Interventions pour les femmes présentant un endométriome avant une procréation médicalement assistée

Les endometriomata sont une forme d'endométriose ovarienne, classée dans les kystes ovariens. Ils sont une cause fréquente d'infertilité et de douleurs pelviennes. Cette revue avait pour objectif de déterminer la meilleure approche thérapeutique pour les femmes présentant une hypofertilité et des endometriomata pendant un traitement par des techniques de procréation médicalement assistée (PMA). Quatre essais ont été identifiés. Un agoniste de libération des hormones de libération des gonadotrophines (GnRH) a démontré un effet thérapeutique positif sur la réponse ovarienne à une hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) et le nombre d'ovocytes matures récupérés comparativement à un antagoniste de la GnRH. Les preuves concernant la chirurgie sont limitées, mais l'aspiration a été associée à une plus grande réponse ovarienne que la prise en charge non interventionniste (approche attentiste). D'autres essais contrôlés randomisés sur des interventions de prise en charge des endométriomes chez les femmes ayant recours à la PMA sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve d'un effet sur l'issue génésique n'a été observée dans aucun des quatre essais inclus. Des ECR supplémentaires sur la prise en charge de l'endométriome chez les femmes ayant recours à la PMA sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les endometriomata sont des kystes d'endométriose dans les ovaires. Comme les cycles des techniques de procréation médicalement assistée (PMA) impliquent un prélèvement d’ovocytes dans les ovaires, les endometriomata sont susceptibles d'interférer sur les résultats de la PMA.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la chirurgie, d'un traitement médical, d'une polythérapie ou de l'absence de traitement pour améliorer l'issue génésique chez les femmes présentant des endometriomata, avant l'instauration de cycles de PMA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les auteurs de la revue ont effectué des recherches dans : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés, CENTRAL (The Cochrane Library), EMBASE, MEDLINE, PubMed, PsycINFO, CINAHL, DARE, les registres d'essais en cours et enregistrés, les index bibliographiques, les actes de conférences sur l'ISI Web of Knowledge, les résultats des études cliniques, OpenSIGLE (Juillet 2010) et des recherches manuelles sur les termes fertilité et stérilité (2008 à 2010).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés de tout traitement médical, chirurgical ou de toute polythérapie ou prise en charge non interventionniste pour des endometriomata avant une PMA.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment identifié des essais et évalué le risque de biais. Les auteurs des essais qui étaient potentiellement éligibles pour être inclus dans la revue ont été contactés afin d'obtenir davantage d'informations. Les résultats ont été exprimés en rapports des cotes de Peto et en différences moyennes (DM).

Résultats principaux: 

Onze essais ont été identifiés, dont sept ont été exclus et quatre avec 312 participants ont été inclus.

Aucun essai n'a rapporté de résultats concernant les naissances vivantes. Un essai a comparé un agoniste de l'hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) avec un antagoniste de la GnRH. Aucune preuve d'une différence n'a été observée en termes de taux de grossesses cliniques (TGC), mais le nombre d'ovocytes matures récupérés (NMOR) était plus grand avec des agonistes de la GnRH (DM= -1,60, IC à 95 % de -2,44 à -0,76) et la réponse ovarienne a été accrue (Taux d'œstradiol (E2) le jour de l'injection de gonadotrophine chorionique humaine (hCG)) (DM = -456,30, IC à 95 % de -896,06 à -16,54).

La chirurgie (aspiration ou kystectomie) versus prise en charge non interventionniste (EM) n'a montré aucun signe d'un quelconque effet bénéfique de l'une ou l'autre technique en termes de grossesses cliniques. L'aspiration a été associée à un plus grand nombre d'ovocytes matures récupérés (NMOR) (DM = 0,50, IC à 95 % de 0,02 à 0,98) et à une réponse ovarienne accrue (taux d'E2 le jour de l'injection d'hCG) (DM = 685,3, IC à 95 % de 464,50 à 906,10) comparativement à une prise en charge non interventionniste. La kystectomie a été associée à une diminution de la réponse ovarienne à une hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) (DM = -510,00, IC à 95 % de -676,62 à -343,38) ; aucune preuve attestant d'un effet sur le nombre d'ovocytes matures récupérés (NMOR) comparativement à une prise en charge non interventionniste. L'aspiration versus kystectomie n'a montré aucun signe de différence en termes de taux de grossesses cliniques (TGC) ou de nombre d'ovocytes matures récupérés (NMOR).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.