Les médicaments anti-coagulants sont-ils bénéfiques pour les personnes souffrant de maladie rénale chronique ?

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les personnes souffrant de maladie rénale chronique (MRC) ont un risque accru de maladie cardiaque qui peut bloquer l'acheminement du sang vers le cœur ou le cerveau causant une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Les médicaments qui préviennent la formation de caillots sanguins (agents antiplaquettaires) peuvent éviter des décès causés par des caillots dans les artères au sein de la population adulte générale. Cela pourrait toutefois être moins utile pour les personnes atteintes de MRC, car les caillots de sang dans les artères constituent une cause moins fréquente de décès ou d'hospitalisation chez ces personnes que l'insuffisance cardiaque ou la mort subite. Les personnes atteintes de MRC ont également une tendance accrue aux saignements en raison de changements dans les mécanismes de coagulation du sang. Les agents antiplaquettaires pourraient donc être plus dangereux en présence de MRC. Cette revue a évalué les bénéfices et les inconvénients des agents antiplaquettaires pour prévenir les maladies cardiovasculaires et la mort, et améliorer l'accès vasculaire pour dialyse chez les personnes souffrant de MRC. Nous avons identifié 44 études ayant comparé des agents antiplaquettaires à un placebo ou à l'absence de traitement, et six études ayant comparé directement un agent antiplaquettaire à un autre.

Les agents antiplaquettaires préviennent les attaques cardiaques, mais pas le décès ou l'AVC, et augmentent les saignements majeurs et mineurs chez les personnes atteintes de MRC. L'accès pour dialyse (fistule ou greffe Gortex) est maintenu à l'aide d'un traitement antiplaquettaire, mais les médicaments antiplaquettaires n'améliorent pas clairement la maturation de la fistule ou son aptitude à la dialyse. Les bénéfices (moins de décès et de crises cardiaques) et les inconvénients (saignements) ne sont pas liés au stade de la MRC ou au type d'antiplaquettaire utilisé. Des études supplémentaires sur les médicaments anti-coagulants sont nécessaires chez les personnes atteintes de MRC, en particulier celles ayant bénéficié de greffes de rein. Nous avons également besoin d'études comparant un médicament anti-coagulant à un autre, en particulier les médicaments les plus récents, et qui déterminent le meilleur traitement pour les personnes souffrant à la fois de MRC et de maladie cardiovasculaire aiguë et évaluent un traitement pour améliorer la maturation de l'accès vasculaire pour dialyse.

Conclusions des auteurs: 

Les agents antiplaquettaires réduisent les infarctus du myocarde, mais augmentent les saignements majeurs. Les risques peuvent l'emporter sur les bénéfices chez les personnes ayant un faible risque annuel d'événement cardiovasculaire, notamment celles aux premiers stades de MRC qui n'ont pas de maladie cardio-vasculaire occlusive cliniquement évidente.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les agents antiplaquettaires sont beaucoup utilisés pour prévenir les événements cardiovasculaires. Les risques et les bénéfices du traitement antiplaquettaire pourraient être différents chez les personnes atteintes de maladie rénale chronique (MRC) pour qui la prévalence des événements d'occlusion athéroscléreuse est moindre, et les risques de saignement possiblement augmentés.

Objectifs: 

Résumer les effets du traitement antiplaquettaire (agent anti-plaquettaire versus contrôle ou autre agent antiplaquettaire) pour la prévention de développements cardiovasculaires et rénaux indésirables chez les personnes atteintes de MRC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué en janvier 2011 des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le rein, sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés de traitements antiplaquettaires quelconque versus placebo ou absence de traitement, ou d'études confrontant directement des agents antiplaquettaires chez des personnes souffrant de MRC. Les études ont été incluses si elles avaient enrôlé des participants atteints de MRC, ou si elles portaient sur de plus larges populations à risque dans la mesure où il était possible de séparer les données des sous-groupes atteints de MRC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait indépendamment les données de rapports d'étude primaire et toute information supplémentaire disponible sur la population étudiée, les interventions, les critères de résultat et les risques de biais. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95% à partir des nombres d'événements et des nombres de participants à risque extraits de chaque étude incluse. Les RR rapportés ont été extraits là où les taux bruts d'événements n'étaient pas fournis. Les données ont été regroupées à l'aide du modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 50 études, impliquant 27 139 participants : 44 études (21 460 participants) avaient comparé un agent antiplaquettaire à un placebo ou à l'absence de traitement, et six études (5679 participants) avaient comparé directement un agent antiplaquettaire à un autre. En comparaison avec le placebo ou l'absence de traitement, les agents antiplaquettaires avaient réduit le risque d'infarctus du myocarde (17 études ; RR 0,87 ; IC à 95% 0,76 à 0,99), mais pas la mortalité toutes causes (30 études ; RR 0,93 ; IC à 95% 0,81 à 1,06), la mortalité cardiovasculaire (19 études ; RR 0,89 ; IC à 95% 0,70 à 1,12) ou les AVC (11 études ; RR 1,00 ; IC à 95% 0,58 à 1,72). Les agents antiplaquettaires avaient élevé le risque de saignement majeur (27 études ; RR 1,33 ; IC à 95% 1,10 à 1,65) et mineur (18 études ; RR 1,49 ; IC à 95% 1,12 à 1,97). En ce qui concerne l'accès pour dialyse, les agents antiplaquettaires avaient réduit la thrombose de l'accès ou l'insuffisance de perméabilité, mais n'avaient eu aucun effet sur ​​l'aptitude à la dialyse. L'analyse de méta-régression n'a montré aucune différence quant aux bénéfices ou aux inconvénients relatifs du traitement (risque de mortalité toutes causes, d'infarctus du myocarde ou d'hémorragie majeure) par type d'agent antiplaquettaire ou stade de MRC. Des données limitées étaient disponibles concernant les comparaisons directes entre médicaments anti-plaquettaires, le traitement chez les receveurs de greffe de rein, la prévention primaire et le risque de néphropathie terminale.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.