Surveillance continue ou intermittente des personnes victimes d'AVC aigu

La tension artérielle, le pouls, la température du corps, les rythmes respiratoire et cardiaque sont des variables physiologiques importantes qui doivent être vérifiées fréquemment chez les personnes victimes d'un AVC aigu. Cette surveillance peut être effectuée de différentes manières, en particulier dans des unités d'AVC bien organisées. La surveillance continue est prise en charge par un équipement automatique relié au patient et supervisé par des infirmières, alors que la surveillance intermittente est effectuée par des infirmières au moyen d'un équipement manuel et portable. Nous avons recherché tous les essais ayant comparé la surveillance continue à la surveillance intermittente chez les personnes victimes d'un AVC aigu. Nous avons identifié trois études comprenant un total de 354 participants. Les soins en unité d'AVC avec surveillance continue étaient associés à une réduction significative du risque de décès ou d'invalidité ultérieure. Malheureusement, ces résultats ne sont pas entièrement fiables en raison du faible nombre de participants, de différences dans les définitions des résultats anormaux et des méthodes moins fiables utilisées dans le plus grand des essais.

Conclusions des auteurs: 

La surveillance continue des variables physiologiques pendant les deux ou trois premiers jours pourrait améliorer les résultats et prévenir les complications. L'attention accordée aux changements dans les variables physiologiques est un élément clé de l'unité d'AVC, et cela peut probablement être facilité par une surveillance continue, sans les complications liées à l'immobilité ou aux traitements déclenchés par des variables physiologiques anormales. Des études de bonne qualité et bien conçues sont encore nécessaires car de nombreuses questions restent ouvertes et méritent des recherches supplémentaires. À savoir notamment : quand commencer la surveillance continue, quand l'interrompre, quelles sont les personnes prioritaires et quels traitements sont les plus appropriés après l'identification d'anomalies dans les variables physiologiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les raisons de l'efficacité des unités d'AVC par rapport aux services généraux pour la réduction de la mortalité, le placement en institution et la dépendance des victimes d'AVC restent indéterminées, et la question du modèle d'unité d'AVC le plus efficace fait encore débat. L'intensité de la surveillance mécanisée non invasive est dans de nombreux pays occidentaux l'une des principales questions concernant les différents modèles. Cela tient à son fort impact sur l'organisation de l'unité d'AVC en termes de nombre d'employés, de compétence de ceux-ci, d'infrastructure et de coûts.

Objectifs: 

Évaluer si une surveillance intensive continue des variables physiologiques chez les personnes victimes d'AVC aigu peut modifier leur pronostic en termes de mortalité ou d'invalidité, par rapport à la surveillance intermittente.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (novembre 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 8), MEDLINE (de 1966 à novembre 2012), EMBASE (de 1980 à novembre 2012), CINAHL (de 1982 à novembre 2012) et le British Nursing Index (de 1985 à novembre 2012). Dans un effort visant à identifier d'autres essais publiés, non publiés ou en cours, nous avons passé au crible des registres d'essais (novembre 2012) et des références bibliographiques, examiné des actes de conférences et contacté des auteurs d'essais cliniques.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tout essai randomisé, randomisé en grappes et quasi-randomisé comparant la surveillance continue à la surveillance intermittente dans les trois jours suivant la survenue d'un AVC. Nous avons exclu les études faussées par le fait que les soins avaient été administrés dans différents contextes (c'est-à-dire les études dans lesquelles l'intervention n'avait pas eu lieu dans le même service pour les deux groupes de l'essai).

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les études à inclure, évalué leur qualité méthodologique et extrait les données. Nous avons sollicité les données originales auprès des auteurs de deux essais et vérifié les critères d'inclusion dans quatre autres essais (trois présentés lors de conférences et un du Registre chinois d'essais cliniques). Dans la mesure du possible, nous avons extrait les données sur le seuil d'anomalie qui déclenchait l'intervention pour une variable physiologique donnée, sur l'intervention spécifique réalisée pour corriger l'anomalie et sur l'observance du traitement assigné.

Résultats principaux: 

Trois études, impliquant un total de 354 participants, répondaient à nos critères d'inclusion pour le principal critère de résultat. En comparaison avec la surveillance intermittente, la surveillance continue avait réduit de manière significative la mortalité et l'invalidité à trois mois ou à la sortie de l'hôpital (rapport des cotes (RC) 0,27 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,13 à 0,56) et était associée à une réduction non significative de la mortalité toutes causes à la sortie de l'hôpital (RC 0,72 ; IC 95 % 0,28 à 1,85). Ces résultats significatifs reposent sur une seule étude, laquelle présente un risque élevé de biais.

La surveillance continue était associée à une réduction non significative de la dépendance (RC 0,79 ; IC 95 % 0,30 à 2,06), de la mortalité d'origine vasculaire (RC 0,48 ; IC 95 % 0,10 à 2,39), des complications neurologiques (RC 0,81 ; IC 9 5% 0,46 à 1,43), de la durée d'hospitalisation (différence moyenne (DM) -5,24 ; IC 95% -10,51 à 0,03) et du placement en institution (RC 0,83 ; IC 95 % 0,04 à 15,72) (critères secondaires). Pour les deux derniers critères, nous avons détecté une hétérogénéité importante entre les essais.

Les complications cardiaques (RC 8,65 ; IC 95 % 2,52 à 29,66), la fièvre (RC 2,17 ; IC 95 % 1,22 à 3,84) et l'hypotension (RC 4,32 ; IC 95 % 1,68 à 14,38) avaient été détectées significativement plus souvent chez les participants sous surveillance continue (résultats de substitution).

Nous n'avons pas détecté d'augmentation significative des effets indésirables dus à l'immobilité (pneumonies, autres infections ou thrombose veineuse profonde) chez les participants sous surveillance continue par rapport à ceux assignés à la surveillance intermittente.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.