Immunothérapie orale pour le traitement de l'allergie aux arachides

L'allergie aux arachides peut entrainer de réactions qui menacent le pronostic vital voire, dans certains cas, le décès. Contrairement aux nombreuses autres formes d'allergie alimentaire, l'allergie aux arachides dure généralement toute la vie. Il n'existe actuellement aucun remède pour guérir l'allergie aux arachides et les personnes souffrant de cette allergie doivent constamment faire attention pour éviter de manger accidentellement des arachides ou des aliments contenant des arachides. Si une personne souffrant d'allergie aux arachides ingère des arachides, il ou elle peut développer des réactions allergiques gr aves nécessitant un traitement d'urgence avec de l'épinéphrine (adrénaline).

L'objectif global de l'immunothérapie orale spécifique à un allergène (ITO) en cas d'allergie aux arachides est de réduire et, si possible, éliminer le risque de réactions supplémentaires associées à l'exposition aux arachides. La plupart des personnes qui ont des réactions aux arachides ont une réaction type immédiate (que l'on appelle aussi parfois à médiation IgE) dans laquelle les symptômes se développent généralement quelques minutes après l'exposition à la protéine d'arachide et c'est pour ce groupe que l'ITO spécifique à un allergène est une approche thérapeutique potentielle. Elle n'est pas considérée comme étant appropriée pour ceux qui ont des réactions retardées (que l'on appelle aussi parfois à médiation non-IgE). Le traitement implique d'administrer aux personnes allergiques aux arachides de très petites doses de protéine d'arachide par voie orale et d'augmenter progressivement la quantité administrée (la phase de développement). Une fois le dosage souhaité atteint, le patient doit alors prendre chaque jour la même dose d'arachide chaque jour pendant une période donnée (la phase de maintenance). Étant donné que l'administration de doses d'arachide à une personne allergique aux arachides peut entrainer des réactions allergiques, l'innocuité des participants doit être attentivement contrôlée pendant les études sur l'ITO à base d'arachide.

Nous avons découvert un petit essai réalisé sur 28 enfants âgés de 1 à 16 ans avec une allergie aux arachides confirmée. L'étude n'incluait pas les enfants qui présentaient un asthme modéré à grave ou qui avaient une anaphylaxie grave (une réaction allergique grave pouvant entraîner la mort) en lien avec leur allergie aux arachides. Les auteurs ont randomisé les enfants avec intervention ou placebo avec un ratio de 2:1. Les enfants du groupe d'intervention ont reçu de la farine d'arachide alors que les participants du groupe témoin ont reçu de la farine d'avoine. L'essai, qui s'est déroulé sur 48 semaines, montrait que le traitement avec ITO à base d'arachide a permis aux enfants recevant l'ITO d'augmenter significativement la quantité de farine d'arachide qu'ils mangeaient par rapport à ceux du groupe placebo sans avoir de réaction allergique. Pour autant, presque la moitié des enfants (9 sur 19) revenant l'ITO ont eu une réaction allergique à cause de l'ITO qui a nécessité des antihistaminiques, et deux ont fait des réactions plus graves au traitement et ont eu besoin d'adrénaline (épinéphrine).

Même si elle est prometteuse, selon les découvertes de ce petit essai, nous ne pouvons pas recommander que l'ITO à base d'arachide soit utilisée comme traitement de routine pour les personnes allergiques aux arachides. Des études plus importantes doivent être réalisées pour découvrir des schémas thérapeutiques d'ITO plus sûrs et établir l'efficacité à long terme de l'ITO une fois le traitement terminé.

Conclusions des auteurs: 

Le petit ECR que nous avons découvert a montré qu'une ITO à base d'arachide spécifique à un allergène peut entraîner une désensibilisation chez les enfants, et que cela est associé à des données factuelles concernant l'immuno-modulation sous-jacente. Toutefois, cette approche de traitement était associée à un risque important d'effets indésirables, bien que la majorité d'entre eux soient modérés. Au vu du risque d'effets indésirables et du manque de données sur les avantages à long terme, l'ITO à base d'arachide spécifique à un allergène ne peut pas actuellement être recommandée comme traitement pour les patients souffrant d'une allergie aux arachides à médiation IgE. Des ECR plus importants sont nécessaires pour enquêter sur l'acceptabilité, l'efficacité à long terme et la rentabilité des régimes de traitement plus sûrs, en particulier en lien avec l'induction d'une tolérance clinique et immunologique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'allergie aux arachides est l'une des formes d'allergie alimentaire la plus courante rencontrée dans la pratique clinique. Dans la plupart des cas, elle ne se résout pas spontanément ; de plus, elle est fréquemment impliquée dans des réactions aigües pouvant menacer le pronostic vital. Le traitement actuel de l'allergie aux arachides est centré sur le fait d'éviter méticuleusement les arachides et les aliments contenant de l'arachide. L'immunothérapie orale (ITO) spécifique à un allergène pour l'allergie aux arachides vise à induire une désensibilisation puis une tolérance aux arachides, elle a le potentiel de révolutionner le traitement de l'allergie aux arachides. Toutefois, pour le moment, il subsiste des doutes importants quant à l'efficacité et l'innocuité de cette approche.

Objectifs: 

Établir l'efficacité et l'innocuité de l'ITO sur les personnes avec une allergie aux arachides à médiation IgE qui développent des symptômes après ingestion d'arachide.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : AMED, BIOSIS, CAB, CINAHL, The Cochrane Library, EMBASE, Global Health, Google Scholar, IndMed, ISI Web of Science, LILACS, MEDLINE, PakMediNet et TRIP. Nous avons également effectué des recherches dans les registres des essais en cours et des essais non publiés. La recherche la plus récente a été effectuée en janvier 2012.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR), les ECR quasi-randomisés ou les essais cliniques contrôlés impliquant des enfants ou des adultes avec des caractéristiques cliniques indicatrices d'une allergie aux arachides à médiation IgE traités avec une ITO spécifique à un allergène, par rapport à un groupe témoin recevant soit un placebo, soit aucun traitement, étaient éligibles pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment vérifié et contrôlé les titres et les extraits des études identifiées, puis en ont évalué le risque de biais. Le texte complet des essais potentiellement pertinents a été évalué. Les données ont été extraites indépendamment par deux auteurs et les désaccords ont été résolus par la discussion.

Résultats principaux: 

Nous avons découvert un petit ECR, estimé à faible risque de biais, qui totalisait 28 enfants âgés de 1 à 16 ans avec des données relatives à la désensibilisation à l'arachide et un historique clinique de réaction à l'arachide dans les 60 minutes suivant l'exposition. L'étude n'incluait pas d'enfants qui avaient un asthme modéré à grave ou présentaient un historique d'anaphylaxie grave à l'arachide. La randomisation était de 2:1, 19 enfants étant randomisés dans le groupe d'intervention et 9 dans le groupe avec placebo. Les enfants du groupe d'intervention ont reçu une ITO avec de la farine d'arachide et les participants du groupe témoin ont reçu un placebo comprenant de la farine l'avoine. Le résultat primaire a été évalué à l'aide d'un défi alimentaire oral contrôlé par placebo et à double aveugle après environ un an. Aucune donnée n'est disponible sur les résultats à long terme au delà du défi réalisé à la fin de l'étude.

En raison des effets indésirables, trois patients se sont retirés du groupe d'intervention avant la fin de l'étude. Par conséquent, seuls 16 participants ont reçu le traitement complet d'ITO à base d'arachide, alors que les 9 patients recevant le placebo ont tous complété l'essai. L'analyse par protocole a démontré une hausse significative de la dose seuil d'allergène à l'arachide requise pour déclencher une réaction chez les participants du groupe d'intervention, les 16 participants ayant été en mesure d'ingérer la dose cumulative maximale de 5 000 mg de protéine d'arachide (que les auteurs estiment être équivalents à environ 20 cacahuètes) sans développer de symptômes, alors que dans le groupe avec placebo, ils ont été capables d'ingérer une dose cumulative moyenne de 280 mg (éventail : 0 à 1 900 mg, P < 0,001) avant de ressentir des symptômes.   Les analyses par protocole ont également démontré que l'ITO à base d'arachide a entraîné une diminution de la taille des tests cutanés (P < 0,001), l'interleukine-5 (P = 0,01), l'interleukine-13 (P = 0,02) et une hausse de l'immunoglobuline G4 (IgG4) (P < 0,01) spécifique à l'arachide.

Les enfants du groupe d'intervention ont ressenti plus d'effets indésirables pendant le traitement que ceux du groupe avec placebo. Dans la phase d'augmentation quotidienne initiale, neuf (47 %) des 19 participants initialement inscrits dans le groupe sous ITO ont ressenti des effets indésirables importants sur le plan clinique qui ont nécessité un traitement avec des antihistaminiques H1,par mi lesquels deux ont eu besoin d'un traitement supplémentaire avec de l'épinéphrine (adrénaline).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.