Interventions visant à prévenir ou à réduire les infections des voies respiratoires et les symptômes de l'asthme dans les bâtiments endommagés par la moisissure

Objectif de la revue

Notre objectif était de savoir si la réparation des bâtiments endommagés par l'humidité et la moisissure réduisait ou prévenait les symptômes respiratoires et l'asthme.

Contexte

Les dommages causés par la moisissure constituent un problème très courant dans les maisons particulières, les bureaux et les bâtiments publics du monde entier. Il a été associé à l'asthme et à des symptômes respiratoires chez les habitants.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 12 études avec un total de 8 028 participants. Trois étaient des essais contrôlés randomisés (ECR) et neuf des non-ECR avec groupe témoin. Les réparations visaient à éliminer la moisissure et l'humidité des maisons particulières, des écoles ou, dans une étude, d'un immeuble de bureaux.

Principaux résultats

Rénovation des maisons comparée à l'absence de réparations

En comparaison avec l'absence de réparations, la rénovation des maisons pour en éliminer les moisissures réduisait les symptômes asthmatiques et les infections respiratoires. Elle entraînait également une réduction de l'utilisation de médicaments de l'asthme chez les asthmatiques. La rénovation de bureaux endommagés par la moisissure a également réduit l'asthme et les symptômes respiratoires comparativement à des bureaux non rénovés. Que la rénovation soit complète ou partielle n'a pas entraîné de différence dans les symptômes. Toutefois, les preuves sont de qualité faible à très faible.

Rénovation des maisons comparée à l'information pour les habitants

Des preuves de qualité modérée indiquent que la rénovation des maisons n'a pas entraîné d'avantage manifeste en terme de symptômes de l'asthme chez les enfants asthmatiques.

Rénovation des écoles comparée à des écoles sans problèmes

Sur de nombreuses mesures de symptômes chez les élèves, seulement les consultations de médecin en raison d'un rhume étaient moins fréquentes après la rénovation du bâtiment. Pour les autres symptômes respiratoires des élèves, les résultats étaient incohérents.

Pour les adultes travaillant dans les écoles, aucune preuve claire n'indique que la rénovation leur ait été bénéfique.

Qualité des preuves

La qualité des preuves varie de très faible à modérée. Beaucoup de symptômes différents avaient été mesurés et la configuration des études était différente, il a donc été difficile d'en tirer des conclusions fermes. Des recherches de meilleure qualité sont nécessaires, de préférence avec un design randomisé par grappes et une meilleure mesure des symptômes.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons identifié des preuves de qualité modérée à très faible indiquant que la rénovation des maisons particulières et des bureaux endommagés par la moisissure réduisait les symptômes liés à l'asthme et les infections respiratoires par rapport à l'absence d'intervention chez l'adulte. Des preuves de très faible qualité indiquent que, bien que la rénovation des écoles n'entraîne pas de changement significatif des symptômes respiratoires du personnel, les consultations médicales des élèves pour cause de rhume banal étaient moins fréquentes après la rénovation de l'école. Des recherches de meilleure qualité sont nécessaires, de préférence au moyen d'essais contrôlés randomisés en cluster utilisant davantage de mesures de résultats validées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'humidité et la moisissure des bâtiments ont été associées à des symptômes respiratoires, de l'asthme et des infections respiratoires affectant la population. Les dommages causés par la moisissure constituent un problème très courant dans les maisons particulières, les bureaux et les bâtiments publics tels que les écoles.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité de la réparation des bâtiments endommagés par l'humidité et la moisissure pour réduire ou prévenir les symptômes respiratoires, les infections et les symptômes asthmatiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2014, numéro 10), MEDLINE (de 1951 à la 1ère semaine de novembre 2014), EMBASE (de 1974 à novembre 2014), CINAHL (de 1982 à novembre 2014), Science Citation Index (de 1973 à novembre 2014), Biosis Previews (de 1989 à juin 2011), NIOSHTIC (de 1930 à mars 2014) et CISDOC (de 1974 à mars 2014).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR), ECR en cluster (ECR-C), études de séries chronologiques interrompues et études contrôlées avant-après (ECAA) examinant les effets de l'élimination de l'humidité et de la moisissure des bâtiments sur les symptômes respiratoires, les infections et l'asthme.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données et évalué les risques de biais dans les études incluses.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 études (8 028 participants) : deux ECR (294 participants), un ECR-C (4 407 participants) et neuf ECAA (3 327 participants). Les interventions allaient d'une rénovation intégrale à un simple nettoyage.

La réparation des maisons a réduit les symptômes asthmatiques chez les adultes (entre autres, la respiration sifflante (rapport des cotes (RC) 0,64 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,55 à 0,75) et les infections respiratoires (entre autres, la rhinite (RC 0,57 ; IC à 95 % de 0,49 à 0,66), deux études, preuves de qualité modérée). Chez les enfants, nous n'avons pas constatée de différence entre la rénovation des maisons et la communication d'informations seule dans le nombre de jours avec symptômes d'asthme ou de visites aux urgences en raison de l'asthme (une étude, preuves de qualité modérée).

Une étude contrôlée avant-après rapportait des preuves de très faible qualité indiquant que la rénovation d'un immeuble de bureaux endommagé par de la moisissure entraînait une réduction des symptômes liés à l'asthme et d'autres symptômes respiratoires. Dans une autre ECAA, aucune différence n'a été observée dans les symptômes entre la rénovation totale ou partielle des maisons.

Pour les enfants dans les écoles, les preuves étaient incohérentes concernant un éventuel effet de l'élimination des moisissures sur les symptômes respiratoires, et sur de nombreuses mesures de symptômes, seules les infections respiratoires pourraient avoir diminué après l'intervention. Concernant le personnel des écoles, des preuves de très faible qualité indiquaient que les symptômes liés à l'asthme et d'autres symptômes respiratoires dans les écoles endommagées par la moisissure étaient similaires à ceux du personnel d'écoles non endommagées, avant comme après l'intervention.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.