L'utilisation du courrier électronique pour les contacts entre professionnels de la santé

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le courrier électronique est aujourd'hui un moyen de communication banal, mais il n'est pas si couramment utilisé en médecine. Il n'y a eu aucune revue complète des résultats de recherche visant à établir comment le courrier électronique pourrait être utilisé pour les contacts entre professionnels de santé. Cette revue a tenté d'examiner la façon dont cela pourrait affecter les patients, les professionnels de la santé et les services de santé, et comment cela pourrait s'intégrer dans les systèmes de santé.

Nous avons constaté qu'il n'y avait pas beaucoup de données sur la façon dont les professionnels de la santé utilisent le courrier électronique pour communiquer, vu que nous n'avons trouvé qu'un seul essai. Cet essai incluant 327 patients et 159 professionnels de la santé avait comparé un système de rappel par courrier électronique pour les médecins avec la procédure habituelle. Il avait constaté que les professionnels de la santé étaient plus susceptibles de fournir un traitement de l'ostéoporose conforme aux directives s'ils avaient reçu un rappel par courrier électronique que s'ils n'avaient pas reçu de rappel, et cela pourrait ou non avoir amélioré les soins aux patients. Nous n'avons pas été en mesure d'évaluer correctement son impact sur le comportement et les actions des patients, car les résultats étaient variés. L'étude n'a pas mesuré comment le courrier électronique affectait les services de santé ni si son utilisation risquait d'être préjudiciable.

Vu que l'on manque de données sur les effets de la communication par courrier électronique entre professionnels de la santé, nous recommandons qu'une recherche de bonne qualité soit effectuée à ce sujet. Les recherches futures devraient examiner les coûts d'utilisation du courrier électronique et tenir compte de la constante évolution des technologies.

Conclusions des auteurs: 

Vu qu'une seule étude a été identifiée pour inclusion, les résultats sont insuffisants pour éclairer la pratique clinique en ce qui concerne l'utilisation du courrier électronique pour la communication clinique entre professionnels de la santé. Les recherches futures devront utiliser des plans d'étude de bonne qualité qui tirent parti des développements les plus récents en technologie de l'information, en tenant compte de la complexité de l'intervention par courrier électronique et des coûts.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le courrier électronique est un moyen de communication populaire et couramment utilisé, mais il ne s'est pas encore imposé dans la routine médicale. Là où la communication par courrier électronique a été utilisée dans le domaine médical il s'agissait notamment de communication clinique entre professionnels de la santé, mais on ne connait pas les effets d'une telle utilisation du courrier électronique. Cette revue vise à évaluer l'utilisation du courrier électronique pour la communication clinique bidirectionnelle entre professionnels de la santé.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'utilisation du courrier électronique pour la communication d'informations cliniques entre professionnels de la santé, sur le travail des professionnels de santé, la santé des patients, les performances des services de santé, et l'efficacité et l'acceptabilité des services, en comparaison avec les autres formes de communication d'informations cliniques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les usagers de soins et la communication, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 1 2010), MEDLINE (OvidSP) (de 1950 à janvier 2010), EMBASE (OvidSP) (de 1980 à janvier 2010), PsycINFO (de 1967 à janvier 2010), CINAHL (EbscoHOST) (de 1982 à février 2010) et ERIC (CSA) (de 1965 à janvier 2010). Nous avons cherché dans la littérature grise : dépôts de thèses/mémoires, registres d'essais et Google Scholar (recherche effectuée en juillet 2010). Nous avons utilisé des méthodes de recherche supplémentaires : passage au crible de références bibliographiques, prise de contact avec des auteurs.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés, des études contrôlées avant-après et des études de séries temporelles interrompues portant sur des interventions dans lesquelles les personnels médicaux avaient utilisé le courrier électronique pour communiquer des informations cliniques, sous la forme de 1) courrier électronique non sécurisé, 2) courrier électronique sécurisé ou 3) messagerie internet. Tous les types de personnels médicaux, de patients et de soignants ont été pris en considération, quelque soit le contexte.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les études à inclure, le risque de biais des études incluses et extrait les données de manière indépendante. Nous avons contacté des auteurs d'études afin d'obtenir des informations complémentaires. Nous rendons compte de toutes les mesures telles qu'elles figurent dans le rapport d'étude.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un essai contrôlé randomisé incluant au départ 327 patients et 159 professionnels de la santé. Le courrier électronique fournissant au médecin des informations sur le risque d'ostéoporose d'un patient spécifique et des directives pour l'évaluation et le traitement, y était comparé à la procédure habituelle (sans courrier électronique). Cette étude était à risque élevé de biais pour les domaines de l'assignation secrète et du masquage. Le rappel par courrier électronique avait modifié de façon significative la conduite des professionnels de santé qui étaient plus susceptibles de fournir un traitement de l'ostéoporose conforme aux directives (mesure de la densité osseuse et/ou médicaments contre l'ostéoporose), comparativement à la procédure habituelle. Les preuves relatives à son impact sur le comportement et les actions des patients n'étaient pas concluantes. Une mesure avait montré que le message de rappel médical par courrier électronique avait un impact positif sur le comportement du patient : les patients avaient un apport plus élevé en calcium, et deux n'avaient pas mis en évidence de différence entre les deux groupes. L'étude n'avait pas évalué les principaux critères de jugement ou inconvénients pour les services de santé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.