le traitement, mais aussi plusieurs années après la fin du traitement. Bien qu'elle ne mette pas la vie en danger, la perte de l'ouïe, surtout au cours des trois premières années de la vie, peut entraîner des difficultés scolaires et de fonctionnement psychosocial. La prévention de la perte auditive induite par le platine est donc très importante et pourrait améliorer la qualité de vie des enfants qui suivent un traitement contre le cancer et de ceux qui ont survécu au traitement par chimiothérapie à base de platine.

Caractéristiques de l’étude

Les données sont à jour jusqu'en janvier 2019.

Nous avons trouvé deux études randomisées (études cliniques dans lesquelles des personnes sont réparties au hasard dans au moins deux groupes de traitement) et une étude contrôlée (études cliniques dans lesquelles des personnes sont réparties dans au moins deux groupes de traitement sans que cela soit fait de façon aléatoire) (149 participants), toutes comparant l'amifostine à aucun autre traitement. Deux études portaient sur des enfants atteints d'ostéosarcome (un type de cancer des os), l'autre sur des enfants atteints d'hépatoblastome (un type de cancer du foie). Il n'a pas été possible de combiner les résultats des études incluses. On ne sait pas exactement combien de temps les participants ont été suivis.

Nous avons également trouvé une étude randomisée (109 enfants atteints d'hépatoblastome localisé) comparant le thiosulfate de sodium sans traitement supplémentaire. La moitié des participants ont été suivis pendant plus de quatre ans.

Résultats principaux

À l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve dans les études individuelles montrant que l'administration d'amifostine prévient la perte d'audition. Une seule étude a rapporté des résultats sur la réponse au cancer et les effets secondaires, de sorte que nous n'avons pu tirer aucune conclusion définitive. Aucune des études n'a évalué la survie et la qualité de vie. La perte auditive semblait plus faible avec l'utilisation du thiosulfate de sodium, mais l'effet du thiosulfate de sodium sur la réponse au cancer et les effets secondaires était incertain. Nous n'avons identifié aucune étude adéquate pour d'autres médicaments possibles pour prévenir la perte auditive et pour d'autres types de cancer. Des recherches plus approfondies sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur l'utilité d'éventuels médicaments pour prévenir la perte auditive (amifostine, thiosulfate de sodium ou autre médicament) chez les enfants traités par une chimiothérapie au platine.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était modérée (pour les pertes auditives associées au thiosulfate de sodium) à faible (pour tous les autres résultats). La qualité des données probantes était limitée en raison de problèmes liés à la conception de l'étude (pour tous les résultats) et du petit nombre de participants à chaque étude (pour tous les résultats sauf la perte auditive avec le thiosulfate de sodium).

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve provenant d'études individuelles chez des enfants atteints d'ostéosarcome ou d'hépatoblastome traités avec des analogues du platine et des schémas posologiques différents qui soulignent l'utilisation de l'amifostine comme intervention otoprotectrice comparativement à aucun autre traitement. Comme la mise en commun des résultats n'était pas possible et que les éléments de preuve étaient peu sûrs, aucune conclusion définitive ne peut être tirée. Comme nous n'avons trouvé qu'un seul ECR évaluant l'utilisation du thiosulfate de sodium chez des enfants atteints d'hépatoblastome localisé traités par le cisplatine, aucune conclusion définitive sur les avantages et les inconvénients ne peut être tirée. Notons que l'expression « aucune preuve d'effet », comme identifiée dans cette revue, est différente de l'expression « preuve d'une absence d'effet ». Nous n'avons identifié aucune étude admissible pour d'autres interventions médicales otoprotectrices possibles et d'autres types de tumeurs malignes, de sorte qu'aucune conclusion ne peut être tirée quant à leur efficacité dans la prévention de l'ototoxicité chez les enfants traités par une thérapie à base de platine. Des études supplémentaires de bonne qualité sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement à base de platine, y compris le cisplatine, le carboplatine, l'oxaliplatine ou une combinaison de ceux-ci, est utilisé pour traiter une variété de tumeurs malignes pédiatriques. L'un des effets indésirables les plus importants est la survenue d'une perte auditive ou d'une ototoxicité. Afin de prévenir cette ototoxicité, différentes interventions médicales otoprotectrices ont été étudiées. Cette revue est la troisième mise à jour d'une revue Cochrane déjà publiée.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions médicales visant à prévenir la perte auditive et déterminer les effets possibles de ces interventions sur l'efficacité antitumorale, les toxicités autres que la perte auditive et la qualité de vie chez les enfants atteints de cancer traités par un traitement à base de platine comparativement au placebo, sans traitement supplémentaire ou autre intervention médicale de protection.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane, MEDLINE (PubMed) et Embase (Ovid) jusqu'au 8 janvier 2019. Nous avons consulté des listes de références d'articles pertinents et évalué les actes des conférences de l'International Society for Paediatric Oncology (2006 à 2018 inclusivement), de l'American Society of Pediatric Hematology/Oncology (2007 à 2018 inclusivement) et de l'International Conference on Long-Term Complications of Treatment of Children and Adolescents for Cancer (2010 à 2015 inclusivement). Nous avons scanné ClinicalTrials.gov et la Plateforme d'enregistrement des essais cliniques internationaux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS ICTRP ; apps.who.int/trialsearch) pour les essais en cours (le 2 janvier 2019).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou essais cliniques contrôlés (ECR) évaluant une thérapie à base de platine avec une intervention médicale otoprotectrice par rapport à la thérapie à base de platine avec placebo, sans traitement supplémentaire ou autre intervention médicale protectrice chez les enfants atteints de cancer.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment la sélection des études, l'extraction des données, l'évaluation du risque de biais et l'évaluation GRADE des études incluses, y compris les effets indésirables. Nous avons effectué des analyses conformément au Manuel Cochrane d'examen systématique des interventions.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié deux ECR et un essai contrôlé (nombre total de participants 149) évaluant l'utilisation de l'amifostine par rapport à l'absence de traitement supplémentaire dans la version originale de la revue ; les mises à jour n'ont identifié aucune étude supplémentaire. Deux études portaient sur des enfants atteints d'ostéosarcome et l'autre sur des enfants atteints d'hépatoblastome. Les enfants ont reçu du cisplatine seulement ou une combinaison de cisplatine et de carboplatine, par voie intra-artérielle ou intraveineuse. La mise en commun des résultats des études incluses n'a pas été possible. D'après les études individuelles, l'effet de l'amifostine sur l'ototoxicité symptomatique seule (c.-à-d. les critères communs de toxicité de l'Institut national du cancer version 2 (NCICTCv2) ou grade 2 modifié de Brock ou plus) et l'ototoxicité combinée asymptomatique et symptomatique (c.-à-d. NCICTCv2 ou grade 1 modifié de Brock ou plus) étaient incertains (faible certitude). Une seule étude incluant des enfants atteints d'ostéosarcome traités par cisplatine intra-artériel a fourni des informations sur la réponse tumorale, définie comme le nombre de participants présentant une rémission bonne ou partielle. L'analyse des données disponibles (données manquantes pour un participant), l'analyse du meilleur scénario et l'analyse du pire scénario ont montré une différence en faveur de l'amifostine, bien que la certitude des preuves de cet effet était faible. Il n'y avait aucune information sur la survie pour aucune des études incluses. Une seule étude, incluant des enfants atteints d'ostéosarcome traités par cisplatine intra-artériel, a fourni des données sur le nombre de participants ayant des effets indésirables autres que des effets ototoxiques de grade 3 ou plus (sur l'échelle NCICTCv2). Il y avait une faible certitude que les vomissements de grade 3 ou 4 étaient plus fréquents avec l'amifostine (rapport de risque (RR) 9,04, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,99 à 41,12). Les effets sur la cardiotoxicité et la toxicité rénale de grade 3 ou 4 étaient incertains (preuve de faible certitude). Aucune des études n'a évalué la qualité de vie.

Dans la mise à jour récente, nous avons également identifié un ECR comprenant 109 enfants atteints d'hépatoblastome localisé évaluant l'utilisation du thiosulfate de sodium par rapport à aucun autre traitement. Les enfants ont reçu du cisplatine par voie intraveineuse seulement (un enfant a également reçu du carboplatine). On a observé des preuves de certitude modérée que l'ototoxicité symptomatique seule (c.-à-d. ototoxicité de grade 2 ou plus) et l'ototoxicité asymptomatique et symptomatique combinée (c.-à-d. ototoxicité de grade 1 ou plus) du thiosulfate de sodium (ototoxicité asymptomatique et symptomatique combinée) étaient plus faibles : RR 0,52, IC à 95 % 0,33 à 0,81 ; ototoxicité symptomatique seule : RR 0,39, IC à 95 % 0,19 à 0,83). L'effet du thiosulfate de sodium sur la réponse tumorale (définie comme le nombre de participants présentant une réponse complète ou partielle à la fin du traitement), la survie globale (calculée à partir du moment de la randomisation jusqu'au décès ou du dernier suivi), la survie sans événement (calculée à partir du moment de la randomisation jusqu'à la progression de la maladie, la rechute, le deuxième cancer primaire, le décès ou le dernier suivi, selon la première éventualité), les effets indésirables autres que la perte auditive et l'acouphène de grade 3 ou plus (selon les critères communs du NCICTCAEv3) était incertaine (faible certitude des preuves pour tous ces critères de jugement). La qualité de vie n'a pas été évaluée.

Nous n'avons trouvé aucune étude admissible pour des interventions médicales otoprotectrices possibles autres que l'amifostine et le thiosulfate de sodium et pour d'autres types de tumeurs malignes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.