Traitement antifibrinolytique pour réduire l'hémoptysie

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'hémoptysie est un rejet par la toux de sang ou d'expectorations teintées de sang en provenance des voies respiratoires inférieures. Il s'agit d'une pathologie fréquente dans le monde entier qui peut être causée par diverses maladies, notamment la bronchite, la pneumonie, le cancer du poumon et la tuberculose.

Les agents antifibrinolytiques (acide tranexamique, acide aminocaproïque, nafamostat et aprotinine) sont des médicaments qui agissent en inhibant le processus de dissolution des caillots, réduisant ainsi les saignements.

Nous avons identifié deux essais. Les deux avaient évalué l'utilisation de l'acide tranexamique, un pour l'hémoptysie résultant de la tuberculose et l'autre pour l'hémoptysie due à des causes variées.

L'acide tranexamique avait réduit considérablement la durée du saignement, mais n'avait pas modifié le nombre de patients qui souffraient encore d'hémoptysie lors de l'évaluation réalisée sept jours après le début du traitement. Aucun effet indésirable grave n'avait été signalé et les effets secondaires légers ne différaient pas entre les patients recevant de l'acide tranexamique et ceux n'en recevant pas.

Il existe trop peu de preuves permettant d'établir si certains antifibrinolytiques devraient être utilisés pour traiter l'hémoptysie.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de preuves pour établir si les antifibrinolytiques devraient être utilisés pour traiter l'hémoptysie de toute origine, bien que des preuves limitées laissent penser qu'ils pourraient réduire la durée des saignements.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hémoptysie est une pathologie fréquente dans le monde entier, mais qui survient plus fréquemment dans les pays à faible revenu. Elle a différentes étiologies, dont beaucoup ont des caractéristiques infectieuses. Des agents antifibrinolytiques sont couramment utilisés pour prendre en charge des saignements provenant de différentes sources, mais leur utilité en pneumologie n'est pas claire.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des agents antifibrinolytiques dans la réduction du volume et de la durée de l'hémoptysie chez les patients adultes et pédiatriques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE) dans The Cochrane Library, ainsi que dans EMBASE et LILACS, pour trouver des publications décrivant des essais contrôlés randomisés (ECR) sur des traitements antifibrinolytiques chez des patients présentant une hémoptysie. Nous avons également effectué une recherche indépendante dans MEDLINE pour identifier des essais pertinents ne figurant pas encore dans CENTRAL ou DARE.

Nous avons effectué des recherches électroniques et manuelles dans des journaux médicaux nationaux et internationaux pertinents.

Nous avons examiné les références bibliographiques des études incluses afin de localiser des essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents. Une recherche complémentaire a été effectuée pour trouver des ECR non publiés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR conçus pour évaluer l'efficacité et l'innocuité des agents antifibrinolytiques dans la réduction de l'hémoptysie chez les patients adultes et pédiatriques des deux sexes présentant une hémoptysie, toutes étiologies et gravités confondues. L'intervention examinée était l'administration d'agents antifibrinolytiques comparée à un placebo ou à l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Tous les auteurs ont, de manière indépendante, évalué la qualité méthodologique et extrait des tableaux de données conçus d'origine pour cette revue.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé deux essais contrôlés randomisés qui répondaient aux critères d'inclusion : Tscheikuna 2002 (par des recherches électroniques) et Ruiz 1994 (par des recherches manuelles). Nous n'avons exclu aucune des études pertinentes trouvées.

Tscheikuna 2002, un ECR en double aveugle réalisé en Thaïlande avait évalué l'efficacité de l'acide tranexamique (TXA, un agent antifibrinolytique) administré par voie orale à 46 patients ambulatoires souffrant d'hémoptysie d'étiologies diverses. Ruiz 1994, un ECR en double aveugle réalisé au Pérou avait évalué l'efficacité du TXA par voie intraveineuse chez 24 patients hospitalisés présentant une hémoptysie secondaire à une tuberculose.

Les résultats regroupés ont montré une réduction significative de la durée du saignement entre les patients recevant du TXA et les patients recevant le placebo avec une différence moyenne pondérée (DMP) de -19,47 (IC à 95 % -26,90 à -12,03 heures), mais avec une forte hétérogénéité (I² = 52 %). Le TXA n'avait pas d'incidence sur la guérison de l'hémoptysie évaluée sept jours après le début du traitement. Les effets indésirables causés par le mécanisme d'action du médicament n'avaient pas été rapportés. Il n'y avait pas de différence significative dans l'incidence des effets secondaires légers entre les groupes actifs et placebo (RC 3,13 ; IC à 95 % 0,80 à 12,24).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.