Interventions utilisées pour remplacer les dents manquantes : procédures d'augmentation du sinus maxillaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Une quantité d'os suffisante est requise pour le placement d'implants dentaires. La quantité d'os vers l'arrière de la mâchoire supérieure peut être insuffisante pour le placement des implants dentaires en raison de la présence du sinus maxillaire, une cavité naturelle au sein de l'os. Cette cavité peut s'agrandir après la perte d'une dent. Il existe de nombreuses techniques, appelées procédures d'élévation du sinus, qui visent à augmenter la quantité d'os avant le placement d'un implant. Ces techniques utilisent un matériau pour greffe osseuse, soit le propre os des patients (os autogène), une gamme de matériaux disponibles sur le marché (biomatériaux) ou une association des deux.

Les implants courts (5 à 8 mm) peuvent être aussi efficaces et générer moins de complications que les implants plus longs placés à l'aide d'une technique plus complexe. On ne sait pas vraiment si les matériaux pour greffe osseuse sont nécessaires ou si certains matériaux pour greffe sont plus efficaces que d'autres. Les biomatériaux peuvent être utilisés à la place de l'os autogène. Il n'existe aucune preuve permettant de suggérer que les facteurs extraits du sang des patients améliorent la guérison de l'os.

Conclusions des auteurs: 

Les conclusions sont basées sur quelques essais de petite taille, avec un suivi de courte durée, et sont jugées comme étant à haut risque de biais. Les conclusions devront par conséquent être étudiées comme étant préliminaires et interprétées avec précaution. On ne sait pas encore si les procédures d'élévation du sinus sont nécessaires. Des petits implants de 5 mm peuvent être installés avec succès sur l'os maxillaire avec une hauteur résiduelle de 4 à 6 mm mais leur pronostic à long terme est inconnu. Le fait d'élever la muqueuse du sinus en présence de 1 à 5 mm de hauteur osseuse résiduelle sans l'ajout d'un greffon osseux peut être suffisant pour régénérer le nouvel os et permettre la réhabilitation des prothèses supportées par des implants. Les substituts osseux peuvent être utilisés avec succès à la place de l'os autogène. Si la hauteur de l'os alvéolaire résiduel est de 3 à 6 mm, une approche crestale pour soulever la muqueuse du sinus, afin de placer des implants de 8 mm, peut entraîner des complications moindres qu'une approche latérale, pour placer des implants d'au moins 10 mm de long. Il n'existe aucune preuve démontrant que le traitement par PRP améliore le résultat clinique des procédures d'élévation du sinus avec os autogène ou substituts osseux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un volume d'os insuffisant est un problème courant rencontré lors de la réhabilitation des maxillaires postérieurs édentés avec prothèses supportées par des implants. Le volume osseux est limité par la présence du sinus maxillaire en association avec la perte de la hauteur de l'os alvéolaire. Les procédures d'élévation du sinus étendent le volume de l'os en augmentant la cavité sinusale avec de l'os autogène et/ou des biomatériaux disponibles sur le marché.

Objectifs: 

Déterminer si et quand l'augmentation du sinus maxillaire est nécessaire et quelles sont les techniques d'augmentation les plus efficaces pour réhabiliter les patients avec des prothèses supportées par des implants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE. Nous avons effectué des recherches manuelles dans plusieurs journaux dentaires. Les bibliographies des articles des revues ont été contrôlées, et les références personnelles ont été étudiées. Plus de 55 entreprises fabriquant des implants ont également été contactées.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés des différentes techniques et matériaux utilisés permettant d'augmenter le sinus maxillaire pour la réhabilitation avec des implants dentaires mentionnant le résultat de la réussite/l'échec de l'implant au moins au niveau de la connexion du pilier.

Recueil et analyse des données: 

L'analyse des études éligibles, l'évaluation de la qualité méthodologique des essais et l'extraction des données ont été réalisées de manière indépendante et en double. Les auteurs ont été contactés pour obtenir les informations manquantes. Les résultats étaient exprimés sous la forme de modèles à effets aléatoires à l'aide de différences moyennes pour les résultats continus et de rapports de cotes pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. L'unité statistique de l'analyse était le patient.

Résultats principaux: 

Dix essais contrôlés randomisés sur 29 répondaient aux critères d'inclusion. Un essai totalisant 15 patients a évalué des implants de 5 mm de longueur et de 6 mm de diamètre comme alternative à l'élévation du sinus dans l'os avec une hauteur résiduelle située entre 4 et 6 mm. Neuf essais totalisant 235 patients ont comparé différentes techniques d'élévation du sinus ; dont quatre essais (114 patients) ont évalué l'efficacité du plasma riche en plaquettes (PRP). En raison de la variété des techniques évaluées, une méta-analyse n'a été possible que sur l'utilisation du PRP avec échec de l'implant (deux essais) et complications (trois essais). Aucune différence statistiquement significative n'a été observée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.