Ibuprofène avec ou sans antiémétique pour les migraines aiguës chez l'adulte

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 10, 2010 (Rabbie 2010) ; aucune nouvelle étude n'a été trouvée. Une dose unique d'ibuprofène 200 ou 400 mg est efficace pour soulager la douleur des migraines. La douleur passe d'une intensité modérée ou sévère à une absence de douleur en deux heures chez un 1 sur 4 patients (26 %) traitée à l'ibuprofène 400 mg, comparé à environ 1 sur 10 patient (12 %) prenant un placebo. La douleur passe d'une intensité modérée ou sévère à une douleur légère en deux heures chez environ 1 personne sur 2 (57 %) traitée à l'ibuprofène comparé à environ 1 sur 4 (25 %) prenant un placebo. Les patients ressentant un soulagement efficace de la migraine à deux heures sont plus nombreux à ressentir un soulagement pendant 24 heures avec l'ibuprofène qu'avec le placebo. Une dose de 200-mg est légèrement moins efficace, les formulations solubles fournissent une réponse plus rapide. Une dose de 400-mg unique d'ibuprofène présente une efficacité similaire à celle d'une dose unique de 1 000 mg d'aspirine dans une revue Cochrane distincte (Kirthi 2013).

Les événements indésirables sont généralement légers et passagers, dans la même proportion de participants traités par l'ibuprofène que placebo. Très peu de personnes ont eu des événements indésirables graves ou ont du sortir des études en raison d'événements indésirables.

Il ny a pas d'informations concernant l'ibuprofène combiné à un antiémétique auto-administré et peu d'informations comparant l'ibuprofène à d'autres médicaments. Il ny avait aucune différence significative entre l'ibuprofène 400 mg et le rofécoxib 25 mg (aujourd'hui retiré) pour le soulagement des céphalées pendant 2 heures, le soulagement des céphalées pendant 24 heures ou l'utilisation d'un médicament de secours.

Conclusions des auteurs: 

Nous navons trouvé aucune nouvelle étude depuis la dernière version de cette revue. L'ibuprofène est un traitement efficace pour les migraines aiguës et permet un soulagement de la douleur chez environ la moitié des patients. Cependant, le soulagement total de la douleur et des symptômes associés nest obtenu que pour une minorité de patients. Les NST pour tous les critères d'efficacité étaient meilleurs avec 400 mg quavec 200 mg lors de comparaisons avec un placebo. Les formulations solubles entraînaient un soulagement plus rapide. Les événements indésirables étaient généralement légers et passagers, et étaient aussi fréquents dans le groupe ibuprofène que dans le groupe placebo.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une version mise à jour de la revue originale publiée dans le numéro 10, 2010 (Rabbie 2010). La migraine est un trouble fréquent et incapacitant qui constitue un fardeau pour l'individu, les services de santé et la société. De nombreuses personnes souffrant de migraines ne consultent pas de médecin et se contentent des analgésiques sans ordonnance. Un traitement mixte avec un antiémétique devrait permettre de réduire les symptômes généralement associés aux migraines.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et la tolérabilité de l'ibuprofène, seul ou en combinaison avec un antiémétique, par rapport à un placebo et à d'autres interventions actives dans le traitement des migraines aiguës chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, l'Oxford Pain Relief Database, ClinicalTrials.gov et les références bibliographiques des études inclues jusquau 22 avril 2010 pour la revue originale et au 14 février 2013 pour la mise à jour.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais randomisés, en double aveugle, contrôlées par placebo ou traitement de l'ibuprofène auto-administré pour traiter un épisode de migraine, avec au moins 10 participants par bras de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Le nombre de participants atteignant chaque résultat a été utilisé pour calculer le risque relatif et le nombre de sujets à traiter (NST) ou pour nuire (NNN) par rapport à un placebo ou à un autre traitement actif.

Résultats principaux: 

Aucune nouvelle étude n'a été identifiée pour cette mise à jour. Neuf études incluses (4 373 participants, 5 223 crises) comparaient l'ibuprofène à un placebo ou à d'autres comparateurs actifs ; aucune ne combinait l'ibuprofène à un antiémétique auto-administré. Toutes les études traitaient les crises avec une dose unique de médicament. Pour l'ibuprofène 400 mg versus placebo, les NST pour faire disparaitre la douleur pendant 2 heures (26 % versus 12 % avec un placebo), pour soulager des céphalées pendant 2 heures (57 % contre 25 %) et pour soulager des céphalées pendant 24 heures (45 % contre 19 %) étaient respectivement de 7,2; 3,2; et 4,0. Pour l'ibuprofène 200 mg par rapport à un placebo, les NST pour faire disparaitre la douleur (20 % contre 10 %), pour soulager les céphalées pendant 2 heures (52 % contre 37 %) étaient respectivement de 9,7 et 6,3. La dose plus élevée était significativement plus efficace que la dose plus faible pour le soulagement des céphalées pendant 2 heures. Les formulations solubles d'ibuprofène 400 mg étaient plus efficaces que les tablettes classiques pour soulager les céphalées pendant 1h, mais pas pendant 2 heures.

Le même nombre de participants rapportaient des événements indésirables, qui étaient généralement légers et passagers, avec l'ibuprofène ou un placebo.

L'ibuprofène 400 mg n'était pas différent au rofécoxib 25 mg pour le soulagement des céphalées pendant 2 heures ou le soulagement des céphalées pendant 24 heures.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.