Les antioxydants pour réduire la douleur dans la pancréatite chronique

La pancréatite chronique est une inflammation persistante du pancréas qui peut, à long terme, causer des dommages irréparables. Les principales causes de pancréatite chronique sont des facteurs génétiques, une atteinte toxique liée à l'alcool et d'autres maladies susceptibles d'endommager ou d'obstruer le pancréas. Cette inflammation peut causer une douleur souvent sévère, à cause de laquelle les patients sont socialement isolés et incapables d'accomplir leur travail. Malheureusement, les options de traitement sont rares et le recours à des analgésiques morphiniques forts est souvent nécessaire. Les patients pourraient bénéficier d'autres médicaments, sans les effets indésirables associés aux morphiniques. Cette revue résume les éléments de preuve provenant d'essais randomisés sur les effets des antioxydants dans la pancréatite chronique. Les antioxydants sont des substances qui empêchent les dommages causés aux cellules par les sous-produits toxiques de l'oxygène dans l'organisme. La concentration de ces sous-produits est augmentée dans la pancréatite chronique. Les antioxydants constituent un grand groupe qui contient de nombreux produits naturels et artificiels, par exemple la vitamine C, la vitamine E, les flavonoïdes (présents dans le thé et le cacao) et de nombreuses spécialités pharmaceutiques. Nous avons trouvé 12 essais randomisés sur ce sujet. La qualité de ces essais était mitigée, beaucoup portaient sur de petits échantillons et avaient un taux élevé d'abandons. Les preuves montrent que les antioxydants peuvent réduire la douleur chez les patients atteints de pancréatite chronique, mais la réduction de la douleur rapportée était modeste. Il n'est pas certain que cette légère diminution ait véritablement eu un impact sur le vécu des patients. Étant donné les problèmes méthodologiques de ces essais, nous n'avons pas pu en tirer une conclusion solide. L'utilisation d'antioxydants a entraîné des effets indésirables chez environ 16 % des participants aux études. La plupart des effets indésirables étaient d'intensité légère : maux de tête, nausées et constipation. Toutefois, les participants qui ont développé ces effets indésirables ont eu tendance à cesser de prendre les médicaments antioxydants. D'autres paramètres importants pour la prise de décision, comme la nécessité d'utiliser des analgésiques, le taux d'exacerbation de la pancréatite et la qualité de vie, n'ont pas été très bien rapportés. En conséquence, nous avons été incapables de parvenir à des conclusions à leur propos.

Conclusions des auteurs: 

Les données actuelles montrent que les antioxydants peuvent réduire légèrement la douleur chez les patients atteints de pancréatite chronique. La pertinence clinique de cette petite réduction est incertaine et davantage de preuves sont nécessaires. Les événements indésirables survenant chez un patient sur six peuvent empêcher l'utilisation des antioxydants. Les effets des antioxydants sur d'autres mesures de résultats, comme l'utilisation d'analgésiques, l'exacerbation de la pancréatite et la qualité de vie, demeurent incertains faute de données fiables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une réduction des apports et de l'absorption des antioxydants en raison de la douleur et de la malabsorption est probablement à l'origine des niveaux réduits d'antioxydants observés chez les patients atteints de pancréatite chronique (CP). L'amélioration du statut antioxydant pourrait être efficace pour ralentir le processus de la maladie et réduire la douleur dans la pancréatite chronique.

Objectifs: 

Évaluer les effets bénéfiques et nocifs des antioxydants pour le traitement de la douleur dans la pancréatite chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et l'Index de citations des actes de conférences, de leur création à octobre 2012. Deux auteurs de la revue ont procédé indépendamment à la sélection des essais.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les antioxydants pour le traitement de la douleur dans la pancréatite chronique. Nous avons inclus tous les essais indépendamment de l'insu, du nombre de participants assignés et de la langue de l'article.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données indépendamment. Le risque de biais des essais inclus a été évalué. Des auteurs d'études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires lorsque des données manquaient.

Résultats principaux: 

Douze ECR totalisant 585 participants ont été inclus. Six essais étaient des études contrôlées par placebo en double insu et les six autres avaient une méthodologie moins adéquate. La plupart des essais étaient de petite taille et avaient des taux élevés d'abandons. Onze des 12 essais inclus décrivent les effets des antioxydants sur la douleur abdominale chronique dans la pancréatite chronique. La douleur, mesurée sur une échelle visuelle analogique (EVA, échelle de mesure de 0 à 10) après un à six mois, était inférieure dans le groupe antioxydant à celle du groupe témoin (différence moyenne (DM) -0,33, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,64 à -0,02, P = 0,04, preuves de qualité modérée). Le nombre de participants sans douleur n'était pas différent de façon statistiquement significative (rapport de risque (RR) 1,73, IC à 95 % de 0,95 à 3,15, P = 0,07, preuves de faible qualité). Un plus grand nombre d'événements indésirables a été observé dans le groupe antioxydant, à la fois dans les essais en groupes parallèles (RR 4,43, IC à 95 % de 1,60 à 12,29, P = 0,0004, preuves de qualité modérée) et dans les essais croisés (RR 5,80, IC à 95 % de 1,56 à 21,53, P = 0,0009, preuves de qualité modérée). Les événements indésirables sont survenus chez 16 % des participants et étaient pour la plupart bénins (par exemple maux de tête, troubles gastro-intestinaux), mais ils ont été suffisants pour que les participants cessent de prendre les antioxydants. D'autres critères d'évaluation importants, tels que la nécessité d'utiliser des analgésiques, le taux d'exacerbation de la pancréatite et la qualité de vie, ont rarement été rapportés. Un essai de 1991 a évalué les effets des antioxydants sur la douleur aiguë pendant les exacerbations de la pancréatite chronique et a constaté qu'une proportion significativement plus élevée de participants dans le groupe antioxydant était soulagée de ses douleurs. Cet essai a été réalisé il y a plus de 25 ans et n'a pas été reproduit depuis. Par conséquent, des essais supplémentaires sont nécessaires avant que des conclusions fiables puissent être formulées.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.