L'entraînement aérobie dans la maladie de McArdle

La maladie de McArdle est un trouble rare du métabolisme musculaire. Les personnes touchées ne parviennent pas à utiliser une substance ressemblant à l'amidon et appelée glycogène qui est stockée dans le muscle et utilisée comme source d'énergie au début d'une activité et au cours d'un exercice intense. La maladie a pour effet de générer de la fatigue et des crampes dans les quelques minutes suivant le démarrage d'une activité, ce qui peut potentiellement conduire à des lésions musculaires aiguës. Après environ sept ou huit minutes d'exercice le muscle peut commencer à utiliser des sources alternatives d'énergie provenant des graisses et des sucres fournis par le foie, ce qui atténue les symptômes. Ce phénomène est appelé 'second souffle'. Chez les sujets sains, l'entraînement aérobie est connu pour améliorer la capacité des muscles à brûler les graisses pour fournir de l'énergie durant l'exercice. En théorie donc, l'entraînement aérobie pourrait être bénéfique aux personnes atteintes de la maladie de McArdle puisque leurs muscles pourraient être entrainés à utiliser les graisses plus tôt et plus efficacement lors d'un exercice. Le but de cette étude était d'identifier tous les essais contrôlés randomisés portant sur l'entraînement aérobie et d'évaluer ses effets chez les personnes atteintes de la maladie de McArdle. Aucun essai contrôlé randomisé portant sur l'entraînement aérobie chez les personnes ayant la maladie de McArdle n'a été trouvé. Il y avait, cependant, trois petites études non contrôlées (la plus grande comprenait neuf participants). Les études ont montré qu'il était possible pour des personnes ayant la maladie de McArdle d'effectuer des exercices physiques sans induire d'effets nocifs. La question de savoir si l'entrainement physique est bénéfique ou non pour les personnes ayant la maladie de McArdle doit être approfondie au moyen d'essais contrôlés randomisés incluant un plus grand nombre de personnes atteintes de ce trouble.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves issues d'études non randomisées basées sur de petits nombres de patients suggèrent qu'il serait utile et plus sûr de mener de plus grands essais contrôlés au sujet de l'entraînement aérobie à recommander aux personnes souffrant de la maladie de McArdle.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie de McArdle est une myopathie métabolique rare causée par une absence complète de l'enzyme glycogène phosphorylase musculaire. Les personnes touchées présentent des symptômes de fatigue et des crampes dans les minutes suivant le début d'un exercice physique et sont à risque de blessures musculaires aiguës (rhabdomyolyse) et d'insuffisance rénale aiguë. Si les premières minutes d'exercice sont à rythme élevé, un 'second souffle' permettra de continuer l'exercice. Cela est dû à la mobilisation et à l'utilisation de substrats énergétiques de remplacement. L'entraînement aérobie semble améliorer la capacité de travail grâce à une augmentation du tonus cardiovasculaire

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'entraînement aérobie chez les personnes atteintes de la maladie de McArdle.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (11 janvier 2011), CENTRAL (2010, numéro 4), MEDLINE (de janvier 1966 à janvier 2011) et EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2011).

Critères de sélection: 

Toutes les études contrôlées randomisées et quasi-randomisées portant sur l'entraînement physique aérobie chez des personnes de tout âge ayant la maladie de McArdle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont identifié des études candidates à l'inclusion et évalué leur qualité méthodologique. Si nous avions pu identifier plus d'une étude de qualité méthodologique suffisante, nous aurions entrepris une méta-analyse.

Résultats principaux: 

Il n'y avait aucun essai contrôlé randomisé ou quasi-randomisé portant sur l'entraînement aérobie chez les personnes ayant la maladie de McArdle. Cependant, trois études ouvertes basées sur de petits nombres de participants ont fourni certaines preuves que l'entraînement aérobie améliore la condition physique, sans provoquer d'effets indésirables, chez les personnes atteintes de la maladie de McArdle..

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.