Contrôle des vecteurs et des réservoirs pour prévenir la leishmaniose

Cette revue résume les essais évaluant différentes mesures pour prévenir la leishmaniose. Après avoir recherché des essais pertinents jusqu'à janvier 2015, nous avons inclus 14 essais contrôlés randomisés.

Qu'est-ce que le contrôle de vecteurs et de réservoirs et comment peut-il prévenir la leishmaniose ?

La leishmaniose est un groupe de maladies infectieuses causées par le parasite Leishmania, qui est transmis entre les êtres humains et animaux par la piqûre de phlébotomes infectés. Il existe deux maladies cliniques principales : la leishmaniose cutanée (LC), où les parasites infectent la peau, et la leishmaniose viscérale (LV), où ils infectent les organes internes.

La leishmaniose pourrait être évitée en réduisant le contact avec des phlébotomes infestés (les vecteurs), ou en réduisant le nombre d'animaux infectés (les réservoirs).

Ce que disent les recherches

La leishmaniose cutanée

L'utilisation d'insecticides afin de réduire le nombre de phlébotomes pourrait être efficace pour limiter le nombre de nouveaux cas de leishmaniose cutanée (preuves de faible qualité). Cependant, il n'existe pas suffisamment de preuves pour déterminer s'il est préférable de vaporiser les murs internes des maisons avec des insecticides, ou d'utiliser des moustiquaires, draps ou rideaux imprégnés d'insecticide.

La protection personnelle à l'aide de vêtements traités à l'insecticide a également été évaluée dans deux essais de petite taille portant sur des soldats, mais les essais étaient trop réduits pour savoir si cela était efficace (preuves de faible qualité).

La leishmaniose viscérale

Les filets traités à l'insecticide pourraient ne pas être efficaces dans la prévention de la leishmaniose viscérale mais cela n'a été testé que dans un seul essai en Inde et au Népal (preuves de faible qualité).

Bien que l'abattage de chiens soit parfois mentionné comme méthode possible pour réduire la leishmaniose viscérale, cela n'a pas été évalué dans les essais mesurant la maladie clinique.

Conclusions des auteurs: 

L'utilisation d'insecticides pour réduire le nombre de phlébotomes pourrait être efficace pour réduire l'incidence des LC, mais il n'existe pas suffisamment de preuves issues d'essais pour savoir s'il est plus efficace de pulvériser les parois internes des habitations ou de traiter des moustiquaires, rideaux, draps ou vêtements.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La leishmaniose est causée par le parasite leishmania, et transmise par des phlébotomes infectés. Parmi les deux syndromes cliniques distincts, la leishmaniose cutanée (LC) affecte la peau et les muqueuses, et la leishmaniose viscérale (LV) affecte les organes internes. La contrôle des vecteurs en réduisant le contact avec les phlébotomes infectés et le contrôle des réservoirs en réduisant le nombre d'animaux infectés sont des approches envisagées pour éviter la transmission.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions de contrôle des vecteurs et réservoirs pour la leishmaniose cutanée et viscérale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches jusqu'au 13 janvier 2015 dans les bases de données suivantes : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, LILACS et WHOLIS, Web of Science et RePORTER. nous avons également consulté des registres d'essais cliniques pour les essais en cours.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les effets des interventions de contrôle des réservoirs et des vecteurs dans les régions où la leishmaniose est endémique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont indépendamment recherché des essais et extrait des données issues des ECR inclus. Nous avons résolu les désaccords par la discussion avec un troisième auteur de revue. Nous avons évalué la qualité des preuves en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 14 ECR qui évaluaient un éventail d'interventions dans différents contextes. Les méthodes d'étude étaient généralement mal décrites et, par conséquent, tous les essais inclus ont été considérés comme présentant un risque élevé ou incertain de biais de sélection et de biais de notification. Seulement sept essais rapportaient des données de résultats cliniques, ce qui limite notre capacité à émettre de vastes généralisations sur différents contextes épidémiologiques et cultures.

La leishmaniose cutanée

Un ECR en quatre parties venant d'Afghanistan comparait l'utilisation de pulvérisations à effet rémanent à l'intérieur des habitations et de moustiquaires et de draps imprégnés d'insecticide à l'absence d'intervention. Après plus de 15 mois de suivi, les trois interventions à base d'insecticide présentaient une incidence plus faible de LC que la zone témoin (pulvérisations à effet rémanent : risque relatif (RR) 0,61, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,38 à 0,97, 2892 participants, preuves de qualité modérée ; moustiquaires imprégnées d'insecticide : RR 0,32, IC à 95 % 0,18 à 0,56, 2954 participants, preuves de faible qualité ; draps imprégnés d'insecticide : RR 0,34, IC à 95 % 0,20 à 0,57, 2784 participants, preuves de faible qualité). Aucune différence n'a été détectée entre les trois interventions (preuves de faible qualité). Un essai supplémentaire venant d'Iran utilisant des moustiquaires imprégnées d'insecticide n'avait pas une puissance statistique suffisante pour montrer une différence.

Les rideaux traités à l'insecticide ont été comparés à l'absence d'intervention dans un ECR pratiqué au Venezuela, où il n'y a eu aucun épisode de LC dans les zones d'intervention après 12 mois de suivi, alors qu'il y en a eu 142 dans les zones de contrôle (RR 0,00, IC à 95 % 0,00 à 0,49, un essai, 2938 participants, preuves de faible qualité).

La protection personnelle à l'aide de vêtements traités à l'insecticide a été évaluée par deux ECR sur des soldats, mais les essais n'étaient pas assez grands pour détecter fiablement les effets sur l'incidence des LC (RR 0,40, IC à 95 % 0,13 à 1,20, deux essais, 558 participants, preuves de faible qualité).

La leishmaniose viscérale

Dans un ECR unique de moustiquaires imprégnées d'insecticide par rapport à l'absence d'intervention réalisé en Inde et au Népal, l'incidence de la LV était faible dans les deux groupes et aucune différence n'a été détectée (RR 0,99, IC à 95 % 0,46 à 2,15, un essai, 19 810 participants, preuves de qualité modérée).

Deux essais menés au Brésil ont évalué les effets de l'abattage de chiens infectés par rapport à l'absence d'intervention ou aux pulvérisations à effet rémanent à l'intérieur des habitations. Bien qu'ils signalent une réduction de la séroconversion pendant 18 mois de suivi, ils n'ont pas mesuré ou rapporté les effets sur la maladie clinique.

Notes de traduction: 

Post-édition : Lucie Milan (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.