Le bézafibrate pour la cirrhose biliaire primitive

La cirrhose biliaire primitive est une maladie chronique du foie qui se caractérise par une inflammation et une destruction progressives des tissus hépatiques, évoluant en cirrhose du foie qui finit par exiger une greffe du foie. La cirrhose biliaire primitive affecte principalement les femmes d'âge moyen. Le bézafibrate est un agent hypolipémiant utilisé dans le traitement de l'hypertriglycéridémie. Certaines études suggèrent que le bézafibrate, seul ou en combinaison avec de l'acide ursodésoxycholique, serait efficace dans le traitement de la cirrhose biliaire primitive. Les mécanismes par lesquels le bézafibrate améliore l'équilibre de la concentration lipidique sérique et prévient l'endommagement des cellules biliaires doivent encore être pleinement élucidés. Cette revue évalue toutes les données disponibles dans des essais cliniques randomisés concernant les avantages et les inconvénients du bézafibrate pour les patients atteints de cirrhose biliaire primitive. Les résultats de cette revue sont fondés sur six essais cliniques randomisés impliquant 151 patients japonais. Le bézafibrate a été comparé à l'absence d'intervention dans quatre essais (avec co-intervention d'acide ursodésoxycholique tant dans le groupe de bézafibrate que dans celui de contrôle) et à l'acide ursodésoxycholique dans deux essais. Les principales constatations de la revue sont que le bézafibrate n'a pas d'effets statistiquement significatifs sur la mortalité, la morbidité liée au foie, les événements indésirables ou la qualité de vie des patients atteints de cirrhose biliaire primitive. Un possible effet positif de l'intervention au bézafibrate par rapport à l'absence d'intervention sur les mesures de la biochimie du foie pourrait être bien réel, mais pourrait aussi être dû à des erreurs systématiques ou à des erreurs aléatoires. Les avantages et les inconvénients du bézafibrate pour les patients atteints de cirrhose biliaire primitive devront encore être évalués au moyen d'essais cliniques randomisés comparant le bézafibrate avec un placebo. Afin de réduire les risques d'erreurs aléatoires, ces essais devraient être menés avec une méthodologie irréprochable et sur des groupes de patients suffisamment importants.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique n'a pas démontré un quelconque effet du bézafibrate par rapport à l'absence d'intervention sur la mortalité, la morbidité liée au foie, les effets indésirables, et le prurit chez les patients atteints de cirrhose biliaire primitive. En outre, nous n'avons trouvé aucun effet significatif du bézafibrate sur la mortalité, la morbidité liée au foie ou les effets indésirables lorsque comparé à l'acide ursodésoxycholique. Aucun des essais n'avait évalué la qualité de vie ou la fatigue. Les données semblent indiquer un possible effet positif de l'intervention au bézafibrate sur certaines mesures de la biochimie du foie en comparaison avec le groupe témoin, mais les effets observés pourraient être dus à des erreurs systématiques ou à des erreurs aléatoires. Nous avons besoin de plus d'essais cliniques randomisés portant sur les effets du bézafibrate sur la cirrhose biliaire primitive et ne comportant que de faibles risques d'erreurs systématiques et d'erreurs aléatoires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement de la cirrhose biliaire primitive est compliqué. Certaines études suggèrent que le bézafibrate, seul ou en combinaison avec de l'acide ursodésoxycholique (AUDC), serait efficace dans le traitement de la cirrhose biliaire primitive, mais aucune revue systématique n'a encore compilé les preuves.

Objectifs: 

Évaluer les effets bénéfiques et nocifs du bézafibrate chez les patients atteints de cirrhose biliaire primitive.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) de The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, LILACS, Clinicaltrials.gov, le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS et dans des textes intégraux, jusqu'à novembre 2011. Les recherches dans Chinese Bio-medical Literature Database, China Network Knowledge Information, Chinese Science Journal Database, Chinese Medical Citation Index, Wanfang Database et dans des textes intégraux ont été menées jusqu'en janvier 2011. Des fabricants et des auteurs ont été contactés.

Critères de sélection: 

Tout essai clinique randomisé comparant le bézafibrate, quels que soient la dose ou le schéma posologique, avec un placebo, l'absence d'intervention ou un autre médicament, chez des patients atteints de cirrhose biliaire primitive. Toutes les interventions concomitantes étaient autorisées si elles étaient reçues pareillement par tous les groupes de traitement de l'essai.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données. Nous avons utilisé RevMan pour effectuer l'analyse statistique des données dichotomiques avec le risque relatif (RR) ou la différence de risque (DR) et des données continues avec la différence moyenne (DM), toujours avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Des domaines méthodologiques ont été utilisés pour évaluer les risques d'erreurs systématiques (biais). L'analyse séquentielle des essais a été utilisée pour contrôler les erreurs aléatoires (jeux de hasard).

Résultats principaux: 

Six essais portant sur 151 patients japonais ont été inclus. Tous les essais présentaient des risques élevés de biais. Quatre essais comparaient le bézafibrate plus AUDC avec l'AUDC sans autre intervention (ce qu'on appellera plus loin « bézafibrate versus absence d'intervention ») et deux essais comparaient le bézafibrate avec l'AUDC. Dans aucun des essais inclus un patient n'est décédé ou n'a développé de complications liées au foie. Le bézafibrate était sans effet significatif sur la survenue d'événements indésirables comparativement à l'absence d'intervention (5/32 (16 %) versus 0/28 (0 %)) (RR 5,40 ; IC à 95 % 0,69 à 42,32 ; 3 essais avec 60 patients ; I² = 0 %) ou à l'AUDC (2/32 (6 %) versus 0/37 (0 %)) (RR 6,19 ; IC à 95 % 0,31 à 122,05 ; 2 essais avec 69 patients ; I² = 0 %). Le bézafibrate réduisait de manière significative l'activité des phosphatases alcalines sériques comparativement à l'absence d'intervention (DM -186,04 U/L ; IC à 95 % -249,03 à -123,04 ; 4 essais avec 79 patients ; I² = 34 %) et à l'AUDC (DM -162,90 U/L ; IC à 95 % -199,68 à -126,12 ; 2 essais avec 48 patients ; I² = 0 %). Ces résultats étaient soutenus par des analyses séquentielles d'essais. Par rapport à l'absence d'intervention le bézafibrate diminuait significativement l'immunoglobuline M du plasma (DM -164,00 mg/dl ; IC à 95 % -259,47 à -68,53 ; 3 essais avec 50 patients ; I² = 46 %) et la concentration de bilirubine sérique (DM -0,19 mg/dl ; IC à 95 % -0,38 à -0,00 ; 2 essais avec 34 patients ; I² = 0 %). Cependant, les deux derniers résultats n'étaient pas soutenus par des analyses séquentielles d'essais. Par rapport à l'absence d'intervention, le bézafibrate n'avait eu aucun effet significatif sur l'activité de la gamma-glutamyltransférase sérique (DM -1,22 U/L ; IC à 95 % -11,97 à 9,52 ; 4 essais avec 79 patients ; I² = 42 %) et de l'alanine aminotransférase sérique (DM -5,61 U/L ; IC à 95 % -24,50 à 13,27 ; 2 essais avec 35 patients ; I² = 34 %). +En comparaison avec l'AUDC, le bézafibrate n'avait eu aucun effet significatif sur l'activité de la gamma-glutamyltransférase sérique (DM 38,44 U/L ; IC à 95 % -180,67 à 257,55 ; 2 essais avec 49 patients ; I² = 89 %) et de l'alanine aminotransférase sérique (DM -2,34 U/L ; IC à 95 % -34,73 à 30,06 ; 2 essais avec 49 patients ; I² = 95 %), ni sur la concentration en immunoglobuline M du plasma (DM -20,23 mg/dl ; IC à 95 % -218,71 à 178,25 ; 2 essais avec 41 patients ; I² = 90 %) dans les méta-analyses utilisant un modèle à effets aléatoires, mais le bézafibrate diminuait de manière significative l'activité de la gamma-glutamyltransférase sérique (DM -58,18 ; IC à 95 % -76,49 à -39,88 ; 2 essais avec 49 patients ; I² = 89 %) et de l'alanine aminotransférase (DM -13,94 ; IC à 95 % -18,78 à -9,09 ; 2 essais avec 49 patients ; I² = 95 %), ainsi que la concentration en immunoglobuline M du plasma (DM -99,90 ; IC à 95 % -130,72 à -69,07 ; 2 essais avec 41 patients ; I² = 90 %) dans les méta-analyses utilisant un modèle à effets fixes. Un patient avait été retiré de l'essai bézafibrate versus absence d'intervention en raison d'un événement indésirable (DR 0,03 ; IC à 95 % -0,09 à 0,16 ; 2 essais avec 60 patients ; I² = 0 %).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.