Interventions pour la prévention de l'écoulement par l'oreille postopératoire après l'insertion de tubes de ventilation (diabolos) chez l'enfant

L'insertion d'un diabolo est une procédure chirurgicale couramment pratiquée chez les enfants. L'écoulement par l'oreille (otorrhée) est une plainte fréquente postérieurement à la procédure. Un large éventail de traitements sont utilisés pour prévenir l'écoulement, mais les preuves de leur efficacité ne sont pas concluantes : en effet, on ne sait pas si le traitement lui-même est nécessaire.

Cette revue a trouvé 15 essais contrôlés randomisés ayant évalué l'efficacité des interventions utilisées pour prévenir l'écoulement par l'oreille après la chirurgie. Les résultats de sept essais présentant un faible risque de biais (et en partie ceux d'un huitième essai) ont montré une réduction de la fréquence de l'écoulement par l'oreille jusqu'à deux semaines après l'opération en utilisant soit des lavages de sérum physiologique soit une application unique d'antibiotiques au moment de l'opération. Une application prolongée d'antibiotiques a aussi été efficace. Les effets ont été les plus importants dans les études décrivant une fréquence élevée d'écoulement par l'oreille.

Nous en concluons que l'utilisation d'une intervention visant à prévenir l'écoulement par l'oreille postopératoire devrait être limitée aux enfants présentant un risque élevé de subir cet écoulement, mais que le choix du traitement à administrer peut être laissé à la discrétion du chirurgien.

Conclusions des auteurs: 

Notre revue a estimé que chacune des options suivantes a été efficace pour réduire la fréquence de l'otorrhée jusqu'à deux semaines après l'intervention chirurgicale : (1) de multiples lavages de sérum physiologique lors de la chirurgie, (2) une application unique de gouttes topiques d'antibiotiques/de corticoïdes lors de la chirurgie, (3) une application prolongée de gouttes topiques (notamment des gouttes auriculaires d'antibiotiques, des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes ou des gouttes auriculaires d'aminoglycosides/de corticoïdes) et (4) une application prolongée d'agents antibactériens/de corticoïdes oraux. Toutefois, la fréquence d'otorrhée entre les ECR variait considérablement et plus les fréquences d'otorrhée étaient importantes dans un ECR, plus petit était le NSTb pour le traitement.

Nous en concluons que si un chirurgien est face à une fréquence élevée d'otorrhée postopératoire chez les enfants, soit l'irrigation saline soit les gouttes auriculaires d'antibiotiques administrées au moment d'une intervention chirurgicale devraient significativement réduire cette fréquence. Si les gouttes topiques sont choisies, il est suggéré pour réduire le coût et le risque potentiel de lésion ototoxique, que cette application soit unique au moment d'une intervention chirurgicale et ne soit pas prolongée par la suite.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les diabolos sont très souvent insérés dans les oreilles de l'enfant lors d'une otite moyenne aiguë et d'une otite moyenne avec effusion. Une complication courante est l'écoulement par l'oreille postopératoire (otorrhée). Un large éventail de traitements sont utilisés pour prévenir l'écoulement, mais les avis divergent quant à savoir si une intervention est nécessaire, ou laquelle est l'intervention la plus efficace.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions prophylactiques, à la fois topiques et systémiques, pour réduire l'incidence de l'otorrhée suite à l'insertion par voie chirurgicale de diabolos chez l'enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), ainsi que dans PubMed, EMBASE, CINAHL, Web of Science, BIOSIS Previews, Cambridge Scientific Abstracts, ICTRP et d'autres sources afin de trouver des essais publiés et non publiés. Ces recherches ont été effectuées le 03.07.12.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant comparé l'efficacité des interventions prophylactiques par rapport à un placebo/témoin et/ou à d'autres interventions prophylactiques pour traiter l'otorrhée postopératoire chez l'enfant.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et les risques de biais des essais, et ont aussi extrait des données. Les données étaient des résultats dichotomiques pour tous les essais inclus. Nous avons calculé les risques relatifs individuels et les risques relatifs (RR) combinés, au moyen du modèle à effets fixes de Mantel-Haenszel. Nous avons aussi calculé le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NSTb).

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 15 ECR éligibles (2476 enfants, âgés de quatre mois à 17 ans). Nous avons classé sept ECR comme présentant un faible risque de biais (n = 926 enfants) et pour un huitième ECR nous avons aussi classé deux des groupes comme présentant un faible risque de biais. Nous avons classé les sept autres essais comme présentant un risque élevé de biais.

Pour une application unique lors de la chirurgie, il existait des preuves dans deux essais présentant un faible risque de biais indiquant que le risque d'otorrhée a été réduit deux semaines après l'opération par de multiples lavages de sérum physiologique (de 30 % à 16 % ; RR 0,52, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,27 à 1,00 ; NSTb 7 ; un ECR ; 140 enfants) et des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes (de 9 % à 1 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,03 à 0,57 ; NSTb 13 ; un ECR ; 322 oreilles). Une méta-analyse de deux essais présentant un faible risque de biais (222 oreilles) n'a pas permis de trouver un effet de l'application unique de gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes quatre à six semaines après l'opération.

Pour une application prolongée dans le cadre d'une intervention, il existait des preuves dans quatre essais présentant un faible risque de biais indiquant que le risque d'otorrhée a été réduit deux semaines après l'opération par des gouttes auriculaires d'antibiotiques (de 15 % à 8 % ; RR 0,54, IC à 95 % 0,30 à 0,97 ; NSTb 15 ; un ECR ; 372 enfants), des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes (de 39 % à 5 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,05 à 0,31 ; NSTb 3 ; un ECR ; 200 enfants), des gouttes auriculaires d'aminoglycosides/de corticoïdes (de 15 % à 5 % ; RR 0,37, IC à 95 % 0,18 à 0,74 ; NSTb 11; un ECR ; 356 enfants) ou des agents antibactériens/corticoïdes oraux (de 39 % à 5 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,03 à 0,51 ; NSTb 3 ; un ECR ; 77 enfants).

Un seul essai a évalué le critère de jugement secondaire de l'ototoxicité, mais aucun effet n'a été observé. Aucun essai n'a évalué la qualité de vie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.