Progestatifs ou dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour les fibromes utérins

Les fibromes utérins sont les tumeurs utérines bénignes fréquentes chez les femmes préménopausées. Le traitement des fibromes utérins inclut la chirurgie, le traitement médical, ou les deux. Les progestatifs peuvent être administrés par différentes voies comme la voie orale et par injection. L'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (AMPD) est une hormone progestérone synthétique administrée par injection intramusculaire qui est susceptible d'inhiber la croissance du fibrome utérin. Le dispositif intra-utérin libérant de la progestérone (lévonorgestrel) (DIU-LNG) est un dispositif placé à l'intérieur de l'utérus qui libère l'hormone progestérone et peut provoquer la suppression de l'endomètre. Dans cette revue, nous avons inclus trois études contrôlées randomisées. Deux études contrôlées randomisées ont inclus 131 femmes et évalué les effets bénéfiques et nocifs du DIU-LNG comparé à l'hystérectomie ou à un contraceptif oral combiné (COC) à faible dose. Cependant, les résultats ne provenaient que d'une seule étude qui a comparé 29 femmes portant un DIU-LNG à 29 femmes prenant un COC pour le traitement des fibromes utérins. Le DIU-LNG semblait réduire les pertes de sang menstruel et augmenter les taux d'hémoglobine chez les femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. La réduction de la taille du fibrome n'était pas significative. Dans une étude qui a inclus 56 femmes traitées par des progestatifs oraux préopératoires (lynestrénol) comparés à l'agoniste de la gonadolibérine (GnRH), la taille du fibrome utérin n'était pas différente. Il n'y avait aucune étude contrôlée randomisée portant sur l'AMPD pour le traitement des fibromes utérins. Les études incluses étaient de mauvaise qualité et comprenaient de faibles effectifs. En effet, les auteurs n'ont pas recommandé l'utilisation de progestatifs ou de dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. Il est nécessaire de réaliser d'autres études contrôlées randomisées de grande qualité évaluant les progestatifs ou les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des fibromes utérins, ayant une taille d'échantillon suffisante.

Conclusions des auteurs: 

Les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone semblent réduire les pertes de sang menstruel chez les femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. Les progestatifs oraux n'ont pas réduit la taille des fibromes ou les symptômes liés aux fibromes. Toutefois, il existait une limite méthodologique et l'unique étude incluse avec des données avait une petite taille d'échantillon. Ces preuves sont insuffisantes pour soutenir l'utilisation de progestatifs ou de dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fibromes utérins sont les tumeurs utérines bénignes les plus fréquentes chez les femmes préménopausées. Les fibromes peuvent provoquer des symptômes incluant des saignements menstruels abondants, une pression et une douleur pelviennes. Les progestatifs peuvent être administrés par différentes voies. L'injection intramusculaire d'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (AMPD) a une double action (stimulante ou inhibitrice) sur la croissance des cellules du fibrome. Les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone (DIU) réduisent les pertes de sang menstruel associées aux fibromes en induisant l'atrophie endométriale et la réduction de la taille du fibrome utérin. À l'heure actuelle, leur efficacité pour le traitement des fibromes utérins n'a pas été évaluée.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des progestatifs ou des dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (de son origine jusqu'au 17 août 2012), CENTRAL (de son origine jusqu'au 17 août 2012) et la base de données « Database of Abstract of Reviews of Effectiveness » (DARE) dans The Cochrane Library, MEDLINE (de son origine jusqu'au 17 août 2012), Ovid EMBASE (du 1er janvier 2010 au 17 août 2012), Ovid PsycINFO (de son origine jusqu'au 17 août 2012), la base de données CINAHL, et les registres d'essais en cours et enregistrés.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés ou non publiés ayant été identifiés, évaluant l'effet des progestatifs ou des dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué toutes les études potentiellement éligibles, ayant été identifiées au moyen de la stratégie de recherche documentaire. Deux auteurs de la revue ont extrait les données de chaque étude incluse à l'aide du formulaire agréé et ont évalué le risque de biais. Les divergences ont été résolues par la discussion.

Résultats principaux: 

Cette revue a inclus trois études. Cependant, les données relatives aux dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone ne provenaient que d'une seule étude qui a comparé 29 femmes prenant du lévonorgestrel par le biais d'un DIU-LNG à 29 femmes prenant un contraceptif oral combiné (COC) pour le traitement des fibromes utérins. Il existait une réduction significative des pertes de sang menstruel (MBL) chez les femmes recevant le DIU-LNG comparé au COC en utilisant le test de l'hématine alcaline (différence moyenne (DM) 77,5 %, IC à 95 % 71,3 % à 83,67 %, 58 femmes) et un tableau d'évaluation graphique (PBAC) (DM 34,5 %, IC à 95 % 14,9 % à 54,1 %, 58 femmes). La réduction de la taille du fibrome utérin était significativement supérieure dans le groupe sous leuproréline au bout de 16 semaines comparativement au groupe sous progestérone lynestrénol (DM -15,93 mm, IC à 95 % -18,02 à -13,84 mm, 46 femmes). Nous n'avons identifié aucun ECR évaluant l'effet de l'AMPD sur les fibromes utérins.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.