Interventions psychosociales pour réduire les médicaments antipsychotiques chez les résidents des établissements de soins

Dans les établissements de soins, les médicaments antipsychotiques sont couramment prescrits pour contrôler ce qu'on appelle les « symptômes comportementaux et psychologiques de la démence », tels que l'agitation, l'agressivité ou la nervosité. Cependant, il n'est pas certain que les médicaments antipsychotiques soient efficaces et sûrs. Les effets indésirables, tels que la sédation, les chutes et les symptômes cardiovasculaires, sont fréquents. Par conséquent, les médicaments antipsychotiques devraient être évités si cela est possible. Cette revue étudie l'efficacité des interventions psychosociales visant à réduire les médicaments antipsychotiques dans les établissements de soins. Par interventions psychosociales, nous comprenons des programmes constitués de différentes composantes non pharmacologiques, notamment le fait de parler au personnel, aux résidents, ou aux deux. Nous avons identifié quatre essais contrôlés randomisés pouvant être inclus dans la revue. Toutes les études examinaient, entre autres composantes, l'éducation ciblant le personnel infirmier des établissements de soins. La qualité méthodologique de trois études était limitée, une étude était de grande qualité. Dans toutes les études, les interventions ont conduit à une réduction de l'utilisation de médicaments antipsychotiques, mais l'ampleur globale de l'effet reste incertaine.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves corroborant l'efficacité des interventions psychosociales pour réduire les médicaments antipsychotiques chez les résidents des établissements de soins. Cependant, la revue était basée sur un faible nombre d'études hétérogènes présentant d'importantes insuffisances méthodologiques. L'étude la plus récente et ayant la méthodologie la plus rigoureuse a montré l'effet le plus prononcé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les médicaments antipsychotiques sont régulièrement prescrits dans les établissements de soins pour contrôler les « symptômes comportementaux et psychologiques de la démence », malgré une efficacité modérée, d'importants effets indésirables et des alternatives non pharmacologiques disponibles.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité des interventions psychosociales pour réduire les médicaments antipsychotiques chez les résidents des établissements de soins.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS, un certain nombre de registres d'essais et de sources de la littérature grise le 19 décembre 2011.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés par individu ou par groupe comparant une intervention psychosociale visant à réduire les médicaments antipsychotiques aux soins habituels chez les résidents d'établissements de soins ou comparant deux approches différentes.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la pertinence et la qualité méthodologique des articles trouvés et extrait les données de façon indépendante. L'analyse critique des études a examiné le risque de biais à travers le biais de sélection, le biais de performance, le biais d'attrition et le biais de détection, ainsi que les critères liés au plan d'étude en groupe. Les auteurs des études pertinentes ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires.

En raison de l'hétérogénéité clinique des interventions, l'hétérogénéité statistique n'a pas été évaluée et aucune méta-analyse n'a été réalisée. Les résultats des études sont présentés sous une forme narrative.

Résultats principaux: 

Quatre études contrôlées randomisées par groupe répondaient aux critères d'inclusion. Toutes étudiaient des interventions complexes comprenant des approches éducatives. Trois études proposaient au personnel infirmier une intervention éducative et une formation, une étude proposait des réunions d'équipes multidisciplinaires comme composante principale de l'intervention. Il y avait une étude de grande qualité, mais globalement, la qualité méthodologique des études était modérée.
Les études ont donné des résultats constants pour le critère principal. Toutes les études ont rapporté une baisse de la proportion de résidents sous médicament antipsychotique ou une réduction du nombre de jours sous antipsychotique sur 100 jours par résident, respectivement. En résumé, les preuves examinées concernant les interventions psychosociales ciblant les professionnels sont cohérentes avec une réduction de la prescription de médicaments antipsychotiques chez les résidents des établissements de soins. Cependant, en raison d'approches hétérogènes, les quantités d'effet globales ne peuvent pas être déterminées.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.