L'effet de la marche sur le contrôle de la pression artérielle

Problématique de la revue

La marche peut-elle faire baisser la tension artérielle ?

Contexte

L'hypertension ou la pression artérielle élevée est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, telles que les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux et l'insuffisance cardiaque. L'abaissement de la pression artérielle à des niveaux normaux est efficace pour réduire les risques de ces maladies. De nombreux facteurs de risque liés à l'hypertension, tels que la sédentarité, un régime alimentaire riche en sel et en graisses ou le tabagisme, sont liés au mode de vie. L'activité physique est reconnue comme une composante essentielle d'un mode de vie sain. Cependant, de nombreuses personnes pourraient éprouver des difficultés à faire des exercices s’intégrant dans leur vie quotidienne. La marche est une activité peu coûteuse et que beaucoup de gens peuvent pratiquer. Des études précédentes ont montré des résultats inconstants concernant l'effet de la marche sur le contrôle de la pression artérielle.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 73 essais impliquant 5763 participants de 22 pays, publiés jusqu'en mars 2020. Ces essais ont porté sur des hommes et des femmes ; avec une fourchette d'âge allant de 16 à 84 ans, la moitié environ ayant plus de 60 ans (51 %) et 39 % de 41 à 60 ans présentant des problèmes de santé divers. Les types d'activités de marche variaient, incluant la marche à la maison, en communauté, à l'école ou en salle de sport plusieurs fois par semaine avec différents niveaux d'intensité.

Principaux résultats

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la pression artérielle systolique (PAS). Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la PAS chez les participants âgés de 40 ans et moins et données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAS chez les participants âgés de 41 ans et plus. Nous avons également identifié des preuves de faible données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAS chez les femmes et les hommes. Nous avons trouvé des preuves de faible données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la pression artérielle diastolique (PAD) et le rythme cardiaque. Seules 21 études ont rapporté un total de huit événements indésirables, les blessures au genou ayant été rapportées cinq fois comme un événement indésirable. De nombreuses études n'ont pas indiqué de quelle façon les participants ont été répartis dans les groupes de marche et les groupes témoin et si les personnes ayant évalué les critères de jugement savaient à quel groupe appartenait un participant. Cependant, nos critères de jugement en matière de pression artérielle et de fréquence cardiaque sont des mesures objectives et sont donc moins susceptibles d'être influencés par la connaissance du fait qu'un participant faisait partie d'un groupe de marche ou d'un groupe témoin. Nos résultats suggèrent que la marche d'intensité modérée, trois à cinq fois par semaine, d'une durée de 20 à 40 minutes, et 150 minutes par semaine pendant environ trois mois, pourrait avoir un effet sur la baisse de la pression artérielle.

Conclusions des auteurs: 

Des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggèrent que la marche réduit probablement la pression artérielle systolique. Des données probantes d’un niveau de confiance modéré ou faible suggèrent que la marche est susceptible de réduire la pression artérielle systolique pour tous les âges et les deux sexes. Des données probantes d’un niveau de confiance faible suggèrent que la marche pourrait réduire la pression artérielle diastolique et le rythme cardiaque. Des données probantes d’un niveau de confiance modéré et faible suggèrent que la marche pourrait réduire la pression artérielle diastolique et le rythme cardiaque pour tous les âges et les deux sexes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'augmentation de l'activité physique a été recommandée comme une modification importante du mode de vie dans la prévention et le contrôle de l'hypertension. La marche est une forme d'activité physique peu coûteuse et que la plupart des gens peuvent pratiquer. Des études testant l'effet de la marche sur la pression artérielle ont révélé des résultats contradictoires.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de la marche en tant qu'activité physique sur la pression sanguine et le rythme cardiaque.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'en mars 2020 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, CENTRAL (2020, numéro 2), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, CINAHL, PsycINFO, SPORTDiscus, PEDro, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et ClinicalTrials.gov. Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données chinoises suivantes jusqu'en mai 2020 : Index to Taiwan Periodical Literature System ; National Digital Library of Theses and Dissertation in Taiwan ; China National Knowledge Infrastructure (CNKI) Journals, Theses & Dissertations ; et Wanfang Medical Online. Nous avons contacté les auteurs des articles pertinents au sujet de travaux supplémentaires, publiés ou non. Les recherches ont été effectuées sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus de essais contrôlés randomisés portant sur des participants âgés de 16 ans et plus, ayant évalué les effets d'une intervention de marche par rapport à l’absence d’intervention dans le groupe témoin sur la pression sanguine et le rythme cardiaque.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Lorsque les données n'étaient pas disponibles dans les rapports publiés, nous avons contacté les auteurs. Les résultats regroupés pour la pression artérielle et la fréquence cardiaque ont été présentés sous forme de différences moyennes (DM) entre les groupes avec des intervalles de confiance (IC) à 95%. Nous avons entrepris des analyses de sous-groupes pour l'âge et le sexe. Nous avons entrepris des analyses de sensibilité pour évaluer l'effet de la taille de l'échantillon sur nos résultats.

Résultats principaux: 

Au total, 73 essais ont répondu à nos critères d'inclusion. Ces 73 essais, auxquels ont participé 5763 personnes, ont été réalisés dans 22 pays. Les participants étaient âgés de 16 à 84 ans et il y avait environ 1,5 fois plus de femmes que d'hommes. Les caractéristiques des interventions de marche dans les études incluses étaient les suivantes : la majorité des interventions de marche se déroulaient à domicile/communauté (n = 50) mais étaient supervisées (n = 36 sur 47 ont rapporté l'information de la supervision) ; la durée moyenne de l'intervention était de 15 semaines, le temps moyen de marche par semaine était de 153 minutes et la majorité de l'intensité de la marche était modérée. De nombreuses études étaient à risque de biais de sélection et de biais de performance.

Critère de jugement principal

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la pression artérielle systolique (PAS) (DM -4,11 mmHg, IC à 95 % -5,22 à -3,01 ; 73 études, n = 5060). Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la PAS chez les participants âgés de 40 ans et moins (DM -4,41 mmHg, IC à 95 % -6,17 à -2,65 ; 14 études, n = 491), et des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAS chez les participants âgés de 41 à 60 ans (DM -3.79 mmHg, IC à 95 % -5,64 à -1,94, P < 0,001 ; 35 études, n = 1959), et âgés de 60 ans et plus (DM -4,30 mmHg, IC à 95 % -6,17 à -2,44, 24 études, n = 2610). Nous avons également trouvé des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAS à la fois chez les femmes (DM -5,65 mmHg, IC à 95 % -7,89 à -3,41 ; 22 études, n = 1149) et les hommes (DM -4,64 mmHg, IC à 95 % -8,69 à -0,59 ; 6 études, n = 203).

Critères de jugement secondaires

Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la pression artérielle diastolique (PAD) (DM -1,79 mmHg, IC à 95 % -2,51 à -1,07 ; 69 études, n = 4711) et le rythme cardiaque (DM -2,76 battements par minute (bpm), IC à 95 % -4,57 à -0,95 ; 26 études, n = 1747). Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la PAD des participants âgés de 40 ans et moins (DM -3,01 mmHg, IC à 95 % -4,44 à -1.58 ; 14 études, n = 491) et des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAD des participants âgés de 41 à 60 ans (DM -1,74 mmHg, IC à 95 % -2,95 à -0,52 ; 32 études, n = 1730) et âgés de 60 ans et plus (DM -1,33 mmHg, IC à 95 % -2,40 à -0,26 ; 23 études, n = 2490). Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que la marche réduit la PAD chez les hommes (DM -2,54 mmHg, IC à 95 % -4,84 à -0,24 ; 6 études, n = 203) et des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que la marche réduit la PAD chez les femmes (DM -2,69 mmHg, IC à 95 % -4,16 à -1,23 ; 20 études, n = 1000). Seules 21 études ont rapporté les événements indésirables. Sur ces 21 études, 16 n'ont pas rapporté d’événements indésirables, les cinq autres études ont rapporté huit événements indésirables, les blessures au genou ayant été rapportées cinq fois.

Notes de traduction: 

Translation notes CD008823.pub2

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.