Les vaccins antigrippaux pour la prévention de la grippe chez les adultes atteints de cancer

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les adultes atteints de cancer sont sujets à de graves complications lors d’une grippe, plus que les adultes en bonne santé. Le vaccin antigrippal protège contre la grippe et contre les complications. Cependant, son efficacité chez les patients atteints de cancer est incertaine, le dysfonctionnement immunitaire lors d’un cancer et la chimiothérapie pouvant diminuer la réponse immunitaire au vaccin. Les patients atteints de cancer ne reçoivent pas d’information claire sur l'importance et l’innocuité du vaccin.

Cette revue s’est concentrée sur l'efficacité de la vaccination antigrippale chez les adultes atteints de cancer qui ont un système immunitaire affaibli en raison du cancer ou de la chimiothérapie. Nous avons identifié quatre études cliniques portant sur cette question, une seule de ces études était un essai contrôlé randomisé, où les patients ont été sélectionnés pour effectuer ou non le vaccin. Deux études ont montré que les adultes atteints de cancer et qui étaient vaccinés se sont avérés avoir des taux plus faibles de décès, mais ces études n'étaient pas randomisées. Les résultats combinés des différentes études n'ont pas été possible en raison des différentes méthodes ou des différents modes de notification des résultats. Il y avait un taux significativement inférieur de syndrome d'allure grippale (toute maladie respiratoire fébrile), de pneumonie, de grippe confirmée et d'hospitalisation, pour toutes raisons confondues, chez les bénéficiaires du vaccin, ceci dans au moins une étude pour chaque critère de jugement. Aucun effet secondaire pour le vaccin n’a été rapporté dans ces études. La qualité des preuves est limitée de par le faible nombre d'études et de par leur faible qualité méthodologique (risque de biais élevé). Il est peu probable que de futurs essais contrôlés randomisés soient réalisés pour étudier cette question. Toutefois, les preuves actuelles, bien que faibles, suggèrent un bénéfice pour la vaccination antigrippale chez les adultes atteints de cancer et le vaccin n’avait pas été trouvé être préjudiciable. Les vaccins antigrippaux administrés pour les adultes atteints d'un cancer contiennent un virus inactivé qui ne peut causer de grippe ou d'autres infections virales. La possibilité d'un bénéfice démontré dans cette revue soutient chaque année la vaccination antigrippale chez les adultes atteints de cancer qui suivent une chimiothérapie.

Conclusions des auteurs: 

Les données observationnelles suggèrent une mortalité inférieure avec la vaccination antigrippale. Les critères de jugement en relation avec l’infection étaient inférieurs ou similaires avec la vaccination antigrippale. La qualité des preuves est limitée de par le petit nombre d'études et de par le fait qu'une seule était un ECR. La vaccination antigrippale est sûre et les preuves, bien que faibles, sont en faveur de la vaccination chez les adultes atteints de cancer qui suivent une chimiothérapie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients immunodéprimés atteints de cancer sont exposés à un risque accru de graves complications dues à la grippe. Par conséquent, les directives recommandent la vaccination antigrippale chez ces patients. Cependant, les données sur l'efficacité du vaccin dans cette population font défaut et les bienfaits de la vaccination chez cette population demeurent incertains.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des vaccins antigrippaux chez les adultes immunodéprimés présentant des tumeurs malignes. Le principal critère de jugement de la revue est la mortalité, toutes causes confondues, de préférence à la fin de la saison grippale. Le syndrome d'allure grippale (SAG, une définition clinique), la grippe confirmée, la pneumonie, l'hospitalisation et la mortalité suite à une grippe ont été définis comme des critères de jugement secondaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et LILACS jusqu' en août 2013. Nous avons effectué des recherches dans les actes de conférence suivants: L'ICAAC, ECCMID, l'IDSA (maladie infectieuse), les actes de congrès, de l'ASH, ASBMT, EBMT (hématologique) et ASCO (oncologique) de 2006 à 2010. De plus, nous avons passé au crible les références bibliographiques de toutes les études identifiées et de toutes les revues pertinentes. Nous avons effectué des recherches sur les sites Internet des fabricants de vaccin antigrippal. Enfin, nous avons recherché des essais en cours ou non publiés dans les bases de données de registres d'essais cliniques en utilisant le site Web.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR), les études de cohortes prospectives et rétrospectives et les études de cas-témoins ont été pris en compte, comparant les vaccins inactivés contre la grippe par rapport à un placebo, à l'absence de vaccination ou à un autre vaccin, chez les adultes (16 ans et plus) atteints de cancer. Nous avons pris en compte les tumeurs solides traitées par chimiothérapie, les patients atteints d'un cancer hématologique traités ou non à la chimiothérapie, les patients atteints de cancer post-autologue (jusqu' à six mois après la greffe) ou subissant une greffe de cellules souches hématopoïétiques de type allo génique (à tout moment).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les risques de biais et extrait les données des études incluses conformes à la méthodologie Cochrane. Une méta-analyse n'a pu être effectuée en raison des différents critères de jugement et des définitions du dénominateur dans les études incluses.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié quatre études : un ECR et trois études observationnelles, comprenant 2 124 participants. Une étude rapportait des résultats d’années-personnes tandis que les trois autres rapportaient par personne. Les études ont été réalisées entre 1993 et 2012 et incluaient des adultes atteints de maladies hématologiques (deux études), des patients après une greffe de moelle osseuse (une étude) et des patients atteints de tumeurs solides (trois études). Seules deux études observationnelles ont rapporté la mortalité toutes causes confondues; une étude présentait un rapport de risque (RR) de 0,88 (IC à 95% de 0,77 à 0,99) pour les décès avec la vaccination et les autres présentaient un rapport des cotes (RC) de 0,43 (IC à 95% de 0,26 à 0,71). L'ECR rapportait une réduction statistiquement significative dans le SAG avec la vaccination, tandis que dans une étude observationnelle, aucune différence n'était observée. Les taux de grippe confirmés ont été inférieurs avec la vaccination dans les trois études observationnelles, la différence atteignant une signification statistique dans l’une. Dans une étude observationnelle, la pneumonie était significativement moins fréquente avec la vaccination, mais aucune autre, ni l’ECR, ne détectait de différence. L'ECR a montré une diminution des hospitalisations après la vaccination, tandis qu'une étude observationnelle n'a trouvé aucune différence. Aucun effet indésirable potentiellement mortel ou persistant de la vaccination n’a été rapporté. La qualité des preuves est limitée de par le faible nombre d'études incluses et de par leur faible qualité méthodologique (risque de biais élevé).

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.