Perçage transvaginal à l’aiguille de l’ovaire guidé par ultrasons pour le syndrome des ovaires polykystiques résistant au clomifène chez les femmes subfertiles

Problématique de la revue
Nous avons cherché à déterminer si les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques résistants au clomifène (en anglais : polycystic ovarian syndrome, PCOS) pourraient bénéficier du recours au perçage transvaginal de l’ovaire à l'aide d'une aiguille guidée par ultrasons (en anglais : ultrasound-guided transvaginal ovarian needle drilling, UTND) pour induire une ovulation.

Contexte

Le citrate de clomifène est l'un des traitements de première intention pour induire l'ovulation (libération d'un ovule par l'ovaire) chez les femmes atteintes du PCOS. Cependant, 15 à 40 % des femmes n'ovulent pas après l'administration de clomifène (ce que nous appelons la résistance au clomifène). UTND, la ponction d'un ovaire guidée par ultrasons, est utilisé pour les femmes avec PCOS résistant au clomifène pour aider à libérer un follicule dominant (ovulation). De plus, les gonadotrophines, qui sont des médicaments hormonaux injectables, peuvent être offertes comme option thérapeutique pour induire l'ovulation chez les femmes présentant un PCOS résistant au clomifène.

Il a été suggéré que, comparativement au forage laparoscopique de l'ovaire (en anglais : laparoscopic ovarian drilling, LOD), le UTND pourrait réduire le risque de complications chirurgicales. Néanmoins, la plupart des études sur l'UTND présentent des limites dans la méthodologie d'étude. L’innocuité et l'efficacité du UTND sont encore incertaines.

Date de recherche
Nous avons recherché les études publiées jusqu'en novembre 2018.

Caractéristiques des études

Cinq essais contrôlés randomisés (études cliniques dans lesquelles les personnes sont réparties au hasard dans l'un des deux groupes de traitement ou plus) avec 639 femmes ont été inclus dans la revue. Trois ont comparé UTND au LOD, et deux ont comparé UTND combiné avec des gonadotrophines aux gonadotrophines.

Résultats principaux

UTND contre LOD

La qualité des trois études était de faible à très faible. Aucune des études n'a rapporté de résultat sur le critère de jugement principal, les naissances vivantes. D'après les données probantes actuellement disponibles, nous ne savons pas si le taux de grossesse des femmes qui utilisent l’UTND est différent de celui des femmes qui utilisent le LOD. L’UTND pourrait entraîner une légère diminution du taux d'ovulation par rapport au LOD. Ainsi, les données probantes de faible qualité suggèrent que chez les femmes résistantes au clomifène qui présentent un PCOS utilisant le LOD avec un taux d'ovulation prévu de 69,5 %, le taux chez les femmes utilisant l’UTND peut se situer entre 50,6 % et 68,8 %. Les données probants sont insuffisantes pour tirer des conclusions sur les complications chirurgicales et les avortements spontanés, car nous n'avons trouvé qu'une seule étude de très faible qualité. Aucune des études n'a fait état d'un sydrome d’hyperstimulation ovarienne (en anglais : ovarian hyperstimulation syndrom, OHSS) ou d'un taux de grossesses multiples.

L’UTND combiné avec des gonadotrophines contre des gonadotrophines seules

Nous n'avons pas été en mesure d'évaluer les bienfaits ou les méfaits de l'application d'UTND en association avec des gonadotrophines chez les femmes présentant un PCOS résistant au clomifène, car nous n'avons identifié que deux essais de très faible qualité ayant utilisé différentes doses de gonadotrophines.

Qualité des données probantes
Nous avons évalué la qualité des données probantes comme étant de faible à très faible en raison des mauvaises explications de la méthodologie de l'étude et du nombre limité d'essais inclus. De plus, les données sur les questions cliniquement pertinentes et importantes pour les couples subfertiles, comme les naissances vivantes, n’étaient pas reportés.

Conclusions des auteurs: 

D'après des données probantes de très faible qualité, il n'est pas certain qu'il y ait une différence dans le taux de grossesse, l'incidence des complications chirurgicales et le taux d’avortements spontanés entre l’UTND et le LOD chez les femmes présentant un PCOS résistant au clomifène. L’UTND pourrait entraîner une légère diminution du taux d'ovulation par rapport au LOD. Aucune étude n'a rapporté de critères de jugement sur le taux de naissances vivantes, l'incidence de l’OHSS et le taux de grossesses multiples. Aucune étude n'a rapporté de résultats sur les critères de jugement principaux, les naissances vivantes et les complications chirurgicales, pour la comparaison de l’UTND combinée avec les gonadotrophines par rapport aux gonadotrophines seules. Les données probantes concernant les critères de jugement sur l'OHSS, la grossesse, l'ovulation, l'avortement spontané et la grossesse multiple dans cette comparaison étaient de très faible qualité. Par conséquent, l’existence d’une différence dans les résultats entre l’UTND combiné aux gonadotrophines et les gonadotrophines seules reste incertaine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La perturbation ovulatoire est une caractéristique diagnostique clé du syndrome des ovaires polykystiques (PCOS), entraînant l'infertilité et, par conséquent, un fardeau important de la maladie. De nombreuses stratégies thérapeutiques ont été utilisées pour induire l'ovulation chez les femmes atteintes du PCOS qui sont infertiles. Le perçage transvaginal à l’aiguille de l’ovaire guidé par ultrasons (UTND) est une nouvelle méthode chirurgicale utilisée pour induire l'ovulation chez les femmes présentant un PCOS résistant au clomifène à la clinique ambulatoire. Néanmoins, la qualité de la plupart des études semblait faible, et la sécurité et l'efficacité de l'UTND sont encore incertaines.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la sécurité de l'UTND chez les femmes subfertiles présentant un PCOS résistant au clomifène.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre spécialisé du Groupe de gynécologie et de fertilité de Cochrane (CGFG), dans CENTRAL, MEDLINE, Embase et dans six autres bases de données jusqu'en novembre 2018. Nous avons consulté les résumés des conférences de l'ESHRE 2018, les listes de références et les registres d’essais cliniques. Nous avons contacté des experts et des spécialistes dans le domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l’UTND au forage ovarien laparoscopique (LOD) et l’UTND combiné avec des gonadotrophines aux gonadotrophines seules pour les femmes en âge de procréer avec PCOS résistant au clomifène et infertilité.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné indépendamment les essais appropriés en vue de leur inclusion, évalué la qualité méthodologique et le risque de biais, et extrait les données. Les critères de jugement principaux étaient le taux de naissances vivantes et l'incidence de complications chirurgicales (saignement et infection). Nous avons inclus le syndrome d'hyperstimulation ovarienne (OHSS) comme critère de jugement secondaire. Des méta-analyses n'ont pu être effectuées que pour le taux de grossesse et le taux d'ovulation, des critères de jugement secondaires, dans la comparaison de l’UTND par rapport au LOD en utilisant un modèle à effet aléatoire. Nous avons calculé les odds ratio (OR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques. Nous avons apprécié la qualité globale des données probantes en appliquant les critères de GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais portant sur 639 femmes résistantes au clomifène atteintes de PCOS. Trois études ont comparé l’UTND avec le LOD, et deux ont comparé l’UTND combiné avec gonadotrophines aux gonadotrophines seules. Les données probantes était de faible à très faible. Les principales limites étaient le risque sérieux de biais dû au mauvais rapport des méthodes, l'incohérence résultant de l'hétérogénéité, l'imprécision induite par la taille limitée de l'échantillon et l'absence de rapport de critères de jugement pertinents sur le plan clinique comme les naissances vivantes et les complications chirurgicales.

UTND contre LOD

Aucune étude n'a rapporté de résultat sur le critère de jugement principal, les naissances vivantes. Une étude a rapporté des critères de jugement sur les complications chirurgicales ; toutefois, les données probantes sur ce critère de jugement étaient de très faible qualité parce qu'elles étaient fondées sur une étude dont l'échantillon était petit et qu'il n'y avait aucun événement dans les deux groupes. Par conséquent, nous ne savons pas s'il y a une différence dans les complications chirurgicales entre le UTND et la LOD.

Nous ne savons pas non plus s'il y a une différence dans le taux de grossesse lorsqu'on compare l’UTND et le LOD (RC 0,54, IC à 95 % : 0,28 à 1,03 ; I2 = 56 % ; 3 RCTs, n = 473 ; données probantes de très faible qualité). L’UTND pourrait entraîner une légère diminution du taux d'ovulation par rapport au LOD (RC 0,66, IC à 95 % : 0,45 à 0,97 ; I2 = 0 % ; 3 ECR, n = 473 ; données probantes de faible qualité). Cela suggère que chez les femmes résistantes au clomifène qui présentent un PCOS utilisant le LOD avec un taux d'ovulation prévu de 69,5 %, le taux d'ovulation chez les femmes utilisant l’UTND peut se situer entre 50,6 % et 68,8 %

Aucune étude n'a rapporté de critères de jugement sur l’OHSS et les grossesses multiples. Il n'y avait pas non plus suffisamment de données probantes pour tirer une conclusion au sujet des avortements spontanés, puisqu'il n'y avait qu'une seule étude de très faible qualité.

L’UTND combiné avec des gonadotrophines contre des gonadotrophines seules

Aucune étude n'a rapporté de résultats sur les critères de jugement principaux, les naissances vivantes et l'incidence des complications chirurgicales. Les données probantes concernant les critères de jugement sur l'OHSS, la grossesse, l'ovulation, l'avortement spontané et la grossesse multiple dans cette comparaison étaient de très faible qualité. Par conséquent, nous ne savons pas s'il y a une différence pour ces critères de jugement chez les femmes qui présentent un PCOS résistant au clomifène et qui utilisent l’UTND en association avec des gonadotrophines par rapport aux gonadotrophines seules.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.