Antibiotiques pour prévenir l'infection des plaies des brûlures

Les brûlures sont un problème grave. Elles sont associées à une incidence significative de décès et d'invalidité, plusieurs procédures chirurgicales, une hospitalisation prolongée et des coûts élevés de soins de santé.

Différents antibiotiques sont utilisés dans le but de réduire le risque d'infection chez les patients brûlés avant qu'elle ne survienne. Certains antibiotiques sont utilisés localement sur la peau (traitements topiques), d'autres sont pris par voie orale, ou par injection, et affectent l'organisme tout entier (traitements systémiques). Il n'est pas clairement établi que les antibioprophylaxies sont bénéfiques.

Trente-six études, impliquant un total de 2 117 patients, sont incluses dans cette revue. Les études ont comparé des personnes présentant des brûlures qui ont reçu des antibiotiques à des personnes présentant aussi des brûlures qui ont reçu un traitement inactif (placebo), n'ont reçu aucun traitement, ont reçu des pansements, ou une autre préparation ou un autre antibiotique topique. Vingt-six essais (72 %) ont évalué des antibiotiques topiques et un nombre plus petit d'études ont évalué des antibiotiques administrés par voie orale, par voie intraveineuse ou par l'intermédiaire des voies respiratoires. La plupart des études étaient de petite taille et de qualité généralement médiocre.

Il y avait certaines preuves indiquant qu'un antibiotique particulier (sulfadiazine d'argent) appliqué directement sur la brûlure augmente réellement le taux d'infections de 8 % et de 80 %. Sinon, la recherche ne fournissait pas suffisamment de données sur les effets des antibiotiques pour pouvoir tirer des conclusions définitives.

Conclusions des auteurs: 

Les conclusions que nous pouvons tirer concernant les effets des antibioprophylaxies chez des personnes présentant des brûlures sont limitées par le volume et la qualité des recherches existantes (essentiellement un petit nombre de petites études présentant un risque incertain ou élevé de biais pour chaque comparaison). Le plus important volume de preuves suggère que la sulfadiazine d'argent topique est associée à une augmentation significative du taux d'infection des brûlures et à une durée d'hospitalisation plus longue comparativement aux pansements ou aux substituts cutanés ; ces preuves présentaient un risque incertain ou élevé de biais. Les effets d'autres formes de prophylaxie antibiotique sur l'infection des brûlures sont toujours incertains à l'heure actuelle. Une petite étude a rapporté une réduction de l'incidence de la pneumonie associée à un traitement antibiotique systémique spécifique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'infection des brûlures est un problème grave parce qu'elle peut retarder la cicatrisation, augmenter les lésions cicatricielles, et l'infection invasive peut entraîner le décès du patient. La prophylaxie antibiotique est une parmi plusieurs interventions qui peuvent prévenir l'infection des brûlures et protéger le patient brûlé contre les infections invasives.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la prophylaxie antibiotique sur le taux d'infection des plaies des brûlures.

La stratégie de recherche documentaire: 

En janvier 2013 nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations), Ovid EMBASE, EBSCO CINAHL et les listes bibliographiques des articles pertinents. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ayant évalué l'efficacité et l'innocuité de la prophylaxie antibiotique pour la prévention de l'infection des plaies des brûlures. Les études quasi-randomisées ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les études, évalué leurs risques de biais et extrait les données pertinentes de façon indépendante. Le risque relatif (RR) et la différence moyenne (DM) ont été estimés pour les données dichotomiques et les données continues, respectivement. Lorsque des ECR comparables étaient disponibles en quantités suffisantes, les essais ont été regroupés dans une méta-analyse afin d'estimer l'effet combiné.

Résultats principaux: 

Cette revue inclut 36 ECR (2 117 participants) ; vingt six (72 %) ont évalué des antibiotiques topiques, sept ont évalué des antibiotiques systémiques (quatre d'entre eux ont administré l'antibiotique en périopératoire et trois l'ont administré dès l'hospitalisation ou pendant le traitement en routine), deux ont évalué la prophylaxie avec des antibiotiques non absorbables, et un a évalué des antibiotiques locaux administrés par l'intermédiaire des voies respiratoires.

Les 11 essais (645 participants) ayant évalué la prophylaxie topique avec la sulfadiazine d'argent ont été regroupés dans une méta-analyse. Il y avait une augmentation statistiquement significative des infections des brûlures associées à la sulfadiazine d'argent comparativement aux pansements/substituts cutanés (OR = 1,87 ; IC à 95 % : 1,09 à 3,19, I2 = 0 %). Ces essais présentaient un risque incertain ou élevé de biais. La sulfadiazine d'argent a aussi été associée à une durée d'hospitalisation significativement plus longue comparée aux pansements/substituts cutanés (DM = 2,11 jours ; IC à 95 % : 1,93 à 2,28).

L'antibioprophylaxie systémique chez des patients non chirurgicaux a été évaluée dans trois essais (119 participants) qui n'ont fourni aucune preuve concernant un effet sur le taux d'infection des brûlures. Les antibiotiques systémiques (triméthoprime-sulfaméthoxazole) ont été associés à une diminution significative de la pneumonie (un seul essai, 40 participants) (RR = 0,18 ; IC à 95 % : 0,05 à 0,72) mais pas du sepsis (deux essais, 59 participants) (RR = 0,43 ; IC à 95 % : 0,12 à 1,61).

L'antibioprophylaxie systémique périopératoire n'a eu aucun effet sur aucun des résultats considérés dans cette revue.

La décontamination sélective du tube digestif avec des antibiotiques non absorbables n'a eu aucun effet significatif sur le taux de tous les types d'infection (2 essais, 140 participants). De plus, il y avait une augmentation statistiquement significative du taux de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) associée à l'utilisation des antibiotiques non absorbables plus céfotaxime comparativement au placebo (RR = 2,22 ; IC à 95 % : 1,21 à 4,07).

Il n'y avait aucune preuve d'une différence de la mortalité ou du taux de sepsis avec la prophylaxie antibiotique locale administrée par l'intermédiaire des voies respiratoires comparée au placebo (un seul essai, 30 participants).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.