Les laxatifs pour la prise en charge de la constipation de l'enfant

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Durant l'enfance, la constipation est un problème extrêmement fréquent. Malgré l'utilisation très répandue de laxatifs par le personnel médical pour la prise en charge de la constipation chez les enfants, on manque depuis toujours de données probantes pouvant étayer cette pratique. Cette revue a inclus dix-huit études, soit un total de 1 643 patients, ayant comparé neuf agents différents, soit à un placebo (un médicament inactif) soit entre eux. Les résultats de cette revue suggèrent que les préparations de polyéthylène glycol peuvent augmenter la fréquence des selles chez les enfants constipés. Le polyéthylène glycol était généralement sûr, et avait moins d'effets secondaires mineurs que les autres agents. Les effets secondaires les plus courants étaient notamment les flatulences, les douleurs abdominales, les nausées, les diarrhées et les maux de tête. Il y avait aussi certaines preuves que la paraffine liquide (de l'huile minérale) augmentait la fréquence des selles chez les enfants constipés et était également sans danger. Les effets indésirables fréquents de la paraffine liquide étaient notamment les douleurs abdominales, la distension intestinale et les selles liquides. Il n'y avait pas de preuve d'une quelconque supériorité du lactulose sur les autres agents étudiés, bien qu'il n'y ait pas d'essais le comparant à un placebo. Les résultats de la revue doivent être interprétés avec prudence en raison de problèmes de qualité méthodologique et de statistique dans les études incluses. De plus, ces études étaient de relativement courte durée et il est donc difficile d'évaluer l'efficacité à long terme de ces agents pour le traitement de la constipation chez l'enfant. L'efficacité à long terme est importante, vue la nature souvent chronique de ce problème chez les enfants.

Conclusions des auteurs: 

Les méta-analyses laissent penser que les préparations de PEG pourraient être supérieures au placebo, au lactulose et au lait de magnésie pour la constipation de l'enfant. Les analyses GRADE ont indiqué que la qualité globale des données pour le critère de jugement principal (le nombre de selles par semaine) était faible ou très faible en raison de données éparses, d'un manque de cohérence (hétérogénéité) et d'un risque élevé de biais dans les études regroupées pour analyse. Les résultats des méta-analyses doivent donc être interprétés avec prudence en raison de problèmes de qualité et de méthodologie, ainsi que de l'hétérogénéité clinique et du suivi de courte durée. Le PEG semble cependant sûr et bien toléré. Il y a également certaines preuves de l'efficacité de la paraffine liquide (de l'huile minérale), qui était aussi bien tolérée. Il n'existe aucune preuve d'une supériorité du lactulose sur les autres agents étudiés, bien qu'on manque d'études contrôlées par placebo. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour étudier l'utilisation à long terme du PEG pour la constipation de l'enfant, de même que le rôle de la paraffine liquide.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Durant l'enfance, la constipation est un problème extrêmement fréquent. Malgré l'utilisation très répandue de laxatifs osmotiques et de laxatifs stimulants par le personnel médical pour la prise en charge de la constipation chez l'enfant, on manque depuis toujours de preuves de bonne qualité pouvant étayer cette pratique.

Objectifs: 

Nous avons cherché à évaluer l'efficacité et l'innocuité des laxatifs osmotiques et des laxatifs stimulants utilisés pour traiter la constipation fonctionnelle de l'enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

La recherche (des origines jusqu'au 7 mai 2012) fut normalisée et non limitée par la langue ; elle incluait la recherche électronique (Medline, Embase, le registre Cochrane des essais contrôlés, le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les maladies inflammatoires de l'intestin et les troubles fonctionnels intestinaux), le passage au crible des références bibliographiques de toutes les études incluses, des contacts personnels et des compagnies pharmaceutiques.

Critères de sélection: 

Nous avons considéré l'inclusion de tout essai contrôlé randomisé (ECR) ayant comparé des laxatifs osmotiques ou des laxatifs stimulants à un placebo ou à une autre intervention, chez des patients âgés de 0 à 18 ans. Le principal critère de jugement était la fréquence de défécation. Les critères secondaires incluaient l'incontinence fécale, la désimpaction, le besoin de traitements complémentaires et les événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Des articles pertinents ont été identifiés et les auteurs ont évalué, de manière indépendante, l'éligibilité des essais. La qualité méthodologique a été évaluée à l'aide de l'outil Cochrane de détermination des risques de biais. Le logiciel RevMan de Cochrane a été utilisé pour les analyses. Les patients pour qui manquaient les résultats finaux ont été considérés comme ayant rechuté. Pour les résultats de type continu, nous avons calculé la différence moyenne (DM) ainsi que l'intervalle de confiance (IC) à 95 % au moyen d'un modèle à effet fixe. Pour les résultats de type dichotomique, nous avons calculé le rapport de cotes (RC) ainsi que l'intervalle de confiance (IC à 95 %) au moyen d'un modèle à effet fixe. Les statistiques chi-carré et I2 ont été utilisées pour évaluer l'hétérogénéité statistique. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé en cas d'hétérogénéité inexpliquée.

Résultats principaux: 

Dix-huit études (soit 1 643 participants) ont été incluses dans la revue. Neuf études ont été jugées à risque élevé de biais pour manque de masquage, données de résultat incomplètes et compte-rendu sélectif. La méta-analyse de deux études (101 patients) comparant le polyéthylène glycol (PEG) à un placebo a montré un nombre significativement accru de selles par semaine avec le PEG (DM 2,61 selles par semaine ; IC à 95 % 1,15 à 4,08). Les événements indésirables les plus fréquents dans les études contrôlées par placebo étaient notamment les flatulences, les douleurs abdominales, les nausées, les diarrhées et les maux de tête. La méta-analyse de 4 études, soit 338 participants, ayant comparé le PEG au lactulose a montré qu'il y avait significativement plus de selles par semaine avec le PEG (DM 0,95 selles par semaine ; IC à 95 % 0,46 à 1,44), bien que le suivi ait été court. Les patients ayant reçu du PEG étaient significativement moins susceptibles d'avoir besoin de traitements laxatifs supplémentaires. Dix-huit pour cent des patients du groupe à PEG avaient nécessité des traitements supplémentaires, à comparer à 30 % dans le groupe à lactulose (RC 0,49 ; IC à 95 % 0,27 à 0,89). Aucun des agents n'avait occasionné d'effet indésirable grave. Les événements indésirables les plus communs dans ces études étaient notamment la diarrhée, la douleur abdominale, la nausée, le vomissement et le prurit anal. La méta-analyse de 3 études, soit 211 participants, comparant le PEG au lait de magnésie a montré que le nombre de selles par semaine était significativement plus élevé avec le PEG (DM 0,69 selles par semaine ; IC à 95 % 0,48 à 0,89). Cette différence est toutefois de très petite ampleur et n'est peut-être pas significative cliniquement. Une allergie au PEG avait été remarquée chez un enfant, mais aucun autre effet indésirable grave n'avait été signalé. La méta-analyse de 2 études, soit 287 patients, comparant la paraffine liquide (de l'huile minérale) au lactulose a révélé une différence statistiquement significative et relativement importante dans le nombre de selles par semaine en faveur de la paraffine (DM 4,94 selles par semaine ; IC à 95 % 4,28 à 5,61). Aucun effet indésirable grave n'avait été signalé. Les événements indésirables étaient notamment la douleur abdominale, la distension et les selles liquides. Aucune différence statistiquement significative dans le nombre de selles par semaine n'avait été trouvée entre le PEG et les lavements (1 étude, 90 patients ; DM 1,00 ; IC à 95 % -1,58 à 3,58), le mélange de fibres alimentaires et le lactulose (1 étude, 125 patients ; P = 0,481), le séné et le lactulose (1 étude, 21 patients ; P > 0,05), le lactitol et le lactulose (1 étude, 51 patients ; DM -0,80 ; IC à 95 % -2,63 à 1,03) ou le PEG et la paraffine liquide (1 étude, 158 patients ; DM 0,70 ; IC à 95 % -0,38 à 1,78).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.