La rétroaction biologique (utilisation d'équipements pour rééduquer les muscles entourant l'anus et la coordination des poussées) pour le traitement de la constipation chronique chez l'adulte

La constipation chronique (incapacité à atteindre un vidage satisfaisant de l'intestin pendant une période prolongée sans cause médicale apparente) peut être un problème gênant et socialement handicapant. Il existe de nombreuses causes possibles, notamment une incapacité à détendre les muscles qui contrôlent la défécation. La « rétroaction biologique », où un équipement informatique ou un ballon rectal est utilisé pour montrer aux personnes la manière de coordonner et d'utiliser les muscles correctement, est souvent recommandée.

L'objectif de cette revue systématique était d'examiner l'efficacité et les effets secondaires du traitement par rétroaction biologique utilisé pour le traitement de la constipation chronique chez les adultes qui ne sont pas en mesure de détendre les muscles contrôlant la défécation. Cette revue a identifié 17 études éligibles portant sur un total de 931 participants. Les études comparaient l'efficacité d'un type de rétroaction biologique par rapport à un autre, ou la rétroaction biologique par rapport à un traitement simulé de rétroaction biologique (un faux traitement de rétroaction biologique), ou la rétroaction biologique par rapport à un traitement standard comprenant un régime alimentaire, de l'exercice et des laxatifs. Certaines preuves indiquent que la rétroaction biologique est supérieure au traitement avec le diazépam par voie orale (un sédatif connu sous le nom de Valium), au traitement simulé de rétroaction biologique et aux laxatifs. Une étude de 60 participants a découvert que la rétroaction biologique avec un équipement informatique était plus efficace que le diazépam par voie orale (un sédatif qui n'est généralement pas utilisé pour traiter la constipation). Une autre étude de 77 participants suggère que la rétroaction biologique est supérieure au traitement simulé de la rétroaction biologique ou à un traitement standard comprenant un régime alimentaire, de l'exercice et des laxatifs. Une autre étude de 109 participants a également suggéré que la rétroaction biologique avec un équipement informatique est supérieure au traitement standard comprenant des laxatifs, un régime alimentaire et des conseils sur le mode de vie. Certaines procédures chirurgicales (division partielle du rectopubien et résection rectale transanale agrafée) rapportaient être supérieures à la rétroaction biologique. Cependant, il y avait un risque élevé d'effets secondaires dans les groupes de traitement chirurgical, notamment une infection des plaies, une incontinence fécale, de la douleur et des saignements, nécessitant une intervention chirurgicale supplémentaire. Une autre étude de 60 participants n'a trouvé aucune différence en termes d'efficacité entre la chirurgie (myomectomie postérieure du sphincter interne de l'anus et du rectopubien) et le traitement par rétroaction biologique. L'injection de toxine botulique de type A pourrait avoir des bénéfices à court terme par rapport à la rétroaction biologique, mais le bénéfice ne dure pas. Aucun effet indésirable n'a été signalé pour la rétroaction biologique, bien que cela n'ait pas été spécifiquement rapporté dans la majorité des études. Les résultats de cette revue doivent être interprétés avec prudence car ils sont basés sur un petit nombre de patients et la qualité globale des preuves issues des études était faible ou très faible en raison du manque de précision des résultats et de la faible qualité méthodologique des études. Par conséquent, aucune conclusion définitive ne peut être apportée concernant l'efficacité et les effets secondaires potentiels du traitement par rétroaction biologique chez les patients atteints de constipation chronique qui ne sont pas en mesure de détendre les muscles contrôlant la défécation. Des essais à plus grande échelle sont nécessaires pour fournir de meilleures preuves.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas suffisamment de preuves pour pouvoir apporter des conclusions définitives concernant l'efficacité et l'innocuité de la rétroaction biologique pour la prise en charge des personnes atteintes de constipation chronique. Nous avons trouvé des preuves de faible ou de très faible qualité issues d'études uniques pour étayer l'efficacité de la rétroaction biologique pour la prise en charge des personnes atteintes de constipation chronique et de défécation dyssynergique. Cependant, la majorité des essais est de faible qualité méthodologique et sujette à des biais. D'autres essais contrôlés randomisés bien conçus, avec des tailles d'échantillon adéquates, des mesures de résultats validées (en particulier les mesures de résultats rapportées par les patients) et un suivi à long terme, sont nécessaires pour permettre des conclusions définitives.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement par rétroaction biologique est utilisé pour traiter les symptômes des personnes atteintes de constipation chronique et orientées vers des services spécialisés dans les environnements de soins secondaires et tertiaires. Cependant, différentes méthodes de la rétroaction biologique sont utilisées dans les différents centres. De plus, l'ampleur des effets bénéfiques et l'efficacité comparable des différentes méthodes de la rétroaction biologique n'ont pas encore été établies.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la rétroaction biologique pour le traitement de la constipation idiopathique (chronique) chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes depuis leur création jusqu'au 16 décembre 2013 : CENTRAL, le groupe Cochrane du champ de la médecine complémentaire, le registre spécialisé du groupe thématique Cochrane sur les MII / TFI, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, British Nursing Index et PsychINFO. Des recherches manuelles dans les actes de conférence et dans les listes bibliographiques des articles pertinents ont également été établies.

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés évaluant la rétroaction biologique chez les adultes souffrant de constipation idiopathique chronique ont été pris en compte pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Le critère de jugement principal était l'amélioration globale ou clinique, telle que définie par les études incluses. Les critères de jugement secondaires incluaient la qualité de vie et les effets indésirables, tels que définis par les études incluses. Lorsque cela était possible, nous avons calculé le risque relatif (RR) et des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les résultats dichotomiques et la différence moyenne (DM) et IC à 95 % pour les résultats continus. Nous avons évalué la qualité méthodologique des études incluses à l'aide de l'outil Cochrane de risque de biais. La qualité globale des preuves, étayant chaque résultat, a été évaluée selon les critères GRADE.

Résultats principaux: 

Dix-sept études éligibles ont été identifiées sur un total de 931 participants. La plupart des participants souffraient de constipation chronique et de défécation dyssynergique. Seize des essais étaient à risque de biais élevé pour la mise en aveugle. Les biais d'attrition (4 essais) et d'autres biais potentiels (5 essais) ont également été notés. En raison des différences entre les populations d'étude, l'hétérogénéité des différents échantillons et le large éventail des différentes mesures de résultat, la méta-analyse n'a pas été possible. Différentes tailles d'effet allant de 40 à 100 % avaient rapporté une amélioration chez les patients ayant reçu la rétroaction biologique après l'intervention. Bien que la rétroaction biologique électromyographique (EMG) soit la plus couramment utilisée, il existe un manque de données permettant de savoir si une quelconque méthode de rétroaction biologique est plus efficace qu'une autre. Nous avons trouvé des preuves de faible ou de très faible qualité montrant que la rétroaction biologique est plus efficace que le diazépam par voie orale, que le traitement simulé de la rétroaction biologique et que les laxatifs. Une étude (n = 60) a trouvé la rétroaction biologique EMG être plus efficace que le diazépam par voie orale. 70 % (21 / 30) des patients subissant une rétroaction biologique présentaient une amélioration de la constipation lors du suivi à trois mois par rapport à 23 % (7 / 30) des patients prenant du diazépam (RR 3,00, IC à 95 % 1,51 à 5,98). Une étude comparait de la rétroaction biologique manométrique à une intervention simulée de la rétroaction biologique ou à un traitement standard comprenant un régime alimentaire, de l'exercice et des laxatifs. À trois mois, le nombre moyen de défécation spontanée complète (DSC) par semaine était de 4,6 dans le groupe de la rétroaction biologique par rapport à 2,8 dans le groupe de la rétroaction biologique simulée (DM 1,80, IC à 95 % 1,25 à 2,35; 52 patients). À trois mois, le nombre moyen de DSC par semaine était de 4,6 dans le groupe de la rétroaction biologique par rapport à 1,9 dans le groupe de soins standard (DM 2,70, IC à 95 % 1,99 à 3,41; 49 patients). Une autre étude (n = 109) comparait la rétroaction biologique EMG au traitement standard comprenant les laxatifs, le régime alimentaire et les conseils sur le mode de vie. Cette étude a trouvé qu'à 6 et 12 mois, 80 % (43 / 54) des patients de la rétroaction biologique rapportaient une amélioration clinique par rapport à 22 % (12 / 55) des patients traités par laxatif (RR 3,65, IC à 95 % 2,17 à 6,13). Certaines procédures chirurgicales (division partielle du rectopubien et résection rectale transanale agrafée (RRTA)) ont été rapportées être supérieures à la rétroaction biologique, mais avec un risque élevé d'effets indésirables dans les groupes d'intervention chirurgicale (infection des plaies, incontinence fécale, douleur et autres saignement exigeant une autre intervention chirurgicale). La réussite du traitement, définie comme une diminution de 50 % du score de l'obstruction de la défécation à un an, était rapportée chez 33 % (3 / 39) des patients de la rétroaction biologique EMG par rapport à 82 % (44 / 54) des patients de la RRTA (RR 0,41, IC à 95 % 0,26 à 0,65). Pour l'autre étude, le score de la constipation moyenne à un an était de 16,1 dans le groupe de la rétroaction biologique sensorielle par ballonnet par rapport à 10,5 dans le groupe chirurgical de la division partielle du rectopubien (DM 5,60, IC à 95 % 4,67 à 6,53; 40 patients). Une autre étude (n = 60) n'a trouvé aucune différence en termes d'efficacité entre la chirurgie (myomectomie postérieure du sphincter interne de l'anus et du rectopubien) et le traitement par rétroaction biologique. Des résultats contradictoires ont été trouvé concernant l'efficacité comparative de la rétroaction biologique et de la toxine botulique de type A. Une étude de petite taille (48 participants) suggérait que l'injection de toxine botulique de type A pourrait avoir des bénéfices à court terme par rapport à la rétroaction biologique, mais les effets relatifs des traitements n'étaient pas clairs à un an de suivi. Aucun effet indésirable n'a été signalé pour la rétroaction biologique, bien que cela n'ait pas été spécifiquement rapporté dans la majorité des études. Les résultats de toutes ces études doivent être interprétés avec prudence car les analyses GRADE évaluaient la qualité globale des preuves pour les critères de jugement principaux (c'est-à-dire l'amélioration clinique ou globale, telle que définie par les études) comme faible ou très faible en raison d'un risque élevé de biais (c'est-à-dire des études ouvertes, des biais d'auto-sélection, des données de résultats incomplètes et un déséquilibre de base) et de l'imprécision (données rares).

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.