Utilisation de vaccins pour prévenir le zona (herpès zoster) chez les personnes âgées.

Question de la revue
Il existe un vaccin pour prévenir le zona. Notre objectif était d'évaluer son efficacité et son innocuité pour la prévention du zona chez des personnes âgées en bonne santé.

Contexte
Le virus varicelle-zona cause la varicelle et peut rester en sommeil dans les cellules nerveuses. Il peut se réactiver après de nombreuses années, se propageant dans le nerf jusqu'à la peau et produisant des papules le long de son trajet : c'est ce que l'on appelle un zona. Cette affection survient lorsque les défenses immunitaires sont affaiblies, par exemple chez les personnes âgées. Avant l’apparition des papules, le sujet peut ressentir des démangeaisons, un engourdissement, des picotements ou une douleur locale. Le zona provoque une inflammation des nerfs et une douleur sévère et peut ainsi affecter la qualité de vie. On dénombre environ 5,22 épisodes de zona pour 1000 personnes âgées. Cette fréquence est en augmentation avec l’allongement de l’espérance de vie.

Caractéristiques de l'étude
Notre recherche est à jour à la date du 26 octobre 2015. Nous avons trouvé 13 essais contrôlés randomisés incluant 69 917 adultes âgés en bonne santé. Seuls cinq de ces 13 essais étaient de bonne qualité et présentaient un faible risque de biais. Toutes les études incluses ont été financées par les laboratoires pharmaceutiques qui produisent les vaccins.

Principaux résultats et la qualité des preuves
Toutes les études incluses ont été menées dans des pays à hauts revenus et incluaient uniquement des personnes âgées en bonne santé (> 60 ans) sans aucun problème de dépression immunitaire.

Une grande étude portant sur 38 546 personnes de 60 ans ou plus et comparant la vaccination à un placebo (faux vaccin). Il s'agissait d'une étude de bonne qualité, qui a montré que le vaccin est efficace dans la prévention du zona avec trois ans de recul (preuves de qualité modérée). Les effets indésirables causés par le vaccin étaient pour la plupart des symptômes légers à modérés au site d'injection. Les vaccins réfrigéré entraînaient moins d'effets indésirables au site d'injection que les vaccins congelés. L'injection du vaccin dans un muscle (intramusculaire) causait moins d'effets indésirables que l’injection sous la peau (sous-cutanée). Le vaccin contre le zona provoquait moins d'effets indésirables que le vaccin Pneumo 23.

Un nouveau vaccin, qui n’est pas encore disponible pour l’usage clinique, est actuellement à l’étude. Ce vaccin contient une petite partie du virus varicelle-zona et des substances destinées à stimuler la réponse immunitaire de l'organisme. Une étude incluant 8122 participants, randomisés pour recevoir soit le nouveau vaccin, soit un vaccin factice (placebo), a montré que les sujets du groupe vacciné avaient moins de nouveaux épisodes de zona léger à modéré et davantage d'événements indésirables que ceux du groupe placebo (preuves de qualité moyenne).

Conclusions des auteurs: 

Le vaccin contre le zona est efficace pour prévenir le zona et cette protection peut durer trois ans. Il est généralement bien toléré, produisant peu d'événements systémiques indésirables et des événements indésirables au site d'injection d'intensité légère à modérée.

Des études d’un nouveau vaccin (fraction glycoprotéique du VVZ + adjuvant) sont en cours mais celui-ci n’est pas encore disponible pour l’utilisation clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'herpès zoster, également connu sous le nom de « zona », est une maladie neurocutanée caractérisée par la réactivation d’un virus varicelle-zona (VVZ) latent quand l'immunité à ce virus diminue. C’est une affection extrêmement douloureuse, qui peut durer plusieurs semaines ou même mois et compromettre significativement la qualité de vie des personnes touchées. La diminution de l'immunité cellulaire associée au processus naturel de vieillissement prédispose les personnes âgées au zona. Or la vaccination avec une forme atténuée du VVZ stimule la production de lymphocytes T spécifiques et empêche ainsi la réactivation du virus. La Food and Drug Administration américaine a autorisé un vaccin anti-zona à base de virus actif atténué pour l’utilisation clinique chez les personnes âgées et ce vaccin a fait l’objet d’essais à grande échelle. Un nouveau vaccin sous-unitaire recombiné adjuvanté contre le VVZ a également été testé. Il est constitué de glycoprotéine E recombinée du VVZ et d’un système d’adjuvant AS01B à base de liposomes. Ce nouveau vaccin n'est pas encore disponible pour l’utilisation clinique.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la vaccination pour la prévention du zona chez les personnes âgées.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour de 2015, nous avons effectué des recherches dans le registre central Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2015, numéro 9), MEDLINE (de 1948 à la 3ème semaine d'octobre 2015), EMBASE (de 2010 à octobre 2015), CINAHL (de 1981 à octobre 2015) et LILACS (de 1982 à octobre 2015).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR comparant le vaccin contre le zona à un placebo ou à l'absence de vaccination pour la prévention du zona chez les personnes âgées (moyenne d'âge > 60 ans).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont recueilli et analysé indépendamment les données à l'aide d'un formulaire d'extraction de données et évalué le risque de biais.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 13 études portant sur 69 916 participants. La plus grande étude incluait 38 546 participants. Toutes les études ont été menées dans des pays à hauts revenus et incluaient seulement des individus caucasiens en bonne santé âgés de ≥ 60 ans, sans comorbidités liées à une immunosuppression. Dix études utilisaient des vaccins vivants atténués contre le virus varicelle-zona (VVZ). Trois études portaient sur un nouveau type de vaccin qui n’était pas encore disponible pour l’utilisation clinique. Nous avons estimé que cinq des études incluses présentaient un faible risque de biais.

L'incidence du zona, jusqu'à trois ans de suivi, était plus faible chez les participants ayant reçu le vaccin que chez ceux ayant reçu un placebo : risque relatif (RR) 0,49 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,43 à 0,56 ; différence de risque (DR) 2 %, nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NSTb) 50 ; GRADE : preuves de qualité moyenne. Le groupe vacciné avait une incidence supérieure d’événements indésirables d’intensité légère à modérée. Ces données proviennent d'une étude à grande échelle portant sur 38 546 patients âgés de 60 ans ou plus.

Une étude incluant 8122 participants a comparé le nouveau vaccin (pas encore disponible) au placebo ; le groupe ayant reçu le nouveau vaccin présentait une incidence plus faible du zona avec 3,2 ans de recul : RR 0,04, IC à 95 % de 0,02 à 0,10 ; DR 3 %, NSTb 33 ; GRADE : preuves de qualité moyenne. Le groupe vacciné présentait une incidence accrue d’effets indésirables, mais la plupart de ceux-ci étaient d'intensité légère à modérée.

Toutes les études ont reçu un financement de l'industrie pharmaceutique.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.