Inhalation d'antibiotiques pour traiter l'aggravation temporaire de l'infection pulmonaire chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La mucoviscidose est une maladie génétique grave qui entraîne une production anormale de mucus dans plusieurs parties du corps. Dans les poumons, la production anormale de mucus est associée à la probabilité d'infections répétées. Une exacerbation pulmonaire se caractérise par une aggravation des symptômes, principalement due à une aggravation de l'infection. Les antibiotiques représentent une partie essentielle du traitement et peuvent être administrés de différentes manières, l'une d'elles étant l'inhalation du médicament. Notre objectif était de découvrir si ce type de traitement améliorait la santé générale et de déterminer la meilleure méthode d'administration d'antibiotiques. Nous avons découvert qu'il n'y avait eu que six essais, portant sur un total de 208 personnes, qui comparaient les antibiotiques inhalés aux antibiotiques en intraveineuse pour traiter les exacerbations pulmonaires dans les cas de mucoviscidose. Les résultats de ces essais ne nous ont pas permis de répondre à notre question. Nous ne sommes pas en mesure de déterminer d'après ces essais si les antibiotiques inhalés sont utiles pour traiter les exacerbations pulmonaires.

Conclusions des auteurs: 

Il existe peu de preuves utiles, de grande qualité, pour juger de l'efficacité des antibiotiques inhalés pour le traitement des exacerbations pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Les essais inclus ne disposaient pas de la puissance nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Nous n'avons donc pas pu déterminer si un traitement était supérieur à l'autre. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si la tobramycine peut être utilisée comme alternative à la tobramycine intraveineuse pour certaines exacerbations pulmonaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose est une maladie génétique dans laquelle la production anormale de mucus dans les poumons est associée à une sensibilité à l'infection persistante. Les exacerbations pulmonaires se caractérisent par une aggravation des symptômes de l'infection. Les antibiotiques représentent une partie essentielle du traitement contre les exacerbations et les antibiotiques inhalés peuvent être utilisés seuls ou en association avec des antibiotiques oraux pour des exacerbations bénignes ou avec des antibiotiques en intraveineuses pour des infections plus graves. Les antibiotiques inhalés ne provoquent pas les mêmes effets indésirables que les antibiotiques en intraveineuse et peuvent représenter une alternative chez les personnes dont les veines sont peu accessibles.

Objectifs: 

Déterminer si le traitement des exacerbations pulmonaires avec des antibiotiques inhalés chez les personnes atteintes de mucoviscidose améliore leur qualité de vie, réduit leur temps d'absence à l'école ou au travail et améliore leur survie à long terme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché des essais pertinents dans ClinicalTrials.gov et le registre des essais cliniques australiens et néo-zélandais. Date de la dernière recherche : le 15 mars 2012

Nous avons également effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la mucoviscidose. Date de la dernière recherche : le 1er juin 2012.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés portant sur des personnes atteintes de mucoviscidose avec une exacerbation pulmonaire chez lesquelles le traitement aux antibiotiques inhalés était comparé à un placebo, à un traitement standard ou à un autre antibiotique inhalé pendant une à quatre semaines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais éligibles, évalué les risques de biais de chaque essai et extrait des données. Les auteurs des essais inclus ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Six essais (soit 208 participants) ont été inclus dans la revue. Les essais étaient hétérogènes en termes de plan d'étude et d'interventions (cependant, tous les essais inclus comparaient les traitements aux antibiotiques inhalés versus intraveineux). Le risque de biais a été difficile à évaluer dans la plupart des essais. Les résultats n'ont pas été totalement rapportés et seules des données limitées étaient disponibles pour l'analyse. Quatre essais ont rapporté des résultats concernant le volume expiratoire forcé à une seconde et n'ont trouvé aucune différence significative entre l'antibiotique inhalé et l'intervention de comparaison. Dans deux de ces essais utilisant 300 mg de tobramycine inhalée, le changement de volume expiratoire forcé à une seconde a été semblable à celui avec la tobramycine intraveineuse ; et dans un essai, le délai jusqu'à l'exacerbation suivante n'a pas été différent. Aucun effet indésirable important n'a été signalé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.