L’entraînement des habiletés sociales pour les enfants âgés de 5 à 18 ans souffrant d'un Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité (TDAH)

Problématique de la revue

Quels sont les avantages et les inconvénients de l'entraînement des habiletés sociales chez les enfants et les adolescents ayant un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) ?

Contexte

Les enfants et les adolescents ayant un TDAH souffrent d'hyperactivité, d'impulsivité, de problèmes d'attention et de difficultés dans les interactions sociales. L’entraînement des habiletés sociales pour le TDAH vise à améliorer et à maintenir des interactions sociales et à prévenir les difficultés interpersonnelles. Les programmes ont tendance à mettre l'accent sur la résolution de problèmes, le contrôle des émotions et l'amélioration de la communication verbale et non verbale. Nous avons examiné les avantages et les inconvénients d’un entraînement des habiletés sociales sur les résultats suivants : aptitudes sociales, compétences émotionnelles, comportement général, symptômes du TDAH et performance scolaire.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé 25 essais cliniques randomisés (études dans lesquelles des participants atteints du TDAH ont été assignés au hasard à l'un de deux groupes ou plus) portant sur un total de 2690 participants. La durée des essais allait de cinq semaines à deux ans. L’entraînement des habiletés sociales visait généralement à apprendre aux enfants à "déchiffrer" les indices subtils de l'interaction sociale, comme apprendre à attendre leur tour, savoir quand changer de sujet pendant une conversation et être capable de reconnaître les expressions des émotions des autres. L'entraînement des habiletés sociales consiste souvent en des jeux de rôle, des exercices et des jeux, ainsi qu'en des devoirs à faire à la maison. Les enfants des groupes de contrôle n'ont reçu aucune intervention ou ont été placés sur une liste d'attente.

Résultats principaux

Nous n'avons trouvé aucune différence significative entre l’entraînement des habiletés sociales et la condition contrôle concernant les aptitudes sociales, les compétences émotionnelles et le comportement général, selon l’évaluation des enseignants. Selon l’évaluation des enseignants, les enfants des groupes d’entraînement des habiletés sociales présentaient moins de symptômes du TDAH à la fin du traitement comparativement à ceux qui n'avaient pas reçu cette intervention. Toutefois, cette constatation était discutable car nos autres analyses ne l'appuyaient pas. Nous n'avons trouvé aucune indication d'effets indésirables.

Tous les essais ont souffert de problèmes méthodologiques tels que la surestimation des avantages et la sous-estimation des inconvénients. De nombreuses études étaient également difficiles à comparer parce qu'elles portaient sur des interventions différentes. Les résultats de certains essais n'étaient pas très précis, il est donc difficile de s’y fier. Dans sept essais, les auteurs de l'étude étaient membres du conseil d'administration de sociétés pharmaceutiques, avaient reçu des fonds de ces sociétés ou avaient déjà effectué des recherches sur le sujet.

Interprétation

Nous ne sommes pas en mesure de conclure si l'entraînement des habiletés sociales est bénéfique ou non pour les enfants souffrant d’un TDAH. Un plus grand nombre d'essais cliniques randomisés est nécessaire, évaluant l'entraînement des habiletés sociales pour les enfants et les adolescents souffrant d’un TDAH, avec un nombre suffisant de participants et une meilleure qualité méthodologique. Les données probantes concernant les adolescents sont particulièrement peu nombreuses. Nous n'avons trouvé aucun effet indésirable associé au traitement.

Conclusions des auteurs: 

La revue suggère qu'il y a peu de données probantes pour appuyer ou réfuter l'entraînement des habiletés sociales chez les enfants et les adolescents souffrant d’un TDAH. Nous pourrions avoir besoin d'un plus grand nombre d'essais à faible risque de biais et avec un nombre suffisant de participants pour déterminer l'efficacité de l’entraînement des habiletés sociales par rapport à l'absence d’entraînement pour le TDAH. Les données probantes concernant les adolescents sont particulièrement peu nombreuses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants est associé à de l'hyperactivité et à de l'impulsivité, à des problèmes d'attention et à des difficultés d'interaction sociale. Le traitement pharmacologique peut soulager les symptômes du TDAH, mais il résout rarement les difficultés liées aux interactions sociales. Les enfants ayant un TDAH peuvent bénéficier d'interventions conçues pour améliorer leurs aptitudes sociales. Nous avons examiné les avantages et les inconvénients de l'entraînement des habiletés sociales sur les aptitudes sociales, les compétences émotionnelles, le comportement général, les symptômes du TDAH, la performance scolaire et les évènements indésirables.

Objectifs: 

Évaluer les bienfaits et les risques de l'entraînement des habiletés sociales chez les enfants et les adolescents souffrant d’un TDAH.

La stratégie de recherche documentaire: 

En juillet 2018, nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, quatre autres bases de données et deux registres d'essais, et recherché des résumés de conférences en ligne. Nous avons contacté des experts dans le domaine pour obtenir des informations au sujet d’essais cliniques non publiés ou en cours. Lors de nos recherches, nous n'avons pas imposé aucune restriction quant à la langue, l'année, le type ou l'état de la publication, et nous avons fait traduire des sections pertinentes d’articles non disponibles en anglais.

Critères de sélection: 

Les essais cliniques randomisés évaluant un entraînement des habiletés sociales par rapport à un groupe contrôle (absence d'intervention ou liste d'attente), chez des enfants et des adolescents ayant un TDAH (avec ou sans traitement pharmacologique).

Recueil et analyse des données: 

Cette revue a été réalisée conformément au Manuel Cochrane pour les revues systématiques des interventions en santé. Nous avons effectué les analyses à l'aide du logiciel Review Manager 5 et du logiciel Trial Sequential Analysis. Nous avons évalué les biais en fonction des domaines d’erreurs systématiques. Nous avons évalué la valeur probante des données à l'aide de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 25 essais cliniques randomisés décrits dans 45 rapports. Les essais comprenaient un total de 2 690 participants âgés de 5 à 17 ans. Dans 17 essais, les participants ont également reçu un diagnostic de différentes comorbidités.

Les interventions en matière d’habiletés sociales ont été décrites comme suit : 1) entraînement d’habiletés sociales, 2) thérapie cognitivo-comportementale, 3) thérapie comportementale/psychosociale multimodale, 4) entraînement aux compétences de la vie quotidienne et des capacités attentionnelles chez l’enfant, 5) acquisition des compétences de la vie courante, 6) programme « challenging horizon », 7) auto-instruction verbale, 8) entraînement métacognitif, 9) thérapie comportementale, 10) entraînement aux compétences comportementales et sociales, et 11) traitement psychosocial. Les participants des groupes de contrôle n’avaient reçu aucune intervention ou étaient placés sur liste d’attente.

La durée des interventions allait de cinq semaines à deux ans. Nous avons considéré que le contenu des interventions en matière d’habiletés sociales était comparable et reposait sur un modèle cognitivo-comportemental. La plupart des essais ont comparé l'entraînement des habiletés sociales chez les enfants ou la formation des parents en association avec une médication par rapport à la médication seule. Certaines interventions expérimentales incluaient également la consultation des enseignants.

Plus de la moitié des essais étaient à risque élevé de biais pour ce qui concerne la génération de la séquence de randomisation et l’assignation secrète. Aucun essai n’a rapporté la mise en aveugle des participants et du personnel. La plupart des essais ne rendaient pas compte des différences entre les groupes au sujet des traitements pour les troubles comorbides. Nous avons utilisé tous les essais éligibles dans les méta-analyses, mais nous avons abaissé la valeur probante des données à faible voire très faible.

Nous n'avons trouvé aucun effet thérapeutique cliniquement significatif des interventions en matière d’habiletés sociales sur les mesures de critères de jugement principaux : aptitudes sociales évaluées par l'enseignant à la fin du traitement (différence moyenne standardisée (DMS) 0,11, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,00 à 0,22 ; 11 essais, 1 271 participants ; I2 = 0 % ; P = 0,05) ; compétences émotionnelles évaluées par l'enseignant à la fin du traitement (DMS -0,02, IC 95 % 0,72 à 0,68 ; deux essais, 129 participants ; I2 = 74 % ; P = 0,96) ou comportement général évalué par l'enseignant (DMS -0,06 (valeur négative meilleure), IC 95 % -0,19 à 0,06 ; huit essais, 1002 participants ; I2 = 0 % ; P = 0,33). L'effet sur la mesure primaire, les aptitudes sociales évaluées par l'enseignant à la fin du traitement, correspond à une DM de 1,22 point sur l'échelle du SSRS (social skills rating system - système d'évaluation des compétences sociales) (IC 95 % : 0,09 à 2,36). La différence minimale de pertinence clinique (10 %) sur l’échelle du SSRS est de 10,0 points (intervalle de 0 à 102 points au SSRS).

Nous avons trouvé dans tous les essais éligibles des données en faveur de l’entraînement en habiletés sociales sur les symptômes fondamentaux du TDAH évalués par l'enseignant à la fin du traitement (DMS -0,26, IC à 95 % -0,47 à -0,05 ; 14 essais, 1 379 participants ; I2DMS = 69 % ; P = 0,02), mais en raison d’un risque élevé de biais, du manque de significativité clinique, de la grande hétérogénéité et de la faible valeur probante des données, et du fait qu’elle soit peu corroborée par les analyses de sensibilité, cette observation est contestable.

Les études n'ont signalé aucun évènement indésirable grave ou non grave.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Julie CATTINI et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.