Les bêta-bloquants pour la prévention de récidives d'AVC

Les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un accident ischémique transitoire (AIT) risquent d'avoir d'autres AVC, crises cardiaques ou problèmes circulatoires graves. Les bêta-bloquants sont des médicaments qui abaissent le rythme cardiaque et la tension artérielle, et ont d'autres effets également susceptibles de réduire les risques d'AVC et de crise cardiaque. Une recherche d'études jusqu'à mai 2014 nous a permis de trouver deux essais de qualité élevée impliquant 2 193 participants qui avaient testé les bêta-bloquants chez les personnes ayant récemment subi un AVC ou un AIT. Il n'y avait pas de preuve claire que les bêta-bloquants aient réduit le risque d'AVC, de crise cardiaque ou de décès par maladie vasculaire. Les participants ayant reçu des bêta-bloquants au lieu d'un placebo ont présenté significativement plus d'effets indésirables. Des études supplémentaires à plus grands effectifs sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

On ne dispose pas, à ce jour, de données étayant l'utilisation systématique de bêta-bloquants pour la prévention secondaire après un AVC ou un AIT. Des études supplémentaires à plus grands effectifs sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les AVC affectent 15 millions de personnes par an à travers le monde. Malgré des progrès récents dans le traitement des AVC aigus, la prévention reste très importante. L'AVC ayant un taux élevé de récidive, la prévention secondaire est également importante. De nombreuses approches cliniques ont été proposées pour contrôler les facteurs de risque. Une de ces approches est la prescription de bêta-bloquants qui ont des effets allant au-delà de la réduction de la tension artérielle, ce qui peut réduire la récidive d'AVC.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des bêta-bloquants pour la prévention des récidives d'AVC et la réduction de la mortalité et des accidents vasculaires majeurs chez les personnes ayant subi un AVC ou un accident ischémique transitoire (AIT), et déterminer leur innocuité, en particulier quant au développement d'un diabète sucré.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (mai 2014), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et la Base de données des revues systématiques Cochrane (CDSR) (Bibliothèque Cochrane 2014, numéro 5), ainsi que dans la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (Database of Abstracts of Reviews of Effects - DARE) (mai 2014), MEDLINE (de 1966 à mai 2014), EMBASE (de 1980 à mai 2014) et LILACS (Latin American and Caribbean Health Sciences Literature) (de 1982 à mai 2014). Nous avons également cherché dans des registres d'essais en cours et des références bibliographiques.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) dont les participants avaient subi un AVC ou un AIT causé par une thrombose artérielle ou une embolie. L'intervention devait être un bêta-bloquant comparé à un contrôle, ou bien un bêta-bloquant plus un autre traitement comparé à un autre traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, indépendamment, examiné les essais identifiés, évalué leur qualité et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dans la revue deux ECR ayant impliqué 2 193 participants. Les deux études avaient randomisé des participants à un bêta-bloquant (aténolol 5 mg) ou à un placebo, et étaient de qualité méthodologique élevée. Aucune différence statistique n'a été constatée entre les groupes quant au risque d'AVC fatal ou non fatal (risque relatif (RR) 0,94 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,76 à 1,18). Pour les autres critères de résultat analysés (accidents vasculaires majeurs, décès toutes causes, décès cardiaque), nous n'avons observé aucune différence significative entre les groupes. Des réductions mineures de la pression artérielle ont été observées dans le groupe d'intervention. Aucune des études incluses n'a rapporté sur l'apparition du diabète parmi les critères de jugement ou évalué la qualité de vie. Les événements indésirables étaient significativement plus fréquents chez les participants sous aténolol que chez ceux sous placebo, et ont été la raison la plus souvent invoquée pour l'arrêt du traitement (RR 1,85, IC à 95 % de 1,45 à 2,35).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.