Les effets du chant sur la fonction pulmonaire et la qualité de vie chez les enfants et les adultes atteints de mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les preuves portant sur les effets du chant comme traitement complémentaire chez les enfants et les adultes ayant la mucoviscidose.

Contexte

Les personnes atteintes de mucoviscidose sont à risque accru d'infections pulmonaires en raison de l'épaisseur anormale du mucus dans leurs voies respiratoires. Le dégagement des voies respiratoires est donc un élément important de la prise en charge de cette affection. De plus en plus de rapports anecdotiques suggèrent que le chant peut aider la fonction pulmonaire et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de mucoviscidose. Nous avons recherché des essais en utilisant les méthodes de recherche standard du groupe de travail Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques, et nous avons effectué des recherches approfondies dans d'autres bases de données et publications pertinentes. Il s’agit d’une mise à jour d'une revue déjà publiée.

Date de recherche

Les données probantes sont à jour au : 07 janvier 2019.

Caractéristiques des études

La revue comprend une étude portant sur 40 enfants âgés de sept à 17 ans atteints de mucoviscidose. Cette étude a comparé une intervention de chant spécialement conçue avec d'autres activités de loisirs non physiques (récréatives) et les enfants ont été choisis de façon aléatoire pour le programme de chant ou de loisirs. L'étude a duré deux semaines et les enfants ont été suivis pendant six à huit semaines. L'étude a évalué l'impact du chant sur la force des muscles respiratoires, la qualité de vie et les tests de la fonction pulmonaire.

Résultats principaux

Les participants des groupes de chant et de loisirs ont signalé une certaine amélioration des mesures de la qualité de vie. Les participants du groupe de chant ont montré une plus grande augmentation de la pression expiratoire maximale (une mesure de substitution du test de force des muscles respiratoires), alors qu'aucune amélioration n’a été observée en ce qui concerne ce critère d’évaluation pour les participants du groupe récréatif. Aucun événement indésirable n'a été signalé. Il n'existe actuellement pas suffisamment de données probantes pour évaluer l'effet du chant sur les résultats cliniques chez les personnes atteintes de mucoviscidose. De nouvelles études utilisant des méthodes robustes sont nécessaires pour évaluer les effets possibles du chant chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Valeur probantes des données

L'étude incluse était limitée par le petit nombre de participants (seulement 51 participants se sont inscrits et seulement 40 ont été analysés) et un taux d’abandon élevé (21 %). Nous pensons aussi que le fait que les jeunes qui ont été recrutés dans l'étude avaient envie de chanter, a pu en affecter les résultats.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer les effets du chant sur la qualité de vie ou sur les paramètres respiratoires chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Cependant, il y a un intérêt croissant pour les traitements non médicaux de la mucoviscidose, et les chercheurs voudront peut-être à l’avenir davantage étudier l'impact de cette thérapie peu coûteuse sur la fonction respiratoire et le bien-être psychosocial.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose est une maladie héréditaire qui met la vie en danger et qui touche les principaux organes. La prise en charge de la mucoviscidose comporte un traitement quotidien pluridimensionnel qui comprend des techniques de dégagement des voies respiratoires, des enzymes pancréatiques et d'autres médicaments. Des études antérieures ont montré que l'observance de ce traitement intensif est faible, en particulier chez les adolescents. En raison à la fois de la nature et des conséquences de la maladie et des exigences incessantes du traitement, de nombreuses personnes atteintes de mucoviscidose ont une piètre qualité de vie. Des rapports anecdotiques suggèrent que le chant peut fournir à la fois un exercice approprié pour l'ensemble du système respiratoire et un moyen d'expression émotionnelle qui peut améliorer la qualité de vie. Il s’agit d’une mise à jour d'une revue déjà publiée.

Objectifs: 

Évaluer les effets du chant comme traitement d'appoint au traitement standard sur la qualité de vie, la morbidité, la force des muscles respiratoires et la fonction pulmonaire des enfants et des adultes atteints de mucoviscidose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais cliniques du groupe de travail Cochrane sur la mucoviscidose et dans le Registre Cochrane des essais contrôlés. Date de la dernière recherche : 07 janvier 2019.

Nous avons également interrogé les principales bases de données complémentaires associées et consulté des registres d'essais cliniques. De plus, nous avons effectué des recherches manuelles dans les revues et les comptes rendus de conférences pertinents. Date de la dernière recherche : 28 mars 2019.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés dans lesquels le chant (comme complément d'intervention) a été comparé à une intervention de contrôle (par exemple jouer à des jeux vidéo ou réaliser des activités manuelles) ou à l'absence de chant chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Les résultats des recherches ont été examinés sur la base des critères d'inclusion prédéfinis. Un seul essai éligible était disponible pour l’analyse.

Résultats principaux: 

Aucune méta-analyse n'a pu être effectuée car seule une petite étude (n = 40) a été incluse. Il s’agit d’une étude contrôlée randomisée en groupe parallèle et réalisée dans deux hôpitaux pédiatriques en Australie. L'étude a évalué les effets d'un programme de chant sur la qualité de vie et la force des muscles respiratoires des enfants hospitalisés atteints de mucoviscidose (âge moyen 11,6 ans, 35% d'hommes). Alors que le groupe de chant a reçu huit séances individuelles de chant, le groupe témoin a participé à leurs activités récréatives préférées, telles que jouer à des jeux vidéo ou regarder des films. Cette étude a été limitée par la petite taille de l'échantillon (51 participants) et un taux de d’abandon élevé (21 %).

Il n'y avait pas de différences entre les groupes, que ce soit en post-intervention ou lors du suivi ; bien qu'à la fin du traitement, il y ait eu quelques améliorations dans certains des domaines du questionnaire sur la qualité de vie évalués au moyen du Questionnaire révisé sur la mucoviscidose (Cystic Fibrosis Questionnaire-Revised ou CFQ-R) (p. ex. le domaine affectif, le domaine social et la vitalité) pour le groupe de chant et le groupe témoin. Pour les indices de force des muscles respiratoires, la pression expiratoire maximale au suivi (six à huit semaines après l'intervention) était plus élevée dans le groupe de chant, différence moyenne de 25,80 (intervalle de confiance à 95 % 5,94 à 45,66). Il n'y avait aucune différence entre les groupes en ce qui concerne tous les autres paramètres de la fonction respiratoire (pression inspiratoire maximale, spirométrie), ni après l'intervention, ni après le suivi. Aucun effet indésirable n'a été observé dans le groupe de chant ; aucun évènement indésirable n'a été signalé dans l’article pour le groupe témoin.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.